L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Un peu plus chaque jour • Shawn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



Messages : 228
Âge du Personnage : 26 ans
Lieu de vie : Stonehaven

MessageSujet: Un peu plus chaque jour • Shawn Ven 27 Nov - 11:12

He's back

Qui aurait pu deviner le potentiel explosif que pouvaient contenir trois petits mots ? A peine huit lettre, une phrase tronquée qui ne voulait rien dire, ainsi, arrachée à son contexte.
Et pourtant, chez Chisolm's, apothicaire, ce 1er mars 2015, alors que l'heure du thé allait bientôt résonner de ses cinq coups, il y avait une vendeuse soudain illuminée mieux qu'un Lumos Maxima. Un sourire s’épanouit sur ses traits. Probable qu'elle récolterait quelques courbatures pour le lendemain. Le manque d'habitude. Sourire, elle ne savait plus trop faire. Presque. Les sourires de façade, les sourires polis, les sourires commerçants, ou même les sourires "je vais bien ne t'en fais pas" étaient encore disponibles dans le catalogue facial Meghan Cameron. Mais le sourire qui dévore le visage, arrondit les pommettes et fait briller les yeux... ce sourire-là était aux abonnés absents, ces derniers temps. Rupture momentanée des stocks de bonne humeur, le fournisseur de gaieté s'était mis en grève.
Le client qui attendait patiemment son hellébore en poudre n'en revenait pas, à moitié ravi d'avoir su susciter une telle émotion chez cette jeune métisse qui était toujours si polie et accueillante.

Meghan, de son côté, avait mis le petit monsieur aux oubliettes. Les soucis du quotidien, la grinchonnerie de Mr Chisolm, même le crachin fin qui tombait à n'en plus finir sur l'Ecosse, tout était passé à la trappe, balayé par un visage qui s'était imprimé dans le secret de sa tête. L'air crâne, l'œil conquérant, et cette expression mi-moqueuse mi-je-m'en-foutiste qui peinait à quitter ses traits, c'était du Shawn Evans dans le plus pur style. Le style qui lui broyait le cœur. Elle qui avait réussi à se persuader qu'elle l'avait définitivement oublié. Alors qu'il suffisait de trois mots malheureux pour convoquer une foultitude de souvenirs à lui engloutir la mémoire. Son sourire se fana, et le pauvre monsieur ne sut vraiment plus sur quel pied danser. Il s'empressa de récupérer son petit paquet et s'en fut discrètement. A peine si Meghan s'en rendit compte.

En son for intérieur, elle savait que l'initiative de Rachel était tout à son honneur. Quoi de pire que de croiser Shawn sans préparation et faire une folle d'elle ? Oublier ses bonnes résolutions et retomber dans ses vieux penchants. Mieux valait savoir à quoi s'en tenir.
Les minutes qui la séparaient de dix-sept heures filèrent sans demander leur reste, tandis qu'elle s’abîmait dans des réflexions plus ou moins morose. Probable qu'elle ne l'aurait jamais croisé ainsi, juste par caprice du hasard. Peut-être même qu'il la fuyait et qu'il aurait tout fait pour l'éviter, allant jusqu'à scanner son emploi du temps pour mieux pouvoir l’ignorer. Mais même ainsi, c'était s'octroyer un peu trop d'importance, c'était croire qu'il se souciait assez d'elle pour faire cet effort là, quand, en vérité, il l'avait plus probablement tout simplement rayée de sa vie.

* Et c'est sûrement lui qui a raison. *

Elle aurait dû tourner la page aussi bien que lui. Ils avaient passé de beaux moments ensemble, pourquoi ne pas s'en contenter, les garder précieusement et aller de l'avant ?
Peut-être.
Peut-être mais...

* Juste une dernière fois. *

Juste une dernière fois, se jura-t-elle, en fermant la porte de Chisolm's derrière elle. La ruelle où se trouvait l'échoppe était calme, la plupart des sorcières et des sorciers de cette artère d'Edimbourg étaient rentrée prendre le thé. Personne ne la vit donc fermer les yeux. Il lui fallut moins d'une demi-seconde pour convoquer l'image de l'endroit où elle voulait se rendre, dans les moindres détails, comme si son inconscient avait su, bien avant elle, ce qu'elle allait faire. Elle qui avait pris ça pour un coup de tête, un dernier coup de cœur.
Dans un mouvement ample et gracieux, Meghan tourna sur elle-même et disparut... pour réapparaître dans un quartier sorcier de Londres.

