L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



Messages : 249
Âge du Personnage : 25 ans
Lieu de vie : Édimbourg
Emploi : Sans emploi pour le moment

MessageSujet: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Jeu 16 Juil - 17:55

4 décembre 2014

Cathal n’était pas plus homme de tradition qu’homme à suivre méticuleusement ses principes. Voilà pourquoi il ne respectait qu’une seule tradition : les deuxièmes jeudis du mois, il s’enfermait tout l’après-midi dans la boutique de Brenna Quinn, Aux herbes de Brenna. Pourquoi le jeudi, pourrait-on légitimement se demander? Parce que la première fois qu’il s’était glissé dans l’antre quinnien, le jour était au jeudi; l’heure, à trois heures de l’après-midi et l’ambiance qui régnait à ce moment-là était parfaite, ambiance que Cathal ne retrouva jamais dans les autres jours de la semaine. La façon qu’avait alors la lumière de se miroiter sur la plus ou moins fine poussière atmosphérique, les errants apaisés d’une fin de semaine imminente mais pas encore désagréablement pressés par son arrivée, les bouquins légèrement déplacés par les quelques clients matinaux (le mouvement des livres était assez grand pour susciter de nouvelles découvertes, mais suffisamment minimal pour permettre de s’y retrouver : en somme, le nombre de clients multiplié par le nombre de livres feuilletés et mal replacés divisé par le nombre de théières dans la boutique égalait la perfection)… oui, les jeudis après-midi étaient plaisants et, surtout, irremplaçables.  

Depuis trois ans, l’étudiant n’avait pas manqué un seul de ses rendez-vous sacrés avec la boutique. Si sa rencontre initiale avec la propriétaire, Mme Quinn, l’avait rebuté à y mettre les pieds (c’est qu’elle parlait beaucoup, la dame! Mais beaucoup !), il avait vite fait abstraction de sa première impression pour revenir au havre. Et s’accoutumer à la présence de la bavarde mais si sympathique dame.

Le 4 décembre 2014 n’échappa pas à la tradition et Cathal se présenta aux Herbes de Brenna le nez rougi par une vague de froid inopinée et l’esprit particulièrement préoccupé. Oh, il avait toujours eu l’esprit constamment dérangé par mille et une pensées diverses, errantes, vagabondant dans tous les sens, mais ce jour-là, il s’était levé plus songeur que d’habitude. La cause? Un amalgame des différents événements récente, dont  la récente indépendance écossaise qui marquait une nouvelle ère aussi réjouissante qu’incertaine, le début de décembre, soit le pire mois de l’année pour le petit Irlandais…. Nous pourrions ajouter tous les tracas ordinaires comme une thèse qui stagnait depuis quelque temps ou le prix des loyers qui augmentait à un rythme indécent, mais essayons de ne pas trop embrumer le jeune protagoniste déjà tarabusté, si ça ne vous ennuie pas. Bref, c’était avec un esprit occupé à être ailleurs que Cathal poussa la porte familière. L’esprit occupé mais fixé sur une certitude : aujourd’hui, il se prêterait au jeu de la divination, quitte à enfreindre la coutume.

Pendant trois ans, le jeune O’Caoimh avait catégoriquement refusé que Mme Quinn lui lise son avenir – elle lui avait proposé toutes les façons : thé, lignes de main, astre, froncement de sourcils, quantité de boue sur les chaussures… mais elle s’était butée à une série de non, non et re-non, pardon, mais c’est non. Ce matin-là, pendant qu’il se préparait à transplaner, l’idée qu’elle interprète les lignes de sa main lui vint naturellement. Elle n’avait même pas eu le temps de germer : elle s’était imposée d’elle-même et n’eut pas besoin d’argumenter avec la conscience de Cathal. Chose rare pour le sorcier qui se menait intérieurement de longues batailles de pour et contre pour la moindre Noise.

Cathal sourit en reconnaissant les murs, les objets, les odeurs, de l’établissement. Il se sentait toujours bien, confortable, materné, réconforté, dans cette boutique, mais pas au point d’en oublier les tourments extérieurs qui le collaient à la peau décidément. Il aperçut les épanchements latéraux de Mme Quinn derrière un client proche de la caisse. Il ne voyait pas sa tête, mais l’entendait très bien le convaincre d’acheter cette crème d’eau de rose et de persil absolument révolutionnaire pour les monosourcils… Ne voulant pas déranger le déroulement de la vente, Cathal se fit discret, s’éclipsa dans son recoin préféré, posa son postérieur sur son fauteuil préféré et piocha un livre dans l’amas de publications à ses pieds. Madame Quinn saurait bien où le trouver lorsqu’elle serait libérée. Il entama la lecture des Neuf peintres moldus chez les sorciers, un essai sur ces artistes dotés d’une sensibilité extraordinaire pour la magie. Selon l’auteure, Danielle Dunes, cette sensibilité se percevrait dans leurs tableaux par le choix des couleurs, la présence de multiples halos et flous. Après avoir lu cinquante pages, Cathal s’intrigua du sort de Mme Quinn qui répondait encore aux absents, elle qui venait habituellement à sa rencontre dans les minutes suivant son arrivée. S’extirpant de son siège douillet, l’étudiant chercha du regard la propriétaire, en vain.

« Madame Quinn ? »

Sans réponse. Il haussa les épaules : une commission urgente, sans doute, l’avait appelée. Il s’attaqua au chapitre sur Helen Mabel Trevor, en attendant un signe de vie de la voluptueuse sorcière.


Dernière édition par Cathal O’Caoimh le Mar 15 Déc - 5:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t221-cathal-o-caoimh
avatar



Messages : 802
Âge du Personnage : 43 ans
Lieu de vie : Londres
Emploi : Patronne de la boutique "Aux herbes de Brenna"

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Jeu 23 Juil - 21:39

Pas le temps de chômer aujourd'hui ! Serena avait cassé une théière, il avait fallu courir avec tous les morceaux pour la reconstituer ... et le chat en avait avalé un, cet idiot ... Eugène ne voulait pas se lever, parce qu'il faisait trop froid. De fait il avait piquer la couverture en alpaga de sa sœur qui évidemment s'était mise à pleurer.

