L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

[Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



Messages : 115
Âge du Personnage : 16 ans
Lieu de vie : Poudlard
Emploi : Élève -Stagiaire d'été chez Lukos

MessageSujet: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan) Dim 24 Mai - 14:35

-Mère! s'opposa Pothos. Il savait que cela aurait son petit effet. Elle détestait viscéralement toute marque de distance qu'il pouvait mettre entre eux, ou même entre son père et lui, comme si ça venait lui peser sur la conscience ou tourner le fer de la culpabilité dans la plaie de ses absences parentales. Pas que ses parents n'aient pas pris soin de leur fiston, bien au contraire, ils étaient simplement très occupés. Et c'était l'une de leurs fiertés de n'avoir jamais eu à recourir à l'aide d'une nounou pour éduquer leur rejeton. C'était également en raison de ce maudit orgueil que Pothos n'avait jamais eu ni cadette, ni cadet. Il ne s'en plaignait plus depuis de nombreuses années, bien trop content d'avoir toute l'attention de ses parents sans jamais devoir en partager les bénéfices.

En ce milieu d'après-midi de mars, par contre, il trouvait les bénéfices bien loin. Son père était en réunion d'affaires avec un client extrêmement important, et sa mère avait oublié qu'il passerait la semaine de relâche à la maison, et s'était organisée une petite soirée entre sorcières à laquelle ni Pothos ni Selen ne tenait qu'il assiste. Toutefois, Pothos n'accepterait pas non plus de rester cloîtré, seul, une soirée de plus, à la demeure familiale. Aussi modernes et branchés, si tant est qu'on puisse ainsi parlé de sorciers, que tentaient d'être ses parents, une soirée solitaire chez eux n'avait rien de captivant. Et il savait bien que sa mère ne lui permettrait de sortir chez ses amis que s'il acceptait sa part du marché. Il se trouvait que cette part du marché ne l'enchantait guère. Jamais au grand jamais ne s'était-il rendu seul à aucun de ces rendez-vous, et ce ne serait pas pour une soirée chiffon qu'il le ferait une première fois.

Ce fut donc pour une soirée cosmétiques qu'il le fit pour la première fois.

-Pothos Ender, mon fils, tu vas faire comme ta mère te dit. La moitié de Poudlard paierait pour être à ta place et se débarrasser de sa mère aussi facilement. Fais un homme de toi et va chez ce fichu dentiste par toi-même!

Ca avait été l'argument final et fatidique. Une atteinte à sa réputation à l'école. Pothos savait qu'elle était prête à mettre sa menace à exécution et s'il y avait bien une chose que le jeune homme craignait, outre de mauvais résultats, c'était de se retrouver sans amis. Ce serait un coup dur qu'il ne saurait jamais encaisser ni pardonner à sa mère. Et elle le savait, mais elle était ainsi faite: en affaires, elle était intraitable, et souvent l'éducation de son fils prenait des airs de contrat d'affaire, comme en ce jour de congé scolaire. Pour le parent doux, il allait généralement voir du côté paternel, aussi étrange que cela puisse semblé à ses amis.

Il s'était donc retrouvé sur le chemin de traverse, devant le porche de l'amie de sa mère, qui avait transplané avec lui et lui avait fait la bise avant de lui indiquer le chemin pour se rendre chez M. Blokes, car ils transplanaient habituellement directement dans la petite antichambre prévue à cet effet, attenante à la salle d'attente. Pothos suivit donc le chemin mentionné en sentant le duvet sur ses bras se hérisser tout au long de cette longue marche de quelques minutes. Il tourna à droite sur la deuxième rue, persuadé que sa mère ne lui avait pas dit troisième, et entra à la quatrième porte, sans porter attention au panneau inscrit où aurait dû être inscrit le nom de M. Blokes.