Elle s'était promis de ne plus jamais faire le premier pas. Mais elle s'était déjà parjurée tant de fois quand Shawn entrait dans l'équation. Et puis, essayait-elle de se convaincre, faire un tour innocente de son ancien quartier, ça n'était pas vraiment faire le premier pas. Rien ne prouvait qu'il y habitait encore ou qu'il viendrait ne serait-ce qu'y faire un tour. Non, non, ça n'était pas un premier pas. Pas comme transplaner sous son nez. Pas qu'elle n'y ait pas pensé, mais son orgueil, bien que pas mal amoché, avait posé un veto catégorique : pas question de s'humilier encore une fois.

* Je veux juste le voir. Voir son visage. Une dernière fois. *

Elle effectua un rapide tour de reconnaissance, essayant de se faire la plus discrète possible. Elle reconnaissait tout, se rappelait de la lanterne bancale sur le mur, là-bas, du pavé manquant (en cinq ans, ils n'avaient toujours pas trouvé le temps de le remplacer)... Loin de se tarir, le flot de ses souvenirs semblait se déchaîner.
Sa gorge se noua, mais elle ne fit rien pour s'empêcher de sombrer dans ces moments passés.


Une heure plus tard, elle se résigna à rentrer. Trois fois, déjà, elle avait fait le tour du pâté de maison. Elle avait appris à moitié par cœur le nom de chacun des habitants de chacune des maisons. Et avait oublié trois fois de suite de faire un pas de côté pour éviter la flaque immense qui siégeait sur le bord d'un trottoir. Elle avait les pieds glacés et le cœur un peu lourd. Tout en étant bizarrement soulagée.
Il restait un espoir, suspendu à un fil. Un espoir de quoi ? Elle l'ignorait probablement. Ou refusait de se l'avouer, ce qui revenait du pareil au même. A ne pas l'avoir croisé ce jour-là, c'était comme si elle n'avait pas mis un point définitif à leur histoire. Il en restait un fragment inachevé et encore plein de possibilité. Oui, il y avait quelque chose de rassurant à cette idée.

Elle revint pourtant le lendemain, mêmes lieux, mêmes horaires.
Et pendant deux semaines, elle fit une sorte de ronde régulièrement, petite souris qui se voulait discrète. Elle effectuait consciencieusement son pèlerinage, surprise, rassurée, attristée de sentir son cœur palpiter aussi fort à chaque fois qu'une silhouette masculine apparaissait à la périphérie de son champ de vision. Surprise. A croire qu'elle n'était toujours pas immunisée. Rassurée. Ça n'était jamais Lui. Attristée. Ça n'était jamais Lui.


En ce 16 mars, Meghan avait, comme d'habitude, une fois de plus transplané dans ce petit bout du monde, du fin fond de Londres. Comme d'habitude, elle avait salué la vieille dame qui nourrissait ses corbeaux. Comme d'habitude, elle avait souri devant la poursuite incessante de Juditch, Samuel et Daphne, à celui qui courrait le plus vite. Comme d'habitude, son cœur manqué un battement quand elle crut reconnaître la démarche de cet homme qui venait d'apparaître au croisement.

* Mais... *

C'était lui !
Affolement soudain.
Vite, trouver une cachette, s'abriter, se cacher à son regard. Il ne fallait pas qu'il la voit, il ne fallait pas qu'il sache. Elle avait juste voulu le voir une dernière fois. Le voir. Pas être vue.
En trottinant maladroitement, Meghan se réfugia sur le pas d'une porte, à laquelle elle toqua doucement. Elle se recroquevilla intérieurement, presque persuadée d'être devenue miraculeusement invisible. Et elle attendit, doigts croisés, priant tous les dieux de sa connaissance, pour que la porte s'ouvre.