Il avait ensuite fallu ouvrir la boutique. La clé de la porte moldue se cassa dans la serrure. Heureusement qu'une sorcière n'est jamais à cours d'idées. Mais tout de même, c'était la troisième fois cette année ! Saleté de porte, qui en plus avait bu l'humidité et grinçait à chaque fois qu'on l'ouvrait et la fermait. Au moins, on en pouvait pas manquer l'arrivée ni le départ d'un client.

Tiens, parlons-en, des clients ! Les moldus fuyaient la boutique aujourd'hui, et les seuls qui sont entrés ont laissé des traces de boues ignobles sur la pierre et les tapis. Bougres de sagouins ! Dommage qu'elle ne puisse pas enchanter le paillasson comme pour la partie sorciers de sa boutique. Que de temps elle gagnerait ...

Puis ce fut l'heure du courrier dans l'arrière boutique. Deux chouettes fientèrent sur les livres. Satanés bestioles ! En plus, aucune nouvelle intéressante, c'était bien la peine. Sale matinée !


Mais par chance, on était Jeudi. Et pas n'importe quel Jeudi. LE Jeudi. Ah ça, elle l'attendait le jeune irlandais. Elle savait, elle en était persuadée, qu'il se laisserait faire cette fois. Elle le sentait. A mauvaise matinée bonne après-midi ! Encore fallait-il pouvoir aller le voir, car à l'heure où il pénétra dans la boutique, un autre sorcier, tenant encore plus le crachoir qu'elle - un comble -, ne cessait de lui demander des conseils sur la façon d'apprivoiser, de dresser et de prendre soin d'un lémurien zébré à crête jaune de Papouasie. Brenna ne savait même pas qu'il y avait des lémuriens en Papouasie. Ni même que ce genre de lémurien existait, d'ailleurs ...

Toujours est-il qu'elle du redoubler d'effort pour aider ce monsieur qui la récompensa en achetant pas moins de six ouvrages sur les animaux des pays tropicaux. Et du thé. Une constante chez les clients de Brenna : sans trop comprendre ni pourquoi ni comment, ils finissent tous par repartir avec au moins un sachet de thé ... Et du bon, à n'en point douter !

Une fois son client parti, Brenna se dépêcha, pour la quinzième fois depuis ce matin, de monter voir ce que faisaient les enfants, alertée par un bruit sourd - une fois de plus, ce pauvre Muskin, l'elfe de maison (libre et rémunéré), s'était fait avoir et avait été réduit et ligoté sur le train à vapeur d'Eugène -, puis revint à sa boutique moldue pour aller la fermer, faute de clients de ce côté-là. Ainsi, c'est alors qu'il était à nouveau plongé dans sa lecture qu'elle s'approcha discrètement - une prouesse - de Cathal.

Monsieur O’Caoimh, vous êtes amateur d'art moldu ? Je savais bien que vous aviez un esprit curieux et créatif ! Bien, vous aviez l'air désireux de me parler ...

Elle prit un air malicieux, et teinté légèrement par une certaine fourberie mutine.

Seriez-vous enfin décidé à savoir ce que la vie vous réserve ?


"Je suis en r'tard je n'ai pas l'temps de dire au r'voir, je suis en r'tard en r'tard !" :
 


Dernière édition par Brenna Quinn le Mer 12 Aoû - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4996 http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4595 http://poudredecheminette.forumotion.com/t718-brenna-quinn#4538 https://perchesurlabranche.wordpress.com
avatar



Messages : 249
Âge du Personnage : 25 ans
Lieu de vie : Édimbourg
Emploi : Sans emploi pour le moment

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Sam 25 Juil - 19:55

Cathal fut si surpris de l'arrivée de madame Quinn qu’il faillit en échapper son bouquin lorsqu'elle s'enquit avec une assurance presque mesquine de son niveau de préparation mental quant à la révélation de son avenir.

« Que…» mais le restant de sa phrase mourut sur le bout de ses lèvres. Cela aurait été une question idiote à laquelle il aurait récolté une réponse idiote - et il aurait passé pour un idiot.

Mais quand même : comment !? Par tous les caleçons propres et sales de Paracelse ! Comment Brenna Quinn avait-elle su (su ou deviné, hein) ses motifs du jour ? Voilà qui était un peu effrayant... mais aussi soulageant : il n'avait pas à lui annoncer lui-même qu’il faisait le grand pas. Chose qu'il n'aurait pas su prononcer, assurément : il aurait baragouiné des paroles confuses du style Mme Quinn... je... peut-être... j'ai réfléchi... il manque un petit peu de peinture sur la dernière étagère de cette bibliothèque. Il aurait tourné autour du pot un peu trop longtemps, prenant des nouvelles de ses enfants, de son chat, de son mari (oups), de l’état de son évier de cuisine avant de se lancer dans la grande révélation. Là, au moins, il pouvait se montrer plus courageux :

« Euh, ouais. » (Il était sûr de son choix, le bonhomme.) « Enfin, peut-être pas ma vie entière. Juste l'année à venir ? Ou les prochains mois ? » (Il était si sûr de son choix qu'il se rétractait peu à peu.)

Mais devant le regard de la boutiquière, il capitula : « D'accord, d'accord, ce que vous voudrez. » Voulant fuir et les yeux perçants de madame Quinn et la conversation, Cathal s’affaira pendant quelques secondes à remettre en place son Neuf peintres moldus chez les sorciers.

« C’était fort intéressant, vous savez. Simplement, pas trop mon type de livre » se justifia-t-il.

Petit point d'information psycho-Cathal : si l'Irlandais avait refusé pendant toutes ces années de se livrer à l'exercice divinatoire, ce n'était pas parce qu’il était mécréant de la chose. Au contraire, il croyait que certaines techniques révélaient réellement un pan du futur (ou du passé, selon le cas). Et c'est parce qu'il y croyait si fort qu'il en était presque effrayé, lui, qui avait toujours essayé de faire son chemin sans béquille. Le caractère quasi-décisionnel des paroles divinatrices ne lui avait jamais plu, mais aujourd'hui, dans le néant presque total, il ne refuserait pas l'arrivée d'une lueur à l'horizon – non sans la redouter un tantinet.