Il se retrouva dans une longue pièce étroite comme un corridor, flanquée d'une seule porte vitrée derrière laquelle il devina du mouvement et songea que la clinique avait probablement déménagé, ou alors elle avait été rénovée depuis son dernier rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t813-bonsoir-monsieur-le-directeur http://poudredecheminette.forumotion.com/t555-portrait-de-pothos-yilmaz http://poudredecheminette.forumotion.com/t535-pothos-yilmaz
avatar



Messages : 301
Âge du Personnage : 32 ans
Lieu de vie : Nottingham

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan) Dim 14 Juin - 21:20

La Bonne
Adresse
Aidan
feat.
Pothos


 

 



 

 

Wesper Jamein était un drôle de personnage, en supplément d'être un étrange pseudonyme. Il était notablement difficile de deviner le fond de ses pensées. En son for intérieur, Aidan mettait au défi quiconque de lui accorder sa pleine et entière confiance.


Aidan ne s'était guère laissé le loisir d'hésiter ou de douter avant de se rendre à ce rendez-vous.
A l'aune de ses habitudes, il s'était fié à son instinct...et au planning serré que lui concoctait méticuleusement Anne, son assistante. Une fois par mois, son emploi du temps prévoyait un espace consacré au partenariat doucement construit entre Wesper Jamein et Aidan Morgenstern.

L'opportunité d'un partenariat s'était imposé de lui-même.
Ils s'étaient croisés quelques mois auparavant, à l'occasion d'un colloque sur la question de la transmission de certains virus et maladie au sein du règne animal magique. Invité par Willem Wyndham, le colloque avait été pour Aidan l'opportunité de rencontrer des passionnés de la cause animale de tout le territoire anglo-saxon. Il n'avait pas été rare d'y croiser un groupe de sorciers d'un âge certain, discutant avec véhémence, grands gestes et voix tonitruantes à l'appui. L'agitation et l'enthousiaste avaient été à leur comble. Et il avait nécessité pas moins d'une quinzaine de membres du service de sécurité pour faire finalement évacuer la salle, trois heures après la dernière intervention officielle.
Wesper Jamein et Aidan Morgenstern s'étaient ainsi croisés au détour d'une conversation. Elle, gérante d'une clinique vétomagique, lui, responsable d'une organisation d'assistance aux jeunes loups-garous. Le rapprochement n'avait pas été d'une évidence rare. Dans un premier temps, Aidan avait, lui, cru être l'objet d'une drague assez discrète et sophistiquée de la part de la jeune femme. La situation n'était pas dépourvue d'un certain malaise. Pourtant, force avait été de constater, au gré de leur conversation, que leur point de vue se rejoignaient sur de nombreux sujets. La spécialisation de Wesper Jamein quant à l'analyse de sang de toutes les espèces magiques avait interpellé Aidan, qui s'était vu invité à passer dans la clinique que Wesper possédait sur le Chemin de Traverse.

C'était précisément dans cette clinique qu'Aidan Morgenstern se trouvait, en cette fin mai de l'année 2015. Ou, plus précisément, dans la petite pièce privée qui la jouxtait.

L'échange avait été fait, et les échantillons sanguins avaient changé de main.

« Quand est-ce que vous pouvez me fournir les résultats ? »

De toute évidence, Aidan ne s'était toujours pas résolu à la tutoyer. Préférant vraisemblablement garder une distance toute professionnelle entre eux.

« Si vous pouvez repasser demain en fin de journée... »
« C'est parfait pour moi. »

Quelques formules de politesse vinrent clôturer leur accord.

« Si vous pouviez sortir par l'arrière... »

Aidan s'exécuta gracieusement, conscient que ses visites régulières, alors qu'il n'était jamais accompagné d'une quelconque créature magique, pouvait finir par susciter des curiosités dans le voisinage.
La petite porte à l'arrière s'ouvrit sur une sorte de corridor... où se trouvait un jeune homme.

