L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Bonsoir, Monsieur le Directeur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar



Messages : 115
Âge du Personnage : 16 ans
Lieu de vie : Poudlard
Emploi : Élève -Stagiaire d'été chez Lukos

MessageSujet: Re: Bonsoir, Monsieur le Directeur Ven 16 Oct - 10:09

-Je suis désolé, professeur, je n’aurais pas dû m’emporter. s’excusa à son tour le jeune sorcier en reprenant un calme et une contenance qui lui seyaient bien mieux. Il acquiesça d’un mouvement de tête au commentaire du professeur concernant l’étrangeté de la soirée. Évidemment, il n’avait aucune idée de la soirée du professeur qui s’était déjà montrée pleine de bizarreries, lui ne songeant qu’à retourner voir ses amis.
-Non, professeur, mais j’ai déjà fait de l’équitation. C’est similaire? La différence était qu’il arrivait à voir les chevaux, au moins. Alors qu’il observait le directeur gratter l’air à ses côtés, il sentit une pression douce et insistante sur son torse. Par réflexe, il tendit les mains et sentit des os, sous un poil dru. Fasciné, le serpentard commença à tâter l’animal, il reconnut les joues, le museau, la mâchoire, contourna les yeux, suivit la ligne du cou. Partout, il sentait les os de la créature décharnée.
-Il est tout maigre. Il ne mange pas assez, professeur!
reprocha l’adolescent en continuant son exploration tactile, les yeux fermés. Une exclamation de surprise plus tard, il réalisa qu’il venait de toucher une aile et s’imagina aussitôt en Bellérophon chevauchant Pégase dans le ciel d’Égée. Il recul de deux pas, décidé à voir sa monture, et sortit sa baguette magique.
-Les sombrals volent, professeur?
-Wingardium Leviosa!
incanta le garçon en pointant le sable, qui s’éleva de la plage et retomba sur le sol, non sans tracer partiellement la silhouette de la créature chevaline. Celle-ci s’ébroua, faisant tomber une grande partie du travail de Pothos au sol. Le sable restant scintillait entre deux airs, comme une constellation descendue au sol. Émerveillé, il gratta la créature en constatant une fois de plus sa maigreur. Oubliant qu’il était en pyjama, il se sentait prêt à voler dans les ceux et quitter ce cauchemar. Il joignit le geste à l’idée et s’apprêta à monter la silhouette évanescente.
-Ils n’ont pas de selles? Ma mère n’a jamais voulu que je monte à poil. C’est le temps ou jamais d’essayer!


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t813-bonsoir-monsieur-le-directeur http://poudredecheminette.forumotion.com/t555-portrait-de-pothos-yilmaz http://poudredecheminette.forumotion.com/t535-pothos-yilmaz
avatar



Messages : 161
Âge du Personnage : unknown
Lieu de vie : ...

MessageSujet: Re: Bonsoir, Monsieur le Directeur Ven 23 Oct - 15:05

Un sanglot, un hoquet, un bruit de pas... Le bruit déchirant de la détresse humaine. Les plus terre-à-terre auraient seulement dit que quelqu'un approchait. Les plus analytiques auraient mentionné la détresse humaine qui semblait lui tenir compagnie. Tout le monde aurait néanmoins été d'accord que quelqu'un s'en venait.
Au travers du couvert des arbres, surgissaient de temps à autre quelques éclairs de lumière. Lumos tremblotant ? Ou feux d'artifice miniatures ?

Les gémissements se firent de moins en moins discrets, les lumières de plus en plus fortes, jusqu'à ce que, sorti à moitié de nulle part, surgisse un homme dépenaillé.

Il avait l'air hagard de ceux qui n'ont plus toute leur tête, et gesticulait en marmonnant une sorte de litanie. De temps à autre, il regardait autour de lui, apeuré, fasciné.
Il lui fallut un moment pour enregistrer la présence de Pothos Yilmaz et Wilbur Ravenhood. Une fois qu'il les eut apperçu, il se mit à marmonner et à gesticuler de plus belle. Quelques uns de ses mots étaient presque intelligibles :

- mes pouvoirs... Mes pouvoirs !!!

Comme pour accompagner cette réplique, ses mains semblèrent s'animer d'elles-mêmes...jusqu'à produire un bouquet de flammes qui courrurent sur sa peau, avant de s'éteindre sans causer le moindres dégats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 45
Âge du Personnage : 66
Lieu de vie : Poudlard