« Mais Madame Quinn, de la manière la moins douloureuse, s'il vous plaît, n'est-ce pas ? »

Du coup qu'il lui passait par la tête d'observer l'opacité de son sang fraîchement coulé de sa paume de main. Simple précaution élémentaire. Et puis, il se devait de savoir : « Vous le saviez depuis ce temps ? Que j'allais vous le demander aujourd'hui ? »

Si oui, elle était une sacrée coquine de l'avoir gentiment embêté durant trois ans. Si non, et bien, elle venait tout de même de prouver qu'elle détenait quelque talent pour la chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t221-cathal-o-caoimh
avatar



Messages : 802
Âge du Personnage : 43 ans
Lieu de vie : Londres
Emploi : Patronne de la boutique "Aux herbes de Brenna"

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Mer 12 Aoû - 13:38

Ha, la question piège ! Que répondre à ce jeune curieux ? Rien de plus qu'une habituelle rengaine de diseuse de bonne aventure, le genre de propos vague qui répond à la question avec perfection mais qui laisse le questionneur dans le doute. Brenna aimait jouer avec les moldus de cette façon, et bien qu'elle soit plus "sérieuse" avec les sorciers, ce jeu avec eux était tout autant plaisant. Et cela ne l'empêchait nullement de bien faire ce pourquoi elle était douée. La cerise sur le gâteau en quelque sorte.

Brenna adopta donc son sourire à la fois amical et agréable, et farceur et sournois. Un drôle de mélange qui somme toute était assez sympathique.

Si je savais ? A votre avis, très cher Cathal ? lança-t-elle dans un petit ricanement amusé avec un clin d’œil mutin.

Et comment pensez-vous que je procède ? Vous ne croyez tout de même pas que je pratique des sacrifices sanglants pour lire dans les entrailles chaudes ? Le thé, les cartes et le cristal sont bien plus civilisés, et surtout moins salissants ! Là, c'était maintenant un rire franc. Si intense sur le coup qu'elle en lâcha une larmichette avant de se clamer abruptement et reprendre un sérieux décontenançant.

Bien, avant toute chose, entendons-nous bien ... La divination, quel que soit l'outil utilisé, n'est pas une magie précise. Les prophéties auxquelles on ne peut échapper ne sont pas habituelles, et l'officiant ne voit que rarement les choses avec une précision extrême. Ce que je vous dirais sera sans aucun doute assez vague et soumis à votre propre interprétation. Et tout comme le destin n'est pas toujours tracé en parfaite ligne droite, ce que vous apprendrez aujourd'hui peut très bien ne jamais se réaliser si les chemins que vous emprunterez par la suite vous en éloignent.

Elle reprit son sourire maternel, attrapa une vieille théière en faïence blanche et aux dessins bleus - un souvenir de France - l'ouvrit et la renifla, la referma et regarda son client.

Du thé avant de se lancer ? demanda-t-elle avec un petit air amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4996 http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4595 http://poudredecheminette.forumotion.com/t718-brenna-quinn#4538 https://perchesurlabranche.wordpress.com
avatar



Messages : 249
Âge du Personnage : 25 ans
Lieu de vie : Édimbourg
Emploi : Sans emploi pour le moment

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Sam 5 Sep - 16:35

De son avis ? Cathal haussa les épaules. Elle avait sans doute pressenti un truc, eut un instinct qu’à un moment il céderait/déciderait de franchir le pas, mais quant à savoir comment elle avait déterminé la journée-même…c’était impressionnant. Ou une bonne gageure. Il gardait son jugement pour la fin de la rencontre, pas d’opinion hâtive avant d’avoir observé la voyante à l’œuvre.

Brenna Quinn et son éternel ton moqueur-gentil, et ses traditionnels petits yeux farceurs, et sa volubilité hors du commun, et cette personnalité forte l’intimidait encore, parfois. Heureusement, elle n’était pas friande de rituels païens douteusement obscurs requérant le découpage d’un quelconque organe animal (ou humain), voilà de quoi rassurer les effrayés.

« Bien compris, Mme Quinn … mais vous n’êtes pas en train de me dire que vous-même ne croyez pas à votre pratique ? » dit Cathal en adoptant le ton léger et farceur de la boutiquière.

Pour un Cathal qui cherchait une place définie à tout et n’importe quel iota, cette possibilité de flou le contrariait légèrement. Il aimait les réponses claires, pas les approximations - mais comme il baignait dans les probabilités nébuleuses depuis quelques années, il s’en contenterait pas trop mal. Il lui semblait qu’il devait y avoir une certaine structure, un ordre préétabli – pas fixé, pas de béton – mais une sorte direction. Une raison de l’existence des choses, une raison qui serait  palpable d’une manière (la divination) ou d’une autre (le sacrifice humain, par exemple), mais madame Quinn, en ce moment, lui racontait exactement le contraire. Il fronça le nez : quelle était alors l’utilité de la divination ? OK, OK, la divination n’était peut-être pas toujours à côté de la plaque, mais elle pourrait s’efforcer.  

« Je ne dirais pas non à du thé, merci. C’est du vrai ? Enfin, du faux ? ‘fin, vous comprenez » s’embrouilla-t-il. Le vrai thé, celui qu’on buvait ou celui qui formait des sinistros dans le fond des tasses ?

« Ainsi, on pourrait faire dire presque n’importe quoi aux feuilles de thé, par exemple, si le sujet décide d’interpréter la révélation comme il le veut? » réfléchit-il à haute voix. Dans un tel cas, l’exercice divinatoire ne servait à rien d’autre que de conforter le sujet dans ses croyances … ce qui ne l’aidait probablement pas dans son cheminement et qui annihilait l’utilité (si elle existait) de l’exercice. D’accord, Cathal, arrête avec tes pensées circulaires sans but, et reste un peu dans la réalité, tu veux bien...