L'effort qu'Aidan effectua pour ne pas avoir l'air surpris - ou gêné - greffa une certaine maladresse dans la salutation d'usage qu'il adressa à l'inconnu.
Il tentait dans le même temps de se convaincre que le nouveau venu ignorait probablement tout de la petite transaction qu'il venait d'effectuer. Et, parallèlement, il n'y avait rien de foncièrement illégal à déposer quelques fioles contenant d'un sang de lycanthropes à une analyste renommée. Oui, il songeait à part lui qu'il n'avait strictement rien à se reprocher. Mais il ne pouvait pas non plus se permettre de laisser ce garçon se balader dans la nature, pour peu qu'il ait vu ou entendu quelque chose. Lui-même avait pratiqué les techniques d’espionnage innocent - communément appelé curiosité - au cours de ses jeunes années pour ne pas faire preuve d'un semblant de suspicion. Il lui fallait en avoir le cœur net et se débrouiller pour faire la lumière sur la question, d'une manière ou d'une autre. Il lui fallait donc, dans un premier temps, nouer contact avec le jeune homme.

« Je suppose que vous venez pour le poste d'assistant ? »

Le sourire qu'Aidan Morgenstern lui offrit était sincère. Sourire avait toujours été quelque chose de naturel chez lui.

« Que diriez-vous d'aller discuter de tout ça autour d'un thé ? »


© Gasmask



Aidan
Morgenstern

De retour dans le jeu après six longs mois d'absence. Merci de votre indulgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t395-aidan-morgenstern
avatar



Messages : 115
Âge du Personnage : 16 ans
Lieu de vie : Poudlard
Emploi : Élève -Stagiaire d'été chez Lukos

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan) Mer 17 Juin - 13:19

Alors que Pothos était parfaitement innocemment occupé à compter les tuiles de tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une surface, afin de tromper la solitude qui le gagnait, comme une marée d'angoisse.  Il avait senti la première vague d'inconfort lui lécher les orteils dès lors qu'il avait tourné le coin de la rue passante pour aboutir sur cette espèce de ruelle abandonnée.  Son dentiste avait forcément déménagé, et au salaire qu'ils le payait, Pothos ne comprenait pas son choix d'emplacement.  Chaque pas qu'il avait fait lui avait donné l'impression d'avancer dans une mare froide et stagnante, de plus en plus profonde.  Les courtes marches qu'il avait montées avait été comme autant de pas en profondeur.  Ses mollets s'étaient mis à trembler d'eux-même, puis tout s'était arrêté dès qu'il avait repoussé la porte, dans l'espoir d'y trouver quelqu'un de l'autre côté.  Le sentiment était revenu de plus belle et, écoutant les conseils d'un ami de la famille médicomage, il avait décidé d'occuper son esprit ailleurs que sur la lueur qu'il avait d'abord fixé, comme un phare au milieu de la nuit, ou une bouée au cœur de l'océan.

Pothos comptait donc les tuiles en s'efforçant de ne pas trembler quand la porte s'ouvrit, noyant la salle d'attente d'une faible lueur.  Il ne put refréner un sursaut, mais eut immédiatement le plaisir de constater que ses genoux se calmaient rapidement.  Un homme d'une trentaine d'année, barbu et d'apparence assez grande, du moins dans l'angle de vue de Pothos, se tenait dans l'embrasure.  Le garçon rendit machinalement son salut à l'inconnu, y joignant un sourire pour la forme, puis déglutit en mâchant sa salive, sèche.  Il faisait rarement aussi mauvaise première impression.

Décidant de se lever pour se présenter, ainsi que son rendez-vous, Pothos n'eut pas le loisir d'ouvrir la bouche que déjà l'autre le questionnait.  Un poste d'assistant?  Pardi! Non!  Et si notre Serpentard n'était pas plus curieux qu'un caillou, il se sentait en revanche, dans le moment présent, d'une couardise certaine et tentait toujours de reprendre pied, figurativement.


-Le poste d'assistant? Hum!  En fait...

Le sourire franc, presque paternel, d'en face finit de le rassurer.  Le descendant turc reprit aussitôt ses couleurs et rajusta son sourire en quelque chose de beaucoup plus naturel.  Voilà, maintenant il pourrait faire bonne impression.  Il rajusta sa manche gauche, qu'il avait légèrement froissée dans l'attente et pencha la tête légèrement à la proposition du mystérieux recruteur.  Tout était bon, dès qu'il pouvait quitter cet endroit sordide (désolé pour Miss Jamein, il ne s'agit que d'une opinion toute personnelle d'un adolescent perdu et effrayé).  Et puis, le thé avait de ces capacités indéniables!  Chaleureux et relaxant, deux choses dont le pauvre élève avait bien besoin en ce moment.