Assistante herboriste • écossaise • 26 ans
Craving for him...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t257-meghan-cameron-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t151-meghan-cameron-assistante-herboriste
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Un peu plus chaque jour • Shawn Mer 2 Déc - 14:49

Une dizaine d'heures de décalage horaire, on a beau dire dans les dents, c'est pas vraiment elles qui prennent en premier... ça se situe plus entre le cerveau et la tronche qui semble être à moitié restée dans l'autre pays.
Vous me direz, on évite déjà l'avion. Hilarant d'imaginer la tête des moldus, qui non contents d'avoir l'organisme décalé de 9 heures, les passent en plus dans les transports... Y a de quoi devenir dingue. 9 heures qui n'existent pas parfois.
Parce que oui, le décalage horaire, c'est un truc magique. Parfois, en transplanant du fin fond de la cambrousse Australienne, on réussi à arriver avant d'être parti... Incroyable hein ?

Je me suis toujours demandé si on pouvait remonter le temps comme ça. Imaginons que je quitte l'Indonésie à un moment précis et me rende en Angleterre avant d'être parti. Si on continue un saut de puce vers les États-Unis et que l'on retourne en Indonésie ? Est-ce qu'on arrive avant ou après être parti ?


L'image du miroir n'était pas belle à voir. Mieux valait faire taire les élucubrations d'un gars qui n'avait visiblement pas assez dormi.
Il repoussa la porte de l'armoire à pharmacie avec la délicatesse qui le caractérisait pour masquer l'image que lui renvoyait la glace. Il s'étira, bailla et s'apprêta à se faire couler un sacro-saint bain dont il rêvait depuis des heures. (Alors imaginez-donc ce pauvre moldu à la sortie de l'avion??)
Dans l'appartement, quelque chose bougea.

C'est assez dingue de voir à quel point les réflexes reviennent vite quand la possibilité d'être transformé en tas de poussière vous saisit l'esprit.
Il se colla au mur de la salle de bains et tendit l'oreille vers le salon, baguette à la main, sens aux aguets.
Dans la pièce d'à côté, l'intrus ne faisait aucun effort de discrétion. Il remuait des papiers, semblait pester et jurer. Probablement à la recherche d'un quelconque renseignement... ou pire. D'un brevet.

Et ben mon gars, ça tu peux chercher longtemps, je ramène pas de boulot à la maison.

Il passa en revue les options possibles : une sortie par la fenêtre de la salle d'eau ? Impossible depuis qu'il avait passé l'âge de huit ans. Une diversion ? Probablement très efficace « oh regardez ! Un sombral à paillettes ! » … Bref, pas beaucoup le choix, il faudrait faire preuve de courage et se rendre dans la même pièce. Ou alors attendre...
Sauf que... S'il s'agissait du dernier client, il n'était peut-être pas ici uniquement pour de la paperasse. Oui, le commerce c'est pas de tout repos.
Il finit par opter pour la solution offensive : un bond dans le salon, un sort bien trempé et pas d'injonction. Ou alors si, mais après.

Brandissant sa baguette, il se jeta dans le salon en poussant un cri féroce (destiné of course à déstabiliser l'adversaire, genre le cri-qui-tue) qui eut pour écho un hurlement strident !

- Non mais ça va pas espèce de Troll en caleçon?????????????!!!
- Rachel ??? T'es cinglée ou quoi ? J'aurais pu te tuer là ?
- C'est MOI la cinglée ??? C'est moi qui saute sur les gens en sous-vêtements peut-être ???

Haussement d'épaules. Shawn baissa sa baguette et dévisagea sa sœur. Elle avait l'air de la Rachel qui vient de subir une déception amoureuse : Tailleur troqué pour un jeans délavé, pull trop large, cheveux roux attachés sommairement sur le haut de la tête... et mascara du genre vaporeux.


- Tu t'es faite jetée par ton mec ? C'était quoi son nom déjà ?

La rouquine rougit...

- Charmant comme accueil ! Je vois que les voyages te réussissent ! Et moi qui venait déposer ton courrier ! Super ! Merci !

Le pire ? Elle avait à peine l'air fâché... plutôt soulagée. Les femmes quoi.