« Pardon, je divague. Dernière question, je promets : est-ce que toutes les façons se valent ? Pour les personnes, je veux dire. Je suis pas très clair… est-ce qu’il y a une meilleure façon – le thé, les lignes de main – de procéder selon chaque personne ? »

La vraie question était en fait comment vous y prendrez-vous avec moi, mais les mots s’étaient légèrement détournés.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t221-cathal-o-caoimh
avatar



Messages : 802
Âge du Personnage : 43 ans
Lieu de vie : Londres
Emploi : Patronne de la boutique "Aux herbes de Brenna"

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Dim 20 Sep - 23:54

La première réflexion laissa l'irlandaise de marbre. Bien qu'intérieurement elle se gaussait profondément. Imaginer qu'elle ne croyait pas à son art, c'était bien ridicule, et fort amusant. Il était vrai que ce jeune homme lui avait toujours semblé très - trop - terre à terre. Le genre à douter de tout et à ne croire que ce qui peut être démontrable. La plupart des moldus étaient comme ça, par ailleurs. Comme leur saint Thomas, qui ne croyait que ce qu'il voyait et pouvait toucher. Ah, ces moldus... Mais pour l'heure il s'agissait de Monsieur O'Caoimh et de son scepticisme notoire. Haha ! Et par Merlin, il en avait des doutes ce jeune sorcier ! Il lui rappelait cette camarade, plus âgée, de Dewey, à Gryffondor. La femme du Survivants à ce qu'on disait. D'après Dewey, elle savait tout sur tout et se faisait un malin plaisir à tout expliquer. A ce qu'il paraît, cette vieille bique de Trelawney la prenait toujours en exemple quand elle expliquait que tous les sorciers ne peuvent avoir le Troisième Œil. Quelle bonne blague venant d'elle tiens ! Mais revenons à Cathal... et au thé qu'elle amena jusqu'à la table de divination.

Mon cher Cathal, je vois que j'ai également beaucoup à vous enseigner.

Elle servit d'abord Cathal à qui elle tendit une belle tasse de porcelaine immaculée aux dessins vieillots en peinture rougeâtre, représentant un lapin en gilet regardant une montre à gousset, puis remplit sa propre tasse, du même service, mais représentant cette fois un œuf avec un chapeau et un costume d'écolier se tenant sur un muret. La porcelaine s'embua tandis que le liquide doré la réchauffait. Un amateur aurait pu à ce sujet se rendre compte que chacune des deux tasses avait été servie avec perfection, le liquide s'arrêtant à exactement un centimètre du rebord. Elle le servait toujours de cette façon, par ailleurs. Sans jamais en verser une seule goutte à côté, mais toujours en faisant tinter légèrement le couvercle sur la théière. Un petit bruit rassurant et somme toute agréable, il fallait bien le dire. Brenna posa la théière et se cala dans le fauteuil. Elle ramena le sucrier, d'un autre service mais d'une égale porcelaine, et y piocha deux sucres ocre. Elle ne jurait que par le sucre de canne non raffiné. Et par les sucres aux formes rigolotes. Elle arbora un fier sourire en voyant qu'elle avait prit un cœur et un trèfle. Elle tombait toujours sur le cœur et le trèfle. Elle les laissa couler au fond de sa tasse puis repoussa le sucrier vers Cathal en lui faisant signe de se servir s'il le désirait. Après quoi elle s'affaira à mélanger son thé, en douceur, en accomplissant l'exploit de ne pas faire grincer la cuillère contre la tasse, évitant ainsi ce son passablement désagréable.

Pour lire dans le thé, il suffit d'un thé en feuilles produit naturellement et avec soin. Certains ne jurent que par le thé anglais, j'avoue avoir une nette préférence pour les thés asiatiques. Question divination, les chinois sont vraiment très doués vous savez.

Elle s'arrêta de touiller et huma son thé. Elle reposa la cuillère, en argent finement ouvragé, sur le plateau, le dos vers le plafond. Elle regarda Cathal et lui sourit, puis reposa sa tasse dans sa soucoupe assortie, un peu ébréchée. Après quoi elle joignit les mains.

Les chinois disent que, quand une feuille de thé tombe de la théière jusque dans la tasse, si elle reste verticale et suspendue au fil de l'eau, la chance sourira toute l'année à celui qui en boit le thé.

Elle regarda la tasse de son cher client. Dommage, pas de feuille nageuse.

Mais cette méthode n'est pas vraiment ma tasse de thé, ria-t-elle de bon cœur, ravie de son bon mot. Elle le ressortait souvent, celui-là. Comme vous le dites, on pourrait presque leur faire dire n'importe quoi. C'est un peu comme les nuages : certains voient des lapins là où d'autres voient des canards. mais à l'image des jeux d'optiques, parfois c'est juste parce que les deux images sont présentes, tout dépend du point de vue.

Jugeant que son thé était désormais à la bonne température, elle reprit sa tasse et en lapa une gorgée. Parfait.

Pour ce qui est de déterminer la meilleure méthode, je suis de ceux qui pensent qu'il faut laisser le client choisir. Cela permet, à mon humble avis, de mettre la méthode ne harmonie avec le demandeur, et d'obtenir de meilleurs résultats. Des résultats plus compréhensibles, du moins. Mais je vous avoue que je préfère de très loin lire les cartes. Les cartes sont les plus bavardes, mais aussi les plus complexes - et c'est ce qui les rends plus intéressantes - car il faut faire très attention à ce qu'on demande. Et leurs connexions les unes aux autres sont tellement nombreuses, aucun tirage ne ressemble aux autres, un vrai délice. Par rapport aux lignes de la main et au thé, elles sont aussi plus précises, et parlent autant du passé que du présent et du futur. Les lignes de la main, c'est cependant bien pratique pour connaître le caractère et la vie actuelle du consultant. Mais avouons qu'il n'y a rien de magique là-dedans. De la corne et des crevasses, et je vous dirais que vous travaillez durement de vos mains en un seul coup d’œil bref, conclu-t-elle en gloussant d'une façon très amusante.

Brenna s'abreuva de deux nouvelles gorgées de son thé parfumé. Elle adorait ce thé. Il sentait bon Noël : cannelle, clémentine, pain d'épice, sucre d'orge, et bons cookies se rappelaient au souvenirs de ceux qui le buvaient. En outre, il avait le don de teinter les joues de rose, comme le vin chaud.