-Je prendrais volontiers un thé.  Vous avez un endroit à suggérer?

Déjà debout, Pothos se dirigea vers la porte par laquelle il était arrivé et l'ouvrit pour laisser son mentor du jour passer.  Désormais, il lui faudrait trouver une excuse pour cette homme, et une autre pour sa mère.  Il laissa passer l'étranger, puis sortit en refermant la porte derrière lui.  C'était définitivement libérateur.

-Au fait, je me nomme Pothos.

Venait-il de se griller?  À la rareté du prénom, l'autre réaliserait bien vite qu'il n'était pas sur la liste des candidats...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t813-bonsoir-monsieur-le-directeur http://poudredecheminette.forumotion.com/t555-portrait-de-pothos-yilmaz http://poudredecheminette.forumotion.com/t535-pothos-yilmaz
avatar



Messages : 301
Âge du Personnage : 32 ans
Lieu de vie : Nottingham

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan) Mer 8 Juil - 21:21

La Bonne
Adresse
Aidan
feat.
Pothos


 

 



 

 

Distraitement, Aidan Morgenstern détaillait le jeune homme, tout en dressant des plans mentaux. Il évaluait les différents scénarii possibles, jusqu'aux plus catastrophiques qui nécessiteraient un puissant sortilège d'amnésie et autres mesures drastiques de ce genre.


L'homme n'était pourtant pas connu pour ses penchants paranoïaques, mais le sentiment certain de frôler l'illégalité développait chez lui une forme de malaise qui ne lui était pas coutumier. Il était cependant suffisamment habile pour le dissimuler. Pour l'instant, rien ne transparaissait derrière son expression affable.

Le fait que le jeune homme rebondisse sur sa proposition - avec à peine un soupçon d'hésitation, que l'on pouvait attribuer à une réserve - rasséréna visiblement Aidan. Les espions n'étaient pas légion, et l'homme n'avait jamais donné à qui que ce soit de raison de porter sur lui des soupçons. Il n'était pas plus irréprochable que l'anglais moyen. Pas moins non plus.
Sans plus d'hésitation, Aidan Morgenstern emboîta le pas de celui qui s'avéra se prénommer Pothos. Le fait qu'il lui ait rendu son sourire avait tôt fait de faire taire ses doutes. D'un naturel confiant, la vie ne s'était pas encore chargée de lui apprendre la méfiance. Il était probable que ses propres capacités lui donnassent le sentiment de pouvoir se défaire de toute sorte de situation. Faire face un sorcier de plusieurs années son cadet était une autre façon de sentir en pleine possession de ses moyens : le jeune homme était moins avancé que lui sur la voie de la magie. Il n'aurait aucun mal à se défaire de lui. Préjugé inconscient ou réalité tenace, peu importait. Aidan se sentit libre de se détendre, quand bien même il referma prudemment la porte derrière eux et ne put s'empêcher de jeter un bref coup d'œil circulaire.

« Pothos ? Enchanté. Je suis donc Aidan Morgenstern, fondateur de Lukos.  »

Sa personnalité comptait de nombreux défauts, mais pas celui d'orgueil. Il ne doutait pas que ledit Pothos en soit à son énième entretien d'embauche. Son propre nom comme son visage n'avaient rien d'inoubliable.

« Je vous propose de prendre un moment à la terrasse du Watermelon and Strike.  »

Si le nom était improbable, l'accueil tout comme la carte valaient qu'on s'y attarde. Et qu'on y revienne.

Sur le trajet qui les mena jusqu'au pub, Aidan Morgenstern entretint la conversation, avec affabilité, enchaînant les questions et écoutant avec sérieux les réponses, sur des thématiques légères et sans conséquence.

Arrivés au Watermelon & Strike, ils furent accueillis par Emza, jeune quarantenaire dynamique qui les guida vers l'une des meilleures tables avant de se diriger de sa démarche chaloupée vers le comptoir pour y passer leur commande.