- Quoi mon courrier ? Qu'est-ce que tu fais à mon courrier ?
- Tu crois peut-être qu'il passe directement sous ta porte pour se poser en douceur sur la table basse ? Chaque fois que tu pars, c'est moi qui récupère la tonne d'enveloppes derrière la porte pour te les ranger, ignares !
- Non... Je croyais que mes correspondant avaient des hiboux organisés.

Peut-être était ce le ton moqueur ? Ou encore l'attitude arrogante ? La remarque sur son type alors ?
Toujours est-il qu'une bonne douzaine d'enveloppes volèrent à travers la pièce et s'écrasèrent au sol.

- Oh et puis zut ! Débouse-toi tout seul !

- Moi aussi chuis content de te voir, va.

*

Il avait eu à faire de nombreux allers-retours pour voir des clients sur Londres et pour parler à Markus. Les jours suivants avaient été mouvementés ... à vrai dire, chaotiques. Beaucoup de rendez-vous, peu de temps pour dormir, un mal de tête persistant et … des affaires à régler.
En cette soirée du 16, il en avait plein les pattes et était plutôt heureux de rentrer chez lui. La vieille McMaith et son élevage de corbacs lui adressa un sourire édenté. Il lui répondit d'un hochement de tête. Pas de quoi se froisser un zygomatique.
La rue dallée était presque déserte, à l'exception près d'une bonne femme qui tentait de récupérer son môme, lequel semblait peu pressé de lâcher son vélo.
Et une autre personne qui semblait vouloir se fondre dans le bois de la porte de Casey, une voisine plutôt sympa aux arguments … intéressants.
C'est cet instant que Casey choisit pour ouvrir la porte à son visiteur, qui en plus d'être une et non un, paraissait plus proche de la petite souris que de l'humain.

- C'est pourquoi ?
Lança-t-elle à la souris . Hey ! Shawn ! Ça faisait un moment qu'on t'avait pas vu dans le secteur ! Ajouta-t-elle en lui adressant un signe de la main.

Il lui rendit son sourire, version Shawn quoi. Super important d'être en bon terme avec le voisinage. En particulier les voisines.
Il fit quelques pas assurés en sa direction … qui devinrent des pas soupçonneux … pour finir dans l'immobilité totale.

C'est fou comme les animaux sentent les bouses arriver. Tous les corbacs de la vieille semblent en attente, avides de la suite....


Commercial particulier. SE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 228
Âge du Personnage : 26 ans
Lieu de vie : Stonehaven

MessageSujet: Re: Un peu plus chaque jour • Shawn Dim 10 Jan - 12:19

Un sortilège de stupéfiction n'aurait pas été plus efficace.

' Cette voix... '

Pourquoi diable fallait-il que ce timbre profond, chaud et un peu rauque, l'envoûte encore, au bout de dix ans ?
Déjà, Meghan sentait sa résolution faillir, alors qu'elle n'avait pour seule réponse que sa bouche bée à offrir à Machine.

Un unique coup d'œil à cette fille sur son pas de porte, qui avait salué son Shawn avec une telle chaleur, suffit à faire s'emballer la machine à paranoïa de Meghan. Elle vit en elle ce que Shawn aimait : une belle silhouette, un regard bleu-vert à se fendre l'âme, un sourire plein de charme et une lueur au fond des yeux, pleine de promesses et d'assurance.

' A moi aussi, elle aurait pu me plaire... '

Elle ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, à lui, d'avoir succombé.
Elle aurait dû la détester, elle, d'une haine farouche et violente, mais elle ne se surprenait qu'à énumérer tout ce que Machine avait de plus -et de mieux – qu'elle.
Elle était souple, presque féline, avec cette sensualité un peu voilée qui ne pouvait que le séduire. Elle les voyait ensemble, silhouettes dansantes devant ses paupières baissées. Et elle les trouvait beaux. Elle imaginait leur rencontre, comme elle lui avait plu dès le premier regard, comme elle avait été incapable de lui résister (Meghan pouvait-elle réellement l'en blâmer?). Elle visualisait leurs premiers rendez-vous avec une acuité douloureuse. Comment ils riaient ensemble, comment il la touchait et comment elle semblait alors s'illuminer, leur premier baiser à l'ombre d'une ruelle, comment ils...