Pour ce qui est de l'interprétation, cela dépend de la façon dont on utilise la méthode de divination. Pour le thé, il faut apprendre à différencier les nuances. Un chien n'est pas nécessairement le Sinistros, n'en déplaise à cette chère Professeur Trelawney. Tout comme l'arcane sans nom du Tarot n'est pas systématiquement signe de mort. Cette carte signifie d'ailleurs très rarement qu'une mort est imminente... Mais les moldus paniquent toujours quand ils la voient, c'est assez amusant. C'est à ça qu'on reconnaît un maître en divination d'un débutant. Ou d'un moldu.

Mais
, finit-elle après une pause le temps de s'hydrater, comme le disent bon nombres de sorciers, la divination n'est et de sera jamais un art magique à la fiabilité certaine. C'est pour cela qu'il est compliqué.

Mince, la tasse était déjà vide. Par Merlin, elle avait une sacrée descente aujourd'hui. Brenna se resservit donc une tasse.

Alors, on choisit quoi ? adressa-t-elle enfin à Cathal avec un magistral sourire, se rendant compte qu'elle avait monopoliser la parole et avait sans aucun doute troublé encore davantage le jeune homme. Elle avait le don pour noyer le poisson. Très utile quand on a deux jeunes enfants doués dans les questions existentielles dont on n'a que rarement la réponse.


Aux Herbes de Brenna
Herboristerie - Développement personnel - Divination

Ouvert du Lundi au Samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h
Fermetures annuelles du 30 Septembre au 7 Octobre et du 23 Décembre au 2 Janvier inclus, ainsi que le 2 Mai
Contact : Mrs Brenna M. Quinn, "Aux Herbes de Brenna", Charing Cross Road, Londres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4996 http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4595 http://poudredecheminette.forumotion.com/t718-brenna-quinn#4538 https://perchesurlabranche.wordpress.com
avatar



Messages : 249
Âge du Personnage : 25 ans
Lieu de vie : Édimbourg
Emploi : Sans emploi pour le moment

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Mar 15 Déc - 5:41

Cathal ne devait pas être le seul à s’interroger sur tout le processus divinatoire, si? Réflexion faite : probablement. Quel autre jeune perdu n’ayant jamais voulu se faire dire son avenir – si telle chose était possible, gardons cela en tête – changeait brusquement d’idée, sérieusement, qui!? Moi non plus, je ne sais pas. Brenna Quinn fit preuve d’une grande patience en répondant longuement et pédagogiquement à toutes ses questions épistémologiques. Réponses qui soulevèrent de nouvelles questions, bien évidemment, chez l’étudiant donc les neurones semblaient ignorer le concept de pause-café (ils n’avaient pas de syndicat, les pauvres). Il ne le faisait pas exprès, de poser toutes ces questions à tout le monde à propos de tout et de n’importe quoi : elles semblaient atterrir toutes seules comme des grandes sur le bout de sa langue. Cette fois-ci, Cathal se retint, presque de justesse, mais simplement parce que madame Quinn déblatérait sans s’arrêter et que Cathal détenait quelques notions de politesse (et qu’elle racontait des choses fort intéressantes, aussi, mentionnons-le).
Alors, on choisit quoi ? lui demanda-t-elle en toute impunité. Ah mais il n’en savait absolument rien! Et son ignorance traversa son discours éloquent :

« Euh… et bien… »

Il but une gorgée de thé, la première en fait puisqu’il avait été précédemment absorbé par l’enseignement de la boutiquière, et il fut plus que surpris par la saveur sucrée du thé. C’était un drôle de thé, très loin de ce qu’il avait l’habitude de boire – un simple thé vert un peu sec et qui avait infusé dans trois-quatre tasses auparavant, question d’économie. (Donc, grosso modo, il buvait souvent de l’eau chaude légèrement aromatisée.) (Il avait d’ailleurs essayé de faire pousser son propre thé dans sa petite serre magique, mais n’avait pas réussi à recréer les bonnes conditions et ç’avait été un franc échec. Enfin, pas complètement : lorsqu’il le mélanger avec un autre thé infect, le goût n’était pas trop mauvais, mais l’arrière-goût restait dans le fond de la gorge trois jours plus tard… donc, non, sans succès, tout compte fait.)

« C’est comme s’il me faut choisir la sorte d’information que je veux recevoir » lança-t-il à voix basse, sans doute plus pour lui que pour madame Quinn.

Les cartes, donc, pour une meilleure précision, pour davantage de clarté – mais était-ce e qu’il recherchait réellement? Que voulait-il vraiment, de cette entrevue, de cette expérience? Ça, c’était une bien bonne question. Une petite lueur. Voilà ce qu’il désirait. Pas un chemin tracé. Simplement un indice qu’il ne baignait pas complètement dans son néant d’incertitude, de données inconnues, de jours flous. Mais il ne voulait pas tout savoir – il le découvrirait par lui-même, se laisserait bercer par le temps et les découvertes parsemées çà et là.

« Je vais y aller pour le thé. Désolé de ne pas vous faire utiliser les cartes » ajouta-t-il, les commissures de lèvres relevées. « Une autre fois peut-être. » Sans doute pas. Ou dans une autre vie. Vous en avez du Japon? J’aime bien le Japon. »

Même s’il n’était jamais allé en terre nipponne.


Mégaaaa pardoooon:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t221-cathal-o-caoimh
avatar



Messages : 802
Âge du Personnage : 43 ans
Lieu de vie : Londres
Emploi : Patronne de la boutique "Aux herbes de Brenna"

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Ven 15 Jan - 20:47

Le thé. Étonnamment - ou pas, en fait, on parlait de Brenna - la sorcière n'ne fut point étonnée. Elle adopta donc un étrange sourire satisfait qui ne pouvait échapper à son client déjà visiblement peu à l'aise dans ses chaussures aujourd'hui. C'est qu'au sujet de Brenna, il y avait une chose à savoir : si elle était très vite et énormément maternelle avec les gens qu'elle appréciait, elle savait aussi être particulièrement taquine avec eux - surtout les plus jeunes - et aimait par-dessus tout faire mariner dans leur jus ses clients préférés avant de les faire passer sous la lentille de sa divination. C'était son petit plaisir, déjà parce qu'elle avait finalement rarement l'occasion de s'y adonner, les gens étant de moins en moins friands de divination. L'avenir semblait faire de plus en plus peur... Pour les sorciers comme pour les moldus, d'ailleurs.

Allons-y pour le thé... Japon vous dites... hum oui, je dois en avoir du bon pour ça...