« Bien. Pothos.  »

Aidan Morgenstern ressentait toujours un malaise certain dans des situations similaires. Il ne se souvenait que trop bien de l'âge des recherches d'emploi, tout en s'efforçant de n'en rien montrer. Son entreprise était trop jeune, et touchait à un domaine trop sensible pour qu'il put se permettre des erreurs de recrutement.

« Vous avez eu contact avec Ms Chirolles, mon assistante ?  »

Elle était celle qui s'occupait des candidatures et de dresser le planning des rendez-vous.

« Parlez-moi un peu de vous, Pothos. Qu'attendez-vous de l'avenir en général ? Quelles sont vos passions ? Vos motivations  ?  »


© Gasmask



Aidan
Morgenstern

De retour dans le jeu après six longs mois d'absence. Merci de votre indulgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t395-aidan-morgenstern
avatar



Messages : 115
Âge du Personnage : 16 ans
Lieu de vie : Poudlard
Emploi : Élève -Stagiaire d'été chez Lukos

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan) Ven 7 Aoû - 21:04

L'élève de Serpentard réfléchissait à toute vitesse. Il venait de se retrouver en entrevue surprise alors qu'il était supposé se rendre chez le dentiste. C'était fou, tout de même, ce que la vie pouvait parfois vous réserver. Déjà, il établissait le plan de passer l'entrevue avec brio et obtenir ledit poste d'assistant. Après tout, il n'avait rien de mieux à faire cet été et ne serait certainement pas le premier élève de l'école à travailler en-dehors de l'année scolaire. Durant l'année scolaire, par contre, il en aurait été hors de question, si seulement la question s'était posée – Poudlard étant un pensionnat, après tout – car rien, pas même une opportunité de rendre son futur curriculum plus attrayant ne valait la peine de le détourner de ses études. S'il voulait réussir là où ses parents ne le voyaient pas, il ne pouvait se permettre de lésiner et devait travailler dur.

Aidan Morgenstern, nota-t-il mentalement alors que son futur premier employeur se présentait.


-Lukos, bien sûr. Fit-il pour enregistrer mentalement ce nom qui ne lui disait absolument rien et ne l'orientait aucunement sur la tournure que prendrait son été. Truc mnémotechnique : c'était comme un lumos donc il en ferait un cas. Voilà, ça devrait être enregistré dans les limbes de son cortex, ou ces choses que les enfants moldus apprennent à l'école normale. Et il avait affaire au fondateur même, pas à une secrétaire ou un gestionnaire en ressources sorcières, comme dans la société familiale. Il s'agissait donc d'une humble entreprise, probablement relativement récente – ou en mauvaise passe financièrement – comme vint confirmer le choix de salon de thé. Ce n'était pas une mauvaise adresse, ni un lieu paumé, mais pas non plus un endroit où un financier tel que le paternel Yilmaz y emmènerait un client, songeait-il en opinant du chef. Le salaire de Pothos risquait donc d'être faible, si il ne s'agissait pas même d'un poste de bénévolat. Loin d'être rebuté à cette pensée, le gosse de riche songea que cela paraîtrait encore mieux lors de ses futurs entretiens d'embauche. Son père disait toujours que chaque travail mérite salaire, mais fiston avait pour son dire que le salaire pouvait bien attendre quelques années si l'investissement était suffisamment bon. Pas dans ces mots : à cet âge on n'utilise rarement de pensées plus élaborées que le strict vital, mais dans l'ensemble, c'était la signification profonde de ce qui trottait dans l'esprit de PY lorsqu'il prit place sur la table de la terrasse. Et il songeât que son père avait sûrement parfois tort.

Habitué de badiner avec les invités de ses parents, il avait répondu aux questionnements d'Aidan à l'aide de réponses convenables en tous points, qui ne démontraient rien d'autre que de la politesse et de l'intérêt à poursuivre la conversation, alors qu'en réalité il calculait mentalement les intérêts mentionnés ci-haut. En même temps, les gens s'abordaient généralement entre eux de la même manière et l'habitude avait forgé en Pothos des réponses toutes faites.