' Arrête... '

A chaque image mentale, c'était sa gorge qui se nouait un peu plus, ses mâchoires qui se crispaient, tandis qu'une tristesse infinie lui tombait dessus. Ses paupières battaient frénétiquement pour chasser les larmes.

A quoi s'était-elle attendue ? Que Shawn joue les abstinents pendant cinq longues années, juste en souvenir d'elle, et des moments passés ensemble ? Qu'il ne l'aurait pas remplacée sitôt qu'il avait tourné les talons ? Alors qu'elle-même avait multiplié les aventures dans l'espoir de l'oublier un peu... Alors que, depuis deux ans, elle vivait une histoire sans nuage avec Keith... Elle croyait vraiment qu'il l'aurait attendue...quand c'était lui qui était parti faire le tour du monde sans elle ?


Il ne s'écoula en réalité que quelques secondes, le temps que le choc reflue, quand elle eut l'impression d'avoir été figée là une éternité, crucifiée par la jalousie.

Meghan bougea lentement, offrant son plus vaillant (et piteux) sourire à Machine. Elle n'osa pas le regarder, lui, préférant chercher une excuse potable pour justifier sa présence.



Traîtreusement, ses yeux volèrent sur lui. Une demi-seconde.
Après tout, c'était pour ça qu'elle était venue...pour le voir une dernière fois.
Elle 'navait jamais su l'ignorer comme il fallait, de toute façon.
Une demi-seconde. Assez pour enregistrer une foultitude de détails. Ses cheveux, à peine plus longs que la dernière fois (cinq ans, Meghan, cinq ans!), une micro-cicatrice au coin de l'œil qu'elle ne lui avait jamais vue. Et puis...et puis ce corps, ce visage et ces yeux, cette ligne de mâchoire et cet air tellement... et puis cette aura de danger et de charisme qui l'avait attirée comme un papillon vers la flamme dès le tout premier jour.

Dans un éclair de lucidité, elle comprit pourquoi elle n’avait jamais réussi à dire « oui » à la demande de Keith, un genou à terre. Elle sut tout aussi clairement qu'elle allait dire « oui » le soir même. Juste pour se persuader, enfin, que Shawn Evans n'avait plus de place dans sa vie.


Elle l'avait vu. Une dernière fois. C'était fait.
Il ne lui restait plus qu'à trouver le courage de partir, avant de faillir. Avant de flancher. Avant de retomber dans ses vieux démons et de supplier à moitié Shawn de lui accorder ne serait qu'une minute de son temps, qu'un regard, qu'un sourire.
Elle était plus forte que ça.

Elle affermit sa volonté, se verrouilla le cœur et rassembla le peu de concentration qui lui restait.

Destination.
Détermination.
Décision.

Destination.
Détermination.
Décision.

Presque un mantra.
Mentalement, elle visualisa la petite rue, à quelques mètres de là, qu'elle connaissait par cœur pour l'avoir parcourue un nombre incalculable de fois. Oui, la petite rue ferait l'affaire. De là, elle pourrait s'enfuir en courant et laisser ses regrets derrière elle.

Destination.
Détermination.
Décision.

Elle lança un ultime regard d'excuse à peine voilé à Machine. Ferma les yeux.

Destination.
Détermination.
Décision.

Transplana.

Voulut transplaner.
Seul un petit bout d'elle partit en direction de la ruelle. Celle-là même où elle avait « vu » Machine et Shawn s'embrasser. Ses jambes s'y trouvaient désormais. Le reste de son corps, son tronc, sa tête, son cœur n'avaient pu se résigner à le quitter.

Désartibulée.

« Le désartibulement, ou séparation de certaines parties du corps, se produit quand l'esprit n'est pas suffisamment déterminé. »*

Elle sentit une unique larme dévaler sa joue, avant que la douleur ne lui ôte toute capacité à penser.

*:
 


Assistante herboriste • écossaise • 26 ans
Craving for him...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t257-meghan-cameron-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t151-meghan-cameron-assistante-herboriste
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Un peu plus chaque jour • Shawn Ven 12 Fév - 17:40

Dans quelques années, il s'autorisera peut-être la réplique qui ne lui traversa pas l'esprit sur le moment, mais qui aurait pu. Voilà qui leur faisait une belle jambe.