Disant cela elle se leva et alla farfouiller dans une des étagères qui croulait sous les grandes boîtes de thé rondes et noires. Bien que Cathal ne puisse plus l'entendre clairement, il pouvait capter des "non, pas ça...", "ah là ! Non, ça c'est viêtnamien", et "mince alors, il ne reste que ça comme matcha ?" ponctué de bruit de boîtes qui s'entrechoquaient et de couvercles qu'on ouvrait et fermait. Il pourrait même, s'il tendait l'oreille, capter un rageur "il faudra vraiment que je refasse mon étiquetage !". Et puis enfin, elle se retourna en bondissant presque, levant fièrement une petite boîte ronde, rouge foncé avec un couvercle noir, en bois laqué bien brillant, et lâcha, fière de sa découverte un "HA !" triomphant. Après quoi elle se dirigea vers la table et y déposa son trésor. Cathal pourrait alors voir que la boîte n'était pas totalement rouge et noire : partout était gravés, rehaussé d'argent, des petites fleurs de cerisier stylisées. Un bel objet d'artisanat nippon, à n'ne pas douter.

Un gyokuro de Kyôto. C'est une amie sorcière japonaise qui m'en apporte chaque fois qu'elle vient à Londres pour visiter sa belle-famille. Le meilleur thé japonais, savez-vous ?

Elle ne laissa bien sûr nullement le temps de répondre quoique ce soit à Cathal, étant déjà repartie, direction une autre étagère, en lâchant un léger "bon, la théière maintenant". Elle s'affaire moins longtemps cette fois, le plus compliqué consistant à attraper la-dite théière qui comme par hasard se trouvait tout en haut, et ce sans rien faire tomber. Un exploit étant donné la façon dont elle s'agrippa à l'étagère du dessous... Un véritable numéro d'équilibriste qu'elle exécutait régulièrement tellement sa boutique était pour le moins encombrée.

Elle retourna donc rapidement dans la petite cuisine aménagée dans un coin, et seulement cachée par un tout petit rideau jaunâtre qui de fait faisait plus office de décoration que de séparation... Cathal ne la vit pas faire - elle lui tournait le dos et était placée devant l'évier - mais il l'entendit remplir la théière d'eau. D'eau très chaude vu la vapeur qui d'un coup s'échappa du petit réduit. Après quoi elle plaça la théière sur la plaque métallique qu'elle avait mis en route juste avant et qui déjà commençait à rougir. Une fois la théière en place, Brenna dégaina sa baguette et l'agita délicatement au-dessus de l'ustensile en fonte.

Cela ne sera pas long.

Effectivement, en moins de deux minutes le bec de la théière se mit à siffler telle une locomotive à vapeur. Brenna l'ôta du feu et revint s'asseoir avec, attrapant au passage une nouvelle tasse. Cette dernière, comme la théière, était bien plus grossière que celles dans laquelle la sorcière et son client sirotaient leur thé. La théière en fonte était noire, et parfaitement à l'image qu'on se faisait des théières japonaises traditionnelles. La tasse semblait être en céramique, en grès peut être, mais comme elle était peinte, c'était difficile de le savoir. Elle était en tous cas lourde, malgré sa petite taille. Et elle ne disposait pas d'anse. Il semblait, à bien y regarder, que théière et tasse venaient elles aussi du Japon...

Après avoir posé le tout sur la table, Brenna s'empara de la boîte de thé, ôta le couvercle qui découvrir un opercule en plastique. Si la boîte était traditionnelle, l'ouverture avait été modernisée afin de conserver le thé de façon optimale. Elle versa le thé en vrac dans la tasse, au jugé visiblement. Satisfaite de son dosage, elle referma la boîte, et la reposé à l'exact endroit d'où elle venait de la prendre. Après quoi elle versa, de façon délicate et méticuleuse, par un très léger filet, l'eau sur le thé. Le bruit produit était assez agréable à l'oreille.

Brenna reposa la théière une fois la tasse suffisamment remplie à son goût. Elle prit la tasse de sa main droite et l'agita légèrement, en faisant tourner son poignet et sa main dans le sens inverses des aiguilles d'une montre. Après quoi elle déposa la tasse devant Cathal.

Quand ça sera bien infusé, et un peu moins chaud surtout, buvez le thé. Laissez le moins de liquide possible. Bien sûr inutile de faire ça cul sec même si la tasse est petite, ça reste du thé de luxe, il faut l'apprécier.

Il faudra que vous pensiez très fort à la question à laquelle vous voulez que le thé réponde. Ce doit être une question à la fois précise et vague : précise dans sa formulation et vague dans son sujet. Pas de chose comme "quelle sera la couleur de la cravate de mon patron demain ?". Et ce doit être une question ouverte, évidemment. Et il vaut mieux formuler une question positive : au lieu de demander si vous allez avoir des problèmes cette année, par exemple, préférez demander si l'année sera ponctuée d'opportunités...

Cela doit vous semblez compliqué, mais pour que la divination soit efficace, il faut commencer par poser les bonnes questions de la bonne manière...


Son laïus fini, Brenna adressa un sourire aimable à son jeune client, et l'invita à procéder. Le thé avait à présent une belle couleur ambrée aux accents verts, et une odeur délicate s'en échappait. Quand il le boira, Cathal pourra apprécier son parfum à la fois fort et doux, et son goût complexe. Il comprendrait pourquoi il s'agissait d'un thé de luxe, comme l'avait dit la sorcière...