L'adolescent croisa les mains sur la table alors que l'adulte prenait le contrôle du cœur de l'entretien. Fini de jouer, c'était le moment de passer aux choses sérieuses. Pothos nota mentalement que M. Morgenstern avait effectivement une assistante, après tout. Il se contenta toutefois de ne hausser qu'un sourcil pour toute réponse, n'ayant pas envie de brûler ses chances d'embauche en dévoilant toutes ses cartes dès la première brasse, mais n'appréciant pas particulièrement non plus les mensonges. Pothos se fendit le visage d'un sourire généreux et, sans sembler le moindrement du monde, répondit à l'interrogation d'Aidan, car malgré le nombre de questions, il n'y avait bien qu'une interrogation au final : était-il un bon candidat.


-Eh bien, M. Morgenstern, son accent trahit des appartenances germaniques dans sa famille, je pense que, contrairement à plusieurs jeunes de mon âge, j’attends beaucoup de l'avenir. Je sais qu'il n'est pas tracé, mais je compte bien rester en contrôle de la plume qui glisse sur mon destin et arriver au bout de mes rêves. Si ces rêves sont variés, celui, d'ordre professionnel, qui vous intéresse est, comme beaucoup de mes collègues de classe, j'en conviens, de devenir Auror. Avec suffisamment de travail, je compte même en devenir le directeur du département. Pour ce qui est de mes passions, je crois que je suis un garçon comme les autres : j'aime le quidditch et mon entourage. Je ne pense pas qu'une liste exhaustive de mes cours, du plus passionnant au moins passionnant ne vous soit d'une grande utilité, je me trompe? Question rhétorique. Il avait suffisamment écouté son père parlé d'entretiens d'embauche pour savoir y manœuvrer sans trop de peines, ni se rendre compte qu'il avait quelque peu pris les rênes. Puis-je me permettre de vous poser une question à mon tour? Je ne suis pas certain d'avoir compris exactement en quoi consisteraient mes tâches au sein de Lukos, serait-il possible de me les détailler?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t813-bonsoir-monsieur-le-directeur http://poudredecheminette.forumotion.com/t555-portrait-de-pothos-yilmaz http://poudredecheminette.forumotion.com/t535-pothos-yilmaz
avatar



Messages : 301
Âge du Personnage : 32 ans
Lieu de vie : Nottingham

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan) Jeu 5 Mai - 21:22

La Bonne
Adresse
Aidan
feat.
Pothos


 

 



 

 

Indéniablement, le garçon possédait une certaine assurance, allant de paire avec une maturité et un sérieux qui contrevenaient à son apparente jeunesse. Il n'était pas dépourvu d'ambition et exprimait clairement sa pensée. Aidan Morgenstern, quant à lui, prenait note mentalement de ces différents éléments, se refusant néanmoins à porter sur Pothos Yilmaz un jugement trop hâtif. Les apparences se jouaient bien trop souvent du discernement et du bon sens.


L'homme salua le petit discours du candidat d'un bref :

« Voilà qui est clairement et efficacement résumé.  »

Il adressa à Pothos un sourire neutre mais non dénué de sympathie.

« Nous discuterons plus en avant de vos ambitions tout à l'heure.  »

Aidan détesta, un instant, le style grandiloquent de ses phrases, songeant qu'il n'y avait pas si longtemps de cela, il s'était promis de ne pas devenir un de ces adultes aux discours ampoulé. Il prit conscience que son attitude se calquait à la fois sur le jeune homme qui lui faisait face et sur le rôle que lui-même était supposé endossé.
Il serait toujours temps de revenir à une tonalité plus cordiale et souple si jamais Pothos Yilmaz se révélait à la hauteur de ce fameux poste d’assistant. Poste qui n'était pour l'instant pas à pourvoir, puisque Anne remplissait ses fonctions à la perfection. Mais le fondateur de Lukos serait en mesure de la convaincre et de l'encourager à prendre quelques congés. Dans le cas contraire, une personne supplémentaire pour le seconder ne serait pas de trop. Encore fallait-il que Pothos Yilmaz soit à la hauteur de ses attentes. Lukos n'était en rien une banale petite entreprise, et requérait, en conséquent, des qualités substantiellement différentes. Il était temps d'affiner la question et de répondre aux questions de son candidat.