MessageSujet: Re: Bonsoir, Monsieur le Directeur Jeu 29 Oct - 20:49

Est-ce que les sombrals volent ?
N'était-ce pas là une évidence que tous les étudiants de 5ème année étaient censés connaître ? Visiblement non. S l'on en croyait le dossier scolaire de ce spécimen-là, il apparaissait que l'on pouvait être doué et ignorer cette supposée évidence.
« Bien sûrs qu'ils volent, quant à votre mère... » entama le directeur avant d'être interrompu par des cris et sanglots étouffés. Il se tut aussitôt et observa d'un air étonné l'homme tout dépenaillé qui surgissait devant eux. Ce dernier semblait en proie à une sorte de crise de panique et ne cessait de répéter les même mots, en boucle. Wilbur réprima un frisson et resserra son emprise sur sa baguette. Ce dernier avait probablement subit la même mésaventures qu'eux en tentant d'utiliser les portoloins. On dépassait donc la blague potache et une fois encore, une petite sonnette d'alarme retentit dans l'esprit du directeur. Il se passait en cette soirée, des événements qui n'étaient pas anodins. Il s'apprêtait à rassurer l'homme sur la qualité de ses pouvoirs en expliquant qu'eux-même avaient été victimes de ces erreurs d'aiguillage lorsque l'homme s'embrasa littéralement. Wilbur eu un mouvement de recul et brandit sa baguette pour envoyer un jet d'eau en direction du malheureux. Mais à peine eut-il le temps de lever sa fidèle compagne que les flammes s'éteignirent.
« Sapristi... qu'est-ce encore que cela... » Murmura-t-il en cherchant à accrocher le regard de Pothos. « Est-ce que... est-ce que vous êtes blessé ? » demanda-t-il en s'approchant prudemment de l'homme. Le professeur en lui menait un combat intérieur avec l'homme méfiant et prudent qu'il était. Cet homme avait visiblement besoin d'assistance. Cependant Wilbur ne pouvait s'empêcher de rester sur la réserve. Cette soirée était bien trop incontrôlable à son goût.
« Aidez-moi ! » Supplia l'homme en tentant de s'agripper à lui. « Mes pouvoirs !!!! » Gémit-il encore en roulant des yeux.
Wilbur adressa un signe de tête à Pothos, l'invitant à se tenir loin de l'homme et sans se départir de sa baguette, il redressa le malheureux à l'aide de son autre bras. « Calmez-vous, mon brave. Nous allons vous aider, mais il faut vous calmer. »
Loin d'obtempérer, ce dernier s'agitait de plus belle en désignant les arbres derrière lui. « Non, non vous ne comprenez pas... ils sont là ! Ils sont devenus fous ils m'ont tout pris! Aidez-moi !!!! » Wilbur, tout en maintenant l'homme comme il le pouvait d'une main aussi ferme qu'il en était capable, scruta la forêt sombre que désignait le pauvre fou. Sans rien y voir de particulier. Entre ses doigts, l'homme se tortillait comme un asticot, tremblait et plantait ses ongles dans les bras de Wilbur en débitant des paroles incompréhensibles au volume sonore de plus en plus insuportable.
« Tranquilitas.»  Murmura alors le directeur en faisant décrire un grand cercle à sa baguette au dessus de la tête de l'homme. Ce dernier relâcha son emprise sur Wilbur, ses traits se décontractèrent et son regard parut légèrement perdu, un court instant, avant d'adopter un air plus serein. « Pothos, voulez-vous bien rester avec lui un instant ? Il ne devrait pas vous poser de problème maintenant. Il faut que je jette un œil autour de nous. » Pâle et peu rassurer, Wilbur s'avança de quelques mètres dans la forêt. « Hominum revelio » lança-t-il dans un souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 115
Âge du Personnage : 16 ans
Lieu de vie : Poudlard
Emploi : Élève -Stagiaire d'été chez Lukos

MessageSujet: Re: Bonsoir, Monsieur le Directeur Mer 4 Nov - 0:55

Le directeur était sur le point de l'encourager à ne pas écouter sa mère, il en était certain! Bon, il avait aussi semblé énormément étonné que Pothos ne sache pas que les Sombrals volaient. Étaient-ce comme ça que les élèves les moins doués se sentaient? Pauvres d'eux! Bon, ils n'avaient qu'à redoubler d'effort en même temps! Bref, le directeur était sur le point de poser le serpentard devant un épouvantable dilemme moral, lorsqu'ils furent interrompus, par la grâce de Morgane, ou à tout le moins par un espèce de borborygme qui n'en finissait plus de s'étirer en plaintes, sursauts, hoquets, puis jaillit un... était-ce un clochard? Comment était-il parvenu à pénétrer sur le site? Le sons de sa voix formèrent des mots, la plupart inintelligibles, et Pothos pointa sa baguette sur le trouble-fête. Ou le trouble-ennui, au choix. Le regard hébété de l'élève croisa celui du maître. Le nouveau-venu cherchait de l'aide et le directeur semblait décider à lui en apporter. Que gémissait-il? Qui était présent? Qu'avaient donc ses pouv...? Oh! Il venait de s'embraser, sans baguette ni formule. Alors que le professeur Ravenhood luttait pour le tenir en place, Pothos eu le réflexe d'entamer un sort et une incantation "Incarcer...", mais il changea d'idée au dernier moment, risquant de ligoter le bon samaritain plutôt que le pauvre rescapé.