Aux Herbes de Brenna
Herboristerie - Développement personnel - Divination

Ouvert du Lundi au Samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h
Fermetures annuelles du 30 Septembre au 7 Octobre et du 23 Décembre au 2 Janvier inclus, ainsi que le 2 Mai
Contact : Mrs Brenna M. Quinn, "Aux Herbes de Brenna", Charing Cross Road, Londres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4996 http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4595 http://poudredecheminette.forumotion.com/t718-brenna-quinn#4538 https://perchesurlabranche.wordpress.com
avatar



Messages : 249
Âge du Personnage : 25 ans
Lieu de vie : Édimbourg
Emploi : Sans emploi pour le moment

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Mar 9 Fév - 17:32

Formuler une question positive et floue mais claire. D’accord. Voilà qui devait être possible. Après tout, poser des questions, n’était-ce pas une de ses spécialités ? Voire, sa plus grande tare selon certains (il pensait notamment à son directeur, Miles, qui s’amusait désormais de ses questions en rafale et lui demandait s’il réussissait à dormir le soir ou s’il était trop occupé à s’interroger sur le fonctionnement de l’entièreté de l’univers). Il ne le faisait pas exprès – de poser des tas de questions – elles jaillissaient inopportunément, groupées, et le turlupinaient pendant des semaines si elles n’obtenaient pas réponse. Leur nature grégaire rendait la tâche imposée par Mrs Quinn particulièrement ardue ; comment se contenter, se limiter à une seule interrogation lorsqu’il en avait deux cent cinquante-trois en tête !? S’il s’était résolu à enfin permettre à Mrs Quinn de lui révéler (bon, révéler, en v’là un grand mot aussi) son avenir, c’était entre autres parce qu’il ne savait plus vers quelle direction se tourner et que son MURENES semblait se diriger tout droit dans l’abîme des études insensées. Il repoussa le moment de réflexion et glissa ses doigts, toujours légèrement transis, autour de sa nouvelle tasse de thé. Il en scruta l’intérieur, regarda les faibles remous du liquide chaud – ce qui allait en rester pouvait réellement … dire quelque chose ? Il tenta de percer l’ambre de son thé, y cherchant quelque mystère ancien, une révélation, que sais-je, mais en vain. Il laissera la tâche aux professionnels. Il approcha la tasse de ses lèvres, souffla, prit une petite gorgée et souffla de nouveau – il aimait bien son thé tiédi (des années d’oubli de sa tasse dans un recoin de sa chambre lui avaient apprécié le vieux thé infusé et refroidi, si bien que le thé tiède lui paraissait, en comparaison, un réel luxe).


Une question, donc, précise et vague. Pourquoi était-il ici, en premier lieu ? S’il réussissait à se répondre à cette question, il pourrait sans doute mieux guider sa réflexion. Le regard dans le vide, ses yeux s’accrochèrent sur le visage familier de la tenancière de la boutique – comme elle devait être heureuse qu’il se prêtât enfin à l’exercice ! Mais bon, ce n’était pas pour elle qu’il avait accepté, mais pour lui, pour… pour savoir… pour … pour quoi ? Son thé maintenant à la bonne température, l’Irlandais égaré en but une nouvelle gorgée et l’apprécia à sa juste valeur; c’était vrai qu’il était rudement bon! Une fine saveur à régaler en délicatesse les papilles. Il ne pipa mot, mais son visage communiqua son ravissement. Contentement de courte durée, car il lui fallait formuler mentalement sa fameuse question bientôt. C’était incroyable, cette incapacité à synthétiser tous ses tracas en quelques mots. Peut-être… Comment se déroulera… non, non. Est-ce que …non. Que chercher ? Plutôt pathétique. Que m’apporteront les… bof, bof. Par où regarder ? … peut-être. Il aimait bien. Était-ce trop vague ? Probablement. Mais il aimait bien tout ce que cette question impliquer. Une autre gorgée de ce délice nippon le fit changer d’idée. Il avait soudainement la très forte envie de quitter cet endroit. Un peu de nerfs, garçon, ce n’est tout de même pas un don de moelle osseuse. (Il est de mon avis que ce n’était pas Brenna Quinn qu’il aurait dû visiter, mais bien un psy, mais enfin.) Puis, par où regarder revint lui titiller l’esprit et rien d’autre ne parvint à chasser cette question. Bon. Ainsi fut-il.


Cathal sirota sa tasse en gardant le silence. Ses pensées vagabondèrent dans toutes les directions que lui inspirait l’exercice divinatoire à venir; Mrs Quinn entrait-elle dans une sorte d’état second? (Ah oui, il fallait penser à sa question…) Allait-elle lui dire qu’elle ne voyait absolument rien ? (Il se reconcentra sur sa question.) Puis il pensa à sa bonne amie Elma qui se moquerait sans doute de lui mais qui lui quémanderait tout de même un récit exhaustif. Puis il songea à sa thèse qui stagnait comme ce n’était pas possible. (Puis il se redit mentalement sa fameuse question.) Puis il arriva à la fin de sa tasse – quelle tristesse ! – qu’il déposa délicatement sur la table. Il la poussa vers Mrs Quinn en déclarant, presque en chuchotant : « Et bien, voilà. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t221-cathal-o-caoimh
avatar



Messages : 802
Âge du Personnage : 43 ans
Lieu de vie : Londres
Emploi : Patronne de la boutique "Aux herbes de Brenna"

MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn Sam 2 Avr - 17:20

Durant tout le temps de la réflexion et de la dégustation de son jeune client, Brenna garda un silence total. Elle semblait même comme figée, immobile dans son fauteuil, coude sur la table, main gauche sur la droite, son menton reposant dessus. Sa respiration, légère et calme, n'émettait aucun son. Seul son visage trahissait la vie, par ce sourire qui grandissait et les yeux pétillants dans les paupières se fermaient et se rouvraient avec une impressionnante régularité.

Voilà déjà longtemps qu'elle tannait le jeune homme afin de lui lire son avenir. Ce n'était pourtant pas son activité principale, ni même sa préférée, bien qu'elle y soit particulièrement douée. Sans doute à cause de cela, d'ailleurs. Mais quand il avait refusé la première fois qu'elle le lui avait proposé, elle avait senti là un challenge. Qu'elle avait accepté aussitôt. Aussi goûtait-elle son plaisir d'avoir enfin réussi à faire fléchir la volonté de Cathal. Il avait cédé pour son plus grand plaisir.

Bien sûr, elle eut préféré qu'il choisisse les cartes. Ou la boule de cristal. Ou même les runes. Voire les lignes de la main. Le thé... c'était, selon Brenna, le moins facile à lire. Déjà parce que tout dépendait du thé. Le goût importait peu, mais la qualité et l'authenticité étaient primordiales. Les thés japonais et chinois étaient les rares à pouvoir se lire correctement. Aussi chauvine qu'elle fut, Brenna avait vite été forcée de reconnaître que le thé anglais ne valait rien en matière de divination. C'était, comme elle les nommait, des "thés de table", rien de plus. Ce n'est que lors d'un voyage au Japon chez une amie sorcière d'Okinawa qu'elle appris ce que lire le thé voulait vraiment dire. Ce jour-là elle s'était souvenu des cours de divination à Poudlard - et encore, imaginez qu'à l'époque, ce n'était pas Trelawney, le niveau était bien meilleur - et en avait rit des heures.

