L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar



Messages : 142
Âge du Personnage : 3O ans
Lieu de vie : Dans mes pensées

MessageSujet: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Mer 29 Avr - 13:24


Nuit londonienne


La nuit à Londres quelque soit le jour, était toujours animée. On ne pouvait marcher dans les rues sans tomber sur quelques fêtards bruyants. Leur façon de s'habiller parfois excentrique permettait à Dreamy de passer inaperçue. Enfin, si elle s'abstenait de sourire, le côté luisant de ses canines pouvait effrayer certains. Quoique Londres étant connue pour abriter des spécimens pas vraiment orthodoxes. Elle avait donc aucun mal s'y promener la nuit.

Elle était sortie du chaudron baveur, où elle se terrait le jour. Devenue oiseau de nuit, par nécessité. Elle passait toute sa journée enfermée dans le noir. Prenant bien garde qu'aucun rayon de soleil ne puisse filtrer, au travers des lourdes tentures qui recouvraient ses fenêtres. Elle avait maintenant faim. Une de celle qui devait être satisfaite sans plus attendre. Elle s'était donc glissée hors de l'endroit, à la recherche d'une proie facile. Elle sentit la présence de chats errants dans une ruelle proche.

- En être réduit à manger du chat, sérieusement faut vraiment que j'ai faim. Essais au moins de ne pas parler seule cette fois-ci. La dernière fois, c'était limite tout le monde te regardait. Question discrétion ça laissait à désirer. Ha non tu va pas recommencer avec tes leçons, je fais ce que je peux . Déjà que devenir vampire n'était pas mon plan de carrière. Alors hein ... Et cette fois-ci essais d'éviter leurs griffes. Enfin si t'en es capable hein, vu l'état dans lequel t'en ressors à chaque fois. C'est à se demander si t'es vraiment douée. Non je ne pinaille pas mais avoue qu'après t'as plus l'air d'un épouvantail après une tempête que d'un vampire. Premièrement, j'ai pas demander à l'être je te le rappelle pour information. J'ai juste suivis cet homme dans la ruelle hein. Et puis il me semble que je t'ai pas entendu me dire n'y vas pas, c'est dangereux, c'est un vampire. Donc si on doit avoir des doutes c'est sur le fait que t'es une voyante ou pas . Deuxièmement si ma façon de faire te plaît pas t'as qu'à le fait toi-même. Heu je te rappelle que je suis toi donc .. Enfin bref commence par ne plus parler ! Les moldus nous regardent bizarrement. Non ne souris pas c'est pire. Tais toi !

Les moldus présents la prirent pour une folle, ou une excentrique rien de très étrange en fait. Ils étaient passés déjà à autre chose quant elle avait tournée le coin de la rue. Elle n'eut pas de mal à trouver la fameuse ruelle. Elle était encombrée de poubelles, d'où la présence de ces chats. ils étaient  quelques uns, de quoi pouvoir assouvir son appétit. Ce qui aurait dût être d'une facilité déconcertante pour n'importe quel vampire ne l'était vraiment pas avec Dreamy. Le combat fût dantesque, poubelles renversées, volant en tout sens. Chats furieux se défendant toutes griffes dehors. Elle réussit a avoir le dessus, au prix de nombreuses griffures. D'une tenue bien abîmée, agrémenté d'une chevelure en bataille. Dreamy s'abreuvait de la dépouille du dernier chat, quant un modlu apparût. Attiré par le raffut dans la ruelle, venait voir ce qui se passait. Elle détournait son regard vers lui. Elle avait une mine à faire peur. Filet de sang au coin des lèvres. L'homme prit peur, elle put de justesse lui envoyer un sort d'oubliette. Celui-ci ricochait sur le mur avant de l'atteindre, rien d'étonnant quant on connaissait l'habilité de Dreamy.. Ce qui donnait le temps nécessaire à la jeune femme de disparaître des lieux.

Après avoir remis un peu d'ordre dans sa tenue, pour avoir l'air plus normale Dreamy se remit en marche. Ses pas la menèrent vers un pub. Peu éclairé, pas de lumières vives. L'endroit rêvé pour elle qui ne voulait éviter la foule. Elle poussait la porte de celui-ci, entrait sans plus attendre. Le lieu était empli de moldus, elle devait redoublé de prudence. Elle avait mangé, mais la tentation était grande. Elle pris le parti de s'asseoir à l'écart. Le coin le plus sombre du pub. Elle pouvait ainsi voir tout le monde, ayant une vision acérée dans le noir. Un serveur vînt lui demander ce qu'elle voulait. Dreamy passait sa commande, elle ne voulait que de la viande crue. Un tartare bien saignant... L'homme semblait étonné par sa demande mais le client n'était-il pas roi ! Se devait être au vu de sa tenue une touriste en visite à Londres.

- Demande la prochaine fois qu'on te serve l'animal vivant, tu pourras l'égorger à table. Se sera des plus agréables  comme spectacle. De quoi divertir les clients présents.  Et si je t'étranglais juste pour avoir un peu de paix ça te tente ? Ha je vois bien la tête des gens présents, voyant une femme s'étrangler elle-même. T'as rien de mieux à proposer.. Moi si boucle-la.

