L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Alexander - fragments

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Alexander - fragments Lun 29 Juin - 10:16

C'était donc cela ce qui m'attendrait quand je serais devenu cette immonde Bête ? Serais-je traqué, disséqué, analysé sous toutes les coutures quand on m'aura capturé ? Serais-je une Bête de foire ? Ou bien encore serais-je un trophée quand ces trois chasseurs auront eu ma peau ? Mon regard gris-bleu les analysait tentant de comprendre qui ils sont et ce qu'ils me feront. Peut-être que finalement, je ne verrais jamais cet Aidan, ni cette association ... J'allais peut-être mourir ici et maintenant, tué par ces trois chasseurs aguerris sous le regard bienveillant de mon sauveur ?

Ezio aurait tout fait pour m'extirper des griffes de ces tueurs, mais il s'en serait sorti sain et sauf. J'avais pensé à fuir, loin d'ici, cela me semblait une évidence, mais mes jambes ne suivaient pas. Elles n'écoutaient nullement, mon corps était si lourd qu'il en devenait presque une tare à faire fonctionner. Mes oreilles bourdonnaient, je grelottais et suais en même temps. Et pour couronner le tout, un sang au goût de fiel inondait ma bouche.


Tu dois être vraiment beau à voir.

Là n'était pas la question, si je m'en sortais vivant -du moins en apparence-, j'offrirais un bon verre de Whisky à Ezio et je recontacterais Zoé, celle avec qui j'aurais du partir. Une forte quinte de toux vint s'inviter insidieuse. Crachant la moitié de mon sang sur la plaine albanaise, je sentis mes forces s'évanouir petit à petit. Mais j'étais en tête de notre charmant convoi, escorté par trois retors et mon sauveur. Le seul fait de marcher était un supplice mais je devais continuer. Quand on dit que parfois le mental s'avère plus fort que le corps lui-même ... C'était un peu ce que j'étais en train de vivre, l'envie de s'en sortir mais la carcasse qui n'en voulait plus. Je trébuchais sur ce que m'offrait la nature sauvage de l'Albanie et me rattrapais à cette même nature aidante et douce.

Je sentais que j'étais la chose à surveiller et à ramener en un bon état, mais là encore, tout s'avère relatif. Une présence à mes côtés, je tournais lentement la tête et mon regard gris-bleu se planta dans celui d'Ezio. Quelque chose avait pris place subitement dans ma main, quelque chose de végétal qui visiblement m'aiderait à aller mieux. D'une couleur grisâtre peu enviable, j'en mettais une dans ma bouche et commençais à mâcher sans trop me poser de questions. Le goût était âpre, avec une touche de framboise couplée à du sureau. C'était ma foi étrange au niveau des saveurs, mais je ne vais pas faire le difficile. Si cela peut me permettre d'aller mieux et de pouvoir en réchapper. Chose que je crois de moins en moins désormais ... Je me stoppais afin de reprendre mon souffle et ce difficilement, quand je vis une silhouette au loin près des arbres touffus. Une entité vêtue d'un linceul noir que je ne parvenais pourtant à distinguer qu'à moitié.
Je me retournais vers mes escorteurs mais ces derniers parlaient entre eux et Ezio me surveillait du regard. J'en déduisais donc qu'il ne l'avait pas vue. Au moment où mon regard gris-bleu revenait à l'endroit où prétendument elle devait se trouver, je la vis, là, en face de moi.

C'était une jeune femme. Pâle, au regard d'un gris d'acier et dont la chevelure rousse pouvait tout embraser. Ses lèvres étaient couleur rubis et elle me souriait. Qui était-ce ? Malgré moi je le savais très bien mais je préférais l'oublier. Ses mains sur mon visage brûlant étaient fraîches mais empreintes d'une chaleur maternelle. Elle penchait sa tête de côté et moi j'attendais sa sentence.


C'était donc ça la Mort ?

On m'avait toujours parlé d'une grande faucheuse vêtue elle aussi de noir à l'aspect squelettique et en face de moi se trouvait une jeune femme d'une beauté sans pareille. Je restais estomaqué face à elle, conscient que si je bougeais -chose qu'il m'était difficile d'entreprendre tant la douleur était intense-, elle prendrait ma vie. Aussi juvénile soit-elle.

- Ton heure n'est pas encore venue jeune homme.
- Pourquoi êtes-vous là ? Est-ce la fin ?
- Non, mon ami non. Je t'attendrais ne t'inquiète pas. Nous nous reverrons mais dans longtemps ...
- Mais ...
- Ici, tu vas "mourir" et t'offrir une renaissance.

Sans me laisser le temps de lui répondre ou de tenter d'argumenter sur mon cas, qui je le crois n'est pas du meilleur aloi, elle se met à m'embrasser. Non pas sur les lèvres mais sur le front. Témoignage évident que j'avais encore une chance de survie ... La suite, je sentis mon corps se glacer et ma tête bouillonner comme si j'eus un énorme mal de crâne à m'en vriller les organes.
Je tombais au sol. Inerte.


Était-ce cela la Mort finalement ?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander - fragments
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» F.T. d'Alexander Blake
» Alexander Caldin.
» ALEXANDER OVECHKIN .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Rps-