Et bien, voilà.

Perdue dans ses pensées, elle n'avait même pas vu Cathal finir sa tasse. Elle lui adressa son éternel sourire.

Vous avez encore un peu de travail à faire, jeune homme. Prenez juste la tase par la anse et faites tourner délicatement par trois fois dans le sens des aiguilles d'une montre... voilà, comme ça, c'est parfait. maintenant renversez la tasse dans la soucoupe, sans être brusque. Voilà. A présent, c'est à moi !

Brenna récupéra la soucoupe et son dôme encore chaud et les plaça devant elle. Elle retourna la tasse, la prit avec la anse qu'elle fit ensuite pointer vers Cathal, et en observa un moment l'intérieur, dans un silence presque religieux. Au bout d'une minute elle lâcha un "hum hum" qui ne pouvait être interprété avec exactitude, son visage restant figé dans une expression telle qu'on en voit chez toute personne étudiant avec acharnement un quelconque sujet. Puis il y eu un "oh" joyeux. Une bonne nouvelle sans doute...

Bien.

Brenna posa la tasse entre elle et Cathal, au centre de la table, afin que tout deux puissent bien voir chaque feuille de thé collée à la paroi immaculée en porcelaine. Elle plaça la anse vers à nouveau vers Cathal.

Vous pouvez d'ors et déjà respirer, monsieur O'Caoimh, votre avenir me paraît tout à fait rassurant, et surtout toutes ses feuilles montrent une vie bien remplie. Comme tout le monde vous subirez les aléas de la vie, bien sûr, mais voyez...

Elle pointa son index droit vers le bord supérieur de la tasse, côté anse.

Ici c'est le présent vous concernant directement, plus on descend vers le fond de la tasse, plus il s'agit de signes sur votre avenir, proche puis lointain. Ce qui fait face à la anse n'a en général qu'une incidence lointaine, fugace, sur l'avenir du sujet.

A présent elle pointa du doigt une forme, à mi-chemin entre présent et futur lointain, avec un côté long et un autre plus ramassé...

Un marteau. Un travail dur qui sera récompensé. Vos études probablement, c'est ce qui semble logique, ou un projet qui vous tient à cœur et sur lequel vous travaillez beaucoup. Oh et regardez, juste en-dessous, là. Une échelle. Les deux sont liés : l'échelle représente un avancement, une opportunité à saisir. Un travail qui vous sera proposé, très probablement.

plus bas dans la tasse, en face des deux symboles que Cathal pouvait en effet voir une fois qu'on lui avait mis le doigt dessus, il y avait ce qui pouvait être un loup, ou un chien... La Trelawney aurait balancé "le Sinistros" avec sa voix d'outre-tombe...

Un chien. Un ami important. Qui aura sans doute besoin d'aide. Cela aura une incidence sur votre vie. Pas une grosse incidence, vu sa position, mais tout de même.

Brenna bougea un peu la tasse et murmura un "ah oui", avant de pointer ce qui ressemblait à... une bouilloire ?

Bon, ça, c'est une maladie. Rien de grave, je vous rassure. Mais vous voyez, c'est placé près du bord, donc ça vous arrivera bientôt. N'allez pas vous angoisser pour rien, mais ne tardez pas à voir un médecin si vous ne vous sentez pas en forme. d'ailleurs regardez, là, plus bas, c'est un gland, ça c'est la bonne santé. Et là... une lettre... voyons... un E ! Les lettres, c'est toujours l'initiale d'une personne importante dans votre vie. Tiens, c'est pas loin du chien. Peut être est-)ce l'ami à aider...

Elle tourna encore une fois la tasse, vérifiant chaque symbole passé.

Ah, j'allais oublier celui-là ! La tortue, enfin, les tortues, voyez, il y en a trois. Cela représente des critiques. De bonnes critiques, j'entends. Celles qui sont constructives et bénéfiques. Ecoutez-les, prenez-les en compte.

Enfin elle reposa la tasse, anse face à elle cette fois, pour pointer un dernier symbole, presque tout en haut, là où se trouvait la jonction entre la tasse et le bout supérieur de la anse. Une sorte de visage. Oui, ça ne pouvait être que cela.

Mon cher Cathal, vous vous posez trop de questions ! Avant de voir ce symbole rien que le foisonnement des autres le prouvait. Mais ça. Un visage placé ici est signe d'introspection. De trop d'introspection. Ce qui est certain, c'est que vous devez moins vous questionner et regarder vers l'avant. Voyez, la plupart des symboles sont vers le bas de la tasse, vers l'avenir. L'avenir et votre ami commençant par un E. C'est ça le plus important.

Brenna délaissa la tasse et s'enfonça dans son fauteuil. Elle resta alors silencieuse, en l'attente d'une éventuelle réaction de son client.




Spoiler:
 


Aux Herbes de Brenna
Herboristerie - Développement personnel - Divination

Ouvert du Lundi au Samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h
Fermetures annuelles du 30 Septembre au 7 Octobre et du 23 Décembre au 2 Janvier inclus, ainsi que le 2 Mai
Contact : Mrs Brenna M. Quinn, "Aux Herbes de Brenna", Charing Cross Road, Londres
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4996 http://poudredecheminette.forumotion.com/t731-brenna-quinn#4595 http://poudredecheminette.forumotion.com/t718-brenna-quinn#4538 https://perchesurlabranche.wordpress.com

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn

Revenir en haut Aller en bas
Tasse de thé nouveau genre ▬ Brenna Quinn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un RP "d'un nouveau genre" à vous proposer.
» Brenna Quinn
» "LA Fights" : Un nouveau genre de catch signé Nigel McGuinness
» PITTSBURGH RECOTTE NOUVEAU GENRE
» nouveau laby ror et tot la solution pour le parcourir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Angleterre :: Londres-