« Au-delà d'une première semaine de familiarisation avec le fonctionnement du groupe, vous seriez engagé pour me seconder dans certaines de mes tâches. Je ne possède malheureusement pas le don d'ubiquité.  »

L'homme sourit, d'un air désabusé.

« Vous n'avez pas d'appréhension à avoir sur la question. Lorsque vous ne serez pas en ma compagnie au cours de missions de terrain, vous serez en binôme avec l'un de mes collaborateurs. Soyez assuré que vous ne serez jamais mis en contact avec des individus dangereux, mais parfois, avec des êtres en souffrance. Il faudra que nous discutions psychologie, empathie et investissement personnel le moment venu. Les victimes d'attaques lycanthropiques sont souvent extrêmement fragiles et s'il faut tisser une relation de confiance avec elles, il faut prendre garde à ne pas s'investir trop intensément dans l'échange... Mais je m'emballe.  »

Comme toujours lorsqu'il parlait de son travail, Aidan Morgenstern s'était montré plus volubile, plus animé, le ton de sa voix perdant quelque peu de son flegme pour se montrer plus passionné.
Il réorienta l'entretien, renouant avec son calme légendaire, le tout, sans effort apparent.

« Il faudra que nous fassions le point sur un certain nombre d'éléments.  »

Si, et seulement si le jeune homme était engagé.
L'homme agissait déjà comme si contrat et affectation avaient été signés.

« Quel est votre niveau en matière de sortilèges défensifs et de soins curatifs ? Quelles sont les options que vous avez conservé pour la fin de votre cursus à Poudlard ? Soins aux créatures magiques ? Sortilèges ? Défenses contre les forces du mal ?  »


©️ Gasmask


Spoiler:
 



Aidan
Morgenstern

De retour dans le jeu après six longs mois d'absence. Merci de votre indulgence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t395-aidan-morgenstern
avatar



Messages : 115
Âge du Personnage : 16 ans
Lieu de vie : Poudlard
Emploi : Élève -Stagiaire d'été chez Lukos

MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan) Lun 29 Aoû - 23:48

Pothos semblait avoir, évidemment, laissé une bonne impression sur son employeur qui accueillit sa présentation d'un sourire courtois auquel il répondit dans devoir se faire prier : la gentillesse était sa seconde nature, la politesse sa principale.  Le ton de l'échange était professionnel, mais loin d'être froid.  Leur vocabulaire trahissait le caractère formel de la conversation et l'entrevue ne s'en déroulait que d'autant mieux.

Les doigts croisés devant lui, aucun geste, n'était perceptible, n'était trahi. Pas même le tremblement d'un doigt ou le trémolo inaudible d'un ongle d'orteil martelant avec une rythmique endiablé le cuir de ses chaussures. Pothos émanait une assurance et un calme qui trahissaient son contrôle de soi, à défaut de trahir l'angoisse mêlé d'excitation qui s'emparait tranquillement mais sûrement de lui.  C'était donc ainsi que l'on se sentait quand on décidait l'autorité? Ces papillons dans l'estomac, ces noeuds dans les intestins?  Ou alors était-il simplement affamé. Ou pire, il s'était intoxiqué avec les huîtres de ce midi.  Non, c'était bel et bien l'excitation qu'il goutait. Pas surprenant que ses amis se plaisent à explorer les secrets de l'école alors qu'il lit pour la deuxième ou troisième fois ses manuels scolaires.