Sauf que sur le coup, il n'esquissa pas le moindre sourire devant la détresse de Meghan. Bien sûr, il avait toujours éprouvé un certain plaisir à la voir souffrir. Mais son sadisme prenait fin devant son corps coupé en deux et la beauté de son visage figée en une horrible expression de douleur. Il avait déjà vu ce visage... le jour où... Il se précipita vers le bout de Meghan toujours plantée … enfin, plutôt suspenduée devant Casey.

Bouse Casey.

Cette dernière, fixait la jeune femme avec horreur, incapable d'établir une connexion entre son cerveau et sa bouche, ou les reste de son corps à en juger par son côté statuaire. La vieille aux corbeaux était trop loin pour que ses yeux myopes ne distinguent quelque chose et la mère de famille bien trop occupée avec sa terreur pour voir la paire de jambes...

La paire de jambes ????

qui se trimbalait dix mètres en amont dans la rue.
Bon, au moins, il avait une Meghan entière dans la rue.
Allant au plus pressé, il dégaina sa baguette et lança un puissant oubliette à cette pauvre Casey qui aurait besoin d'aide pour retrouver son propre prénom. Tant pis. Il était moche de toutes façons. Il se précipita ensuite sur Meghan, les yeux écarquillés d'horreur, réalisant qu'il n'avait absolument aucune idée de ce qu'il convenait de faire.

-  Mais qu'est-ce que tu as fait ?  Lui hurla-t-il.

Il ôta prestement sa veste et enroula Meghan dedans, constatant effectivement qu'elle n'avait plus de jambes.

-  Bon sang, pourquoi tu te fourres toujours dans des situations de merde !!!??? 

Tu nous fourres aurait été plus exact encore.

Il jeta un œil à la paire de jambes attendant patiemment leur propriétaire au bout de la rue et essaya de faire le lien. Comment avait-elle pu se retrouver dans cette situation ?
Son cœur cognait sans relâche alors que Casey bégayait sur le pas de sa porte et que mère et enfant se rapprochaient dangereusement de la zone jambaire.

- Arrestum momentum !  Lança-t-il pour se donner du temps. La scène se figea.

-  Tu as essayé de transplanner ??? En pleine rue moldue ??? Et tu t'es foirée ????  On pouvait probablement l'entendre à l'autre bout de Londres. Il se sentait envahi d'une fureur incontrôlable à l'égard de Meghan, comme la plupart du temps, sans en connaître la raison. Ou sans vouloir se l'avouer.

Se retenant de la gifler, il passa une main dans ses cheveux courts, se retourna trois fois nerveusement, tenant  Meghan serrée contre lui, enroulée dans sa veste et finit par la soulever dans ses bras. Il n'avait aucune idée de la conduite à tenir en cas de désartibulement.
Une larme coulait sur la peau dorée de Meghan. Il l'essuya avec plus de tendresse que ne contiendrait jamais son regard et descendit la rue en courant, portant toujours son précieux paquet. Il parvint au niveau des jambes de Meghan, qu'il souleva à son tour et enroula également dans sa veste, réprimant un frisson de dégoût à l'idée de porter un corps en deux parties. Sa Meghan en deux  morceaux.

Ce n'est plus ta Meghan.

Ce n'est plus rien du tout.


- Est-ce que tu te rends compte de ce que tu viens de faire ???? Tu réalises un peu tes conneries ????

Il ne parvenait plus à s'arrêter de lui hurler dessus. Et elle de pleurer.
Il sentait ses mains trembler de peur et de fureur sous le corps de Meghan. Elle n'avait toujours pas parlé. Le pouvait-elle seulement ? Il paraît que les douleurs d'un désartibulement sont atroces. Il eut soudain mal pour elle. Mal pour eux. Et pour tout. Ils en était toujours au même point. Incapable d'être dans le même espace sans que l'un des deux ne soit prêt à faire n'importe quoi pour fuir l'autre et le fasse.  Au péril de sa vie. Qu'était-elle venue faire ici ?

-Je vais te tirer de là.