Dreamy croisait les bras furieuse de n'avoir pu avoir raison contre elle-même. Attendant l'arrivée de sa viande. Quant son instinct pris le dessus. Elle senti la présence d'une autre créature. son odorat  l'avait mit en alerte. Elle tournait alors son regard vers le bar. Fixant l'homme qui y était accoudé. Allait il sentir qu'on le dévisageait ainsi ? Possible





Voir au-delà de ce qui semble être. Et voir ce qui est .


Dernière édition par Dreamy Aisling le Ven 11 Déc - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t515-dreamy-aisling-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t506-dreamy-aisling-a-la-lune-j-aime-etre
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Jeu 30 Avr - 22:01

Ce fut une journée intense et riche en rebondissements. J'avais du courir partout afin de satisfaire la soif littéraire des clients. Ce n'était nullement pour me déplaire, bien au contraire. Quand les beaux jours faisaient leur apparition, on était débordés.
Mildred ma patronne et Patty ma collègue ne niaient nullement mes dires. Afin d'être au meilleur niveau, je m'étais dopé au café. Drogue que j'aimais quand elle était parfumée avec une pointe de vanille. Visiblement je tenais cela de ma mère. Car enceinte de moi, elle pouvait boire deux thermos en quelques heures de café aromatisé à la vanille.
Du coup, ma mère mettait mon petit péché mignon sur le compte de sa grossesse.


Enfin.

Dix-neuf heures tapantes à la grosse horloge de l'entrée. Nous décompressâmes, assis sur des chaises tout en avalant notre repas du soir durement mérité. Mildred buvait sa soupe chinoise, Patty mangeait ses pâtes bolognaise et moi je dévorais mon sandwich au jambon fait à la va vite ce matin, entre deux gorgées de café. Aromatisé à la vanille. Évidemment.
Nous nous quittâmes sur un verre de vin et des embrassades. Mes amies rentraient chez elle, tandis que moi j'aimais à me délasser après des heures intensives de boulot dans un Pub charmant près de mon lieu de travail. J'étais un client récurrent et sociable et j'aimais le charme vieillot de l'établissement.
Mains dans les poches de mon blouson, je me dirigeais vers ce lieu-dit, carrément extatique. J'allais y rester quelques heures à bavarder avec les habitués. Écoutant racontars de comptoir et blagues graveleuses. On me demandait toujours ce que j'avais d'exceptionnel à part ma gueule d'ange.


Oh. Trois fois rien. Je suis juste un Lycan.

Par moments, il suffisait juste que j'en évoque le souvenir pour que la douleur refasse surface. J'occultais toujours ma cicatrice par des vêtements à longues manches, tout ça pour ne plus la voir. Mais rien y faisait. Elle était là. Et Elle serait toujours là.
Tandis que je poussais la porte du Pub, tout les regards convergeaient vers moi. J'allais vers le bar confiant. Terry était là, fidèle à son poste.


- Qu'est-ce que je te sers Lex ?
- Une petite bière. Celle de d'habitude.
- Tu ne veux pas changer pour une fois ?
- A force, tu dois me connaître. Je n'aime pas bouleverser mes habitudes.

Je lui souris et il me rendit la pareille tandis que j'attendais ma consommation. La femme, une quadragénaire assise sur un tabouret s'était mise à fumer. Odeur que j'abhorrais par dessus-tout. Mon odorat devenu bien trop développé avec mes nouvelles aptitudes, s'en trouvait fortement perturbé.
Terry me tendit enfin ma boisson dont l'odeur, elle, était un plaisir pour mon nez. Mes lèvres goutaient ce nectar ocre avec douceur et plaisir quand un étrange sentiment vint me refroidir les entrailles. On me fixait. Ardemment. Je me retournais lentement sur mon tabouret, histoire que mon regard gris-bleu puisse embrasser tout ce lieu.

Et je la vis.

Elle me fixait encore. Cette femme à la couleur de cheveu atypique. L'odeur de cigarette n'étant plus présente autour de moi, je pus sentir ce qui émanait d'elle. La Mort.
Qu'est-ce qu'elle pouvait être ? Elle était jolie mais dérangeante. Intrigué je décidais de la rejoindre à sa table, histoire de savoir au moins ce qu'elle semble être.

Une Créature. Comme moi.


- Bonsoir.

Je la détaillais prestement. Pommettes saillantes. Lèvres vermeilles. Teint diaphane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 142
Âge du Personnage : 3O ans
Lieu de vie : Dans mes pensées

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Sam 2 Mai - 2:15


Dreamy vit l'homme qu'elle fixait se déplacer vers elle. Elle eut un mouvement de recul que pouvait il  bien lui vouloir?

- Tu le fixe avec tant d’insistance qu'il fallait bien s'attendre à ce qu'il le sente non ? Dans le genre discret on fait pas mieux . Mais quoi je peux comme même regarder une personne sans que ça veuille dire venez me voir. Et puis il y a un truc qui me dérange chez lui son odeur. Tu sens rien toi ? Pour le moment tout ce que je sens c'est que tu vas encore passer pour une folle si