Certes, il y avait de pires manières de se rebeller que de rater un rendez-vous dentaire et se trouver, en lieu et place d'un nettoyage buccal, un nouvel -et premier- emploi.  Tout de même, dans l'esprit du garçon, ce n'étaient pas les moyens qui comptaient, mais bel et bien la fin.  Et dans le cas présent, la fin était plurielle.  D'un côté, il pouvait vivre ce sentiment jubilatoire sans rien risquer de plus grave qu'une réprimande de sa bien-aimante mère et un nouveau rendez-vous dentaire.  Qui plus est, il allait avoir sa première expérience de travail et pourrait prendre part à ces conversations avec ses amis à la rentrée prochaine. D'un autre côté, ce qui proquo lui fournissait une occasion en or de faire son entrée dans le monde des sorciers pour s'y forger son propre nom et sa propre réputation sans ne devoir dépendre de ceux de son père ni du faste, mais lourd, héritage familial qui vient avec leur fructueuse entreprise.  Il tracerait son propre chemin, par lui-même, sans l'aide de quiconque.  Peut-être vendait-il légèrement le sang du dragon avant de ne l'avoir saigné.

L'entretien ne se passait-il pas à merveilles? En bon embaucheur qu'était son paternel, il avait su faire profiter son rejeton de sa sagesse et de son expérience en la matière. Le plus important, disait-il souvent, était de rester honnête, certes, car un employeur découvrait généralement bien assez vite la vérité derrière les mensonges que l'on lui avait présenté.  Non, pour être engagé il ne suffisait pas de choisir les bons mots, ou ceux qui, l'on croit, plairont davantage au patron. Non, le véritable secret n'est non seulement pas de ne pas dévoiler ses défauts,  de laisser le recruteur persuader lui-même que l'on est le candidat parfait. Ne pas seulement laisser transparaitre aucun défaut, mais que cela semble vraisemblable que nous n'en possédions aucun.

-Évidemment.
répondit simplement le serpentard en ponctuant ainsi le commentaire sur l'incapacité de M. Morgenstern de se retrouver à plusieurs endroits différents à la fois.

Une vague défibrilation du sourcil, un réflexe de déglutition retenu juste à temps. Évidemment, on tombait exactement dans ses cordes : l'empathie. Si il n'avait jamais été doué pour se projeter sous le chapeau des autres, il avait toujours eu une facilité exaspérante à s'attirer la confiance de ses camarades et de certains professeurs. Ça devait bien compter, non? Dans son emportement, qui avait failli échapper à Pothos dont l'esprit s'était occupé à résoudre cette énigme, son futur employeur avait révélé l'essentiel de ce que le garçon voulait savoir : son boulot étudiant serait donc d'intéragir avec des loup-garous. De morsure récente, qui plus est. Après une seconde d'hésitation, un coin de ses lèvres se souleva en un sourire victorieux : voilà qui paraîtrait on ne pouvait mieux pour débuter sa carrière magique.

L'adolescent releva légèrement le menton, attentif, lorsque Aidan mentionna devoir mettre certaines choses au point. Finalement, une liste des options qu'il avait conservées se montrerait utile. Au temps pour lui.

-En tant que préfet et mentor d'un élève de première, j'ai dû utiliser des sortilèges curatifs à quelques reprises, malheureusement. À l'infirmerie, on a salué ma technique et mon sang-froid. Quand aux sortilèges défensifs, j'estime que ma mention « Optimal » aux examens blancs parle d'elle-même. Pour ma sixième année, je désire poursuivre en Sortilèges, défense contre les forces du mal, potions et métamorphose. Quant à ma cinquième option, j'hésite toujours entre les soins aux créatures magiques et la botanique. Je dois rencontrer mon directeur de maison la semaine prochaine pour en discuter. Il a mentionner la possibilité de conserver ces deux options, mais je crains que cela ne soit pas raisonnable de surcharger mon horaire de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t813-bonsoir-monsieur-le-directeur http://poudredecheminette.forumotion.com/t555-portrait-de-pothos-yilmaz http://poudredecheminette.forumotion.com/t535-pothos-yilmaz

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan)

Revenir en haut Aller en bas
[Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Chemin de Traverse ] La bonne adresse (Aidan)
» Explore le chemin de traverse
» Les boutiques du Chemin de Traverse
» Event N°1 • Foule au chemin de traverse
» [Objets] Sur le chemin de traverse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Angleterre :: Londres-