Il se concentra, riant nerveusement à l'idée de rater lui aussi son transplanage et visualisa le Hall d'entrée de Sainte Mangouste.

- Accroche-toi.

Sa fureur laissait place à une folle angoisse. Il resserra son emprise sur Meghan et ferma la yeux pendant qu'ils transplanaient. Le couloir épuré et lumineux de l'hôpital les accueilli doucement, alors qu'il se mit à hurler :

- Aidez-moi !!!! Elle est coupée en deux !

Deux employés en blouses claires levèrent la tête. Les autres continuèrent leur train train.

- Vous m'entendez bande de Troll ??? Ses jambes ne sont plus rattachées à son corps !!!

Une jeune femme au sourire ultra brillant s'approcha d'eux sans se presser.

- Désartibulement ? Questionna-t-elle.
- Evidemment ! Rétorqua-t-il. Vous croyez que j'ai voulu jouer les Houdini ????
- Premier étage, Couloir B salle d'attente 5. Lui indiqua-t-elle sans relever.
- Quoi ? Vous faites rien ???
-Que voulez-vous que je fasse ?
- Quelque chose bordel!!! C'est vous le médicomage non ?
-Non monsieur, moi je suis employée d'accueil au public. Répondit elle toujours en souriant stupidement.

Il gromela un vague vatefairefoutre à moitié inaudible et se précipita vers le tube menant au premier étage.

- Si tu meurs, je te tue. Lança-t-il à Meghan rageusement.

Il n'avait aucune idée de si on pouvait effectivement mourir de désartibulement, mais juste au cas où, il tenait à la prévenir.
5 ans sans nouvelles et elle réussissait une fois de plus une entrée fracassante dans sa vie.

- On va aller jusqu'où hein ? Murmura-t-il pour lui même.

La salle d'attente était bondée de toutes sortes de cas magiques sur lesquels il refusa de s'étendre. Il choisit un siège, un peu à l'écart, déposa Meghan sur ses genoux la tête contre son épaule et passa la main dans ses boucles, machinalement.

- Ça va ?


Commercial particulier. SE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 228
Âge du Personnage : 26 ans
Lieu de vie : Stonehaven

MessageSujet: Re: Un peu plus chaque jour • Shawn Ven 25 Mar - 21:12

Une toute petite voix en elle soufflait à Meghan de profiter de l'instant : plus de mille huit cents jours que Shawn ne l'avait pas tenue dans ses bras. Mais cette même petite voix était noyée par un flot de douleur qui éclipsait toutes les petites souffrances quotidiennes.

Plusieurs fois, elle voulut dire quelque chose, mais se retint. Elle avait peur d'ouvrir la bouche pour ne plus s'arrêter de crier, geindre et de se répandre en gémissements.

Autour d'eux régnait une agitation infernale. Et quand bien même Meghan trouvait que sa propre situation relevait de l'urgence absolue, les médicomages qui passaient semblaient avoir d'autres priorités.
La toute petite voix en Meghan lui susurrait que plus de temps elle attendrait, plus de temps elle passerait lovée contre Shawn. Étonnamment, une autre voix qu'elle ne se connaissait pas répondait en lui hurlant des insanités. La première petite voix finit par se taire et se blottir dans un coin avec un sourire béat de martyre bienheureux. Mais maintenant que la petite voix s'était tue, Meghan se trouvait livrée à elle-même et à son présent d'agonie. Sa paranoïa revint au premier plan, tenant fièrement par la main sa comparse l'hypocondrie. Son heure était venue, elle allait mourir dans l'indifférence générale. Il y avait tellement de choses qu'elle regrettait. Mais toutes étaient insignifiantes. Shawn était son véritable grande regret. N'avoir pas su le garder était une trahison qu'elle se reprochait amèrement. Il y avait tellement de choses qu'elle aurait voulu lui dire. Tant de choses qu'elle aurait encore voulu vivre avec lui. Peut-être n'était-elle pas si prête à le rayer de sa vie.