Alertés par le raffut, les sombrals avaient pris la poudre d'escampette. Wilbur parvint à tranquiliser le pauvre homme, et demanda à Pothos de monter la garde. Touché et fier de la confiance et de l'importance qu'on lui accordait ainsi, certes guère par choix, l'adolescent acquiesça d'un signe de tête. Pendant que le directeur s'enfonçait dans l'obscurité pour voir qui poursuivait potentiellement leur rescapé, Pothos tenta de le rassurer avec son empathie de poisson rouge.


-Ne vous inquiétez pas, tout ira bien. Les médicomages s'occuperont de vous sous peu.

En fait, songea le jeune homme, comment personne ne pourraient-ils s'occuper d'eux si leur position et leur situation étaient inconnues de tous. Pothos espérait que Roy ou quelqu'un d'autre ait noté son absence. Si le directeur en avait pour l'instant réfuté la nécessité, en ce moment Pothos, avec son patient en état de choc entre les mains, croyait que la situation pouvait être qualifiée d'urgente. Il ressortit donc son pendentif et d'un geste nerveux du poignet lança le sortilège : "Vermello!" Aussitôt, une espèce de plainte transperça l'air et la gerbe d'étincelles fusa dans les cieux. Plaquant les mains sur ses oreilles, il était certain que la mandragore était moins désagréable à entendre. Heureusement, la sirène ne retentit qu'un court instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t813-bonsoir-monsieur-le-directeur http://poudredecheminette.forumotion.com/t555-portrait-de-pothos-yilmaz http://poudredecheminette.forumotion.com/t535-pothos-yilmaz
avatar



Messages : 45
Âge du Personnage : 66
Lieu de vie : Poudlard

MessageSujet: Re: Bonsoir, Monsieur le Directeur Sam 7 Nov - 15:39

A travers les sombres silhouettes des arbres, le sort de Wilbur révéla la présence de quatre hommes qui se séparèrent aussitôt en s'apostrophant les uns les autres et qui prirent aussitôt la fuite en courant dans des directions différentes. « Arrêtez ! Revenez immédiatement ! » Lança le directeur outré par tant d'irrespect et frustré que le fin mot de l'histoire lui échappe ainsi. Il lança une série de sortilèges pour leur barrer le chemin et perçu sur sa gauche, le bruit d'une chute ainsi que de jurons étouffés. Résigné à achever son pauvre costume de soirée déjà bien malmené, il se dirigea en courant à son tour vers celui qu'il avait atteint de sa baguette. Alors qu'il débouchait sur le lieu de la chute, un second homme était sur le point de relever le premier. A la lumière de leurs baguettes, Wilbur ne distingua pas précisément leurs visages mais constata qu'ils s'agissaient de jeunes hommes, dont l'un avait des yeux et des cheveux aussi sombres que la nuit. Il stoppa sa course, baguette levée et se jeta sur le côté juste à temps pour éviter le jaillissement d'un éclair bleu qui vint frapper l'arbre le plus proche. Le cœur battant, il réalisa que les deux hommes venaient de l'attaquer. Lui. A la fois furieux et inquiet, il sentit poindre en lui les douloureux souvenirs de la dernière fois qu'il avait craint pour sa vie. En 1998. Puis il pensa immédiatement à Pothos, juste un peu plus loin. Le visage déformé par la rage, il bondit de derrière sa cachette en lançant une slave de maléfices d'entraves qu'il n'eut pas le temps de voir aboutir avant d'être terrassé par le hurlement strident d'une sirène d'alarme. Se jetant au sol, les mains sur les oreilles, il prit conscience que Pothos venait d'actionner le signal de détresse. Il se retourna vivement alors que ses deux assaillants prenaient la fuite et courut en direction du jeune garçon qu'il avait laissé seul, en compagnie d'un inconnu. Effrayé par ce qu'il s'apprêtait à voir, il parcourait la forêt en aveugle, à la seule lumière du « lumos » qui rendait sa baguette incandescente. Le bruit de sa course sur le sol meuble faisait écho aux battements de son cœur plus tout jeune qui manquait d'entraînement. Il déboucha dans une clairière qu'il n'avait pas franchie à l'aller et s'arrêta pour tenter de s'orienter. C'est à cet instant que ses yeux se posèrent dessus. Sur la surface plane d'une pierre dressée au centre de la clairière, le symbole du cheval ailé était dessiné à l'encre rouge et magique d'une baguette. Le directeur s'arrêta un court instant, stupéfait... puis entendit des bruits de voix juste un peu plus loin. La sécurité venait certainement de localiser Pothos. Il se hâta de les rejoindre en courant alors qu'un frisson lui parcourait l'échine et que son esprit vif mettait bout à bout les informations de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bonsoir, Monsieur le Directeur

Revenir en haut Aller en bas
Bonsoir, Monsieur le Directeur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» monsieur Jambou
» Le Directeur du Cep Jacques Bernard démissione avec fracas
» Requête auprés de Monsieur le frére du roi
» Interview avec le directeur de l'INARA
» Le passeport de Monsieur Rouzier s'est-il perdu dans le courrier ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Ecosse :: Le Bestiaire Magique-