* Comme si ça t'étonnait vraiment... *

Si sa vie devait défiler devant ses yeux avant qu'elle ne les ferme pour de bon, en un spectacle d'images et de lumière sans le son, elle savait qu'il serait le personnage de premier plan.
Elle s'en voulut de ne pas avoir su profiter des moments qu'ils avaient partagés. Pas assez. Pas comme il faut. De ne pas toujours avoir dit ce qu'elle avait sur le cœur, persuadée qu'il en rirait très certainement en lui tournant le dos.

- Shawn...

Sa voix était à peine plus qu'un murmure.
Elle aurait voulu le toucher, l'effleurer simplement mais la douleur la tétanisait littéralement.

[color:637b= rosybrown]- Shawn...

Ses lèvres refusaient de former un autre mot.
Et dans sa vision qui se floutait par moment, elle ne voyait plus que son visage.
Elle voulut oser un sourire, mais grimaça. Elle voulut lui dire aussi que ce n'était pas grave, qu'elle avait eu quelques jolis moments, que sa vie n'avait pas été si pire, qu'elle était heureuse de l'avoir croisé et que surtout, elle lui souhaitait juste le meilleur parce que si il y avait vraiment une idée qui lui était insupportable, c'était la pensée qu'après sa mort à elle, il ait une vie misérable. Il était tellement beau, tellement plein de vie quand il était heureux. Elle voulait que le monde puisse encore profiter de cette image quand elle ne pourrait plus la voir.
Mais les phrases étaient trop longues et sa langue trop paresseuse. Le sang battait à grands coups dans ses tempes, faisant fluctuer la douleur par grandes vagues.

- Tu m'as manqué.

Quelques minutes plus tôt, elle s'était juré de ne rien dire de la sorte, même si c'était une vérité absolue. Mais ça n'avait plus aucune sorte d'importance. Elle avait lâché ces quelques mots dans un murmure pathétique, bredouillant, et pourtant, la sincérité en faisait vibrer chaque syllabe.
Si c'était la dernière image qu'il aurait d'elle vivante, elle voulait que ce soit un beau souvenir. Meghan essaya de s'obliger à sourire, mais c'était au-dessus de ses forces.

Là-dessus, un médicomage sembla enfin s'inquiéter de son cas. Il échangea quelques mots brefs avec Shawn, trop rapides pour qu'elle réussisse à s'en saisir au vol. Il y avait de l'urgence dans la voix de Shawn, un calme agaçant chez celle du médecin.
Un véritable attroupement se forma autour de Meghan, réponse à quelques ordres  secs du médicomage. Elle sentit un sortilège la soulever, des bras la soutenir...

* Je sens plus mes jambes... *

...des mains la palper, des gens l'enlever.

Shawn...

Une détresse absolue s'empara de Meghan, plus forte que la douleur, plus forte que la peur de mourir même. Ses yeux fous cherchèrent Shawn du regard. Il était encore là, à quelques centimètres d'elle mais on allait l'emmener loin de lui.

- Shawn... Me laisse pas.

Sa voix n'était rien qu'une bouillie de mots.

- Reste avec moi.

Rien qu'un peu.
Elle aurait tellement voulu qu'il lui tienne la main, qu'il soit à ses côtés, qu'il....

- Rien qu'un tout petit peu.

Elle se savait pitoyable, les joues inondées, les yeux rouges et les traits crispés par la douleur. Mais, exceptionnellement, elle n'avait plus envie de se contrôler pour être parfaite. C'était au-dessus de ses forces.
Elle se serait traînée à genoux si elle l'avait pu.

* Dommage que tu n'en aies plus... *

Un fou-rire lui secoua la cage thoracique sans remonter jusqu'à sa gorge.

De son côté, le Médicomage, implacable, radotait sur la thématique éternelle :

- Vous êtes de la famille?


Assistante herboriste • écossaise • 26 ans
Craving for him...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t257-meghan-cameron-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t151-meghan-cameron-assistante-herboriste

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un peu plus chaque jour • Shawn

Revenir en haut Aller en bas
Un peu plus chaque jour • Shawn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» •°• A chaque jour ses emmerdes •°•
» Chaque jour est synonyme de renouveau
» Seul est digne de la vie celui qui chaque jour part pour elle au combat [Pv: Fiora, Atios]
» Chaque jour amène son pain [PV Leila]
» Chaque jour une question - Jour 11

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Angleterre :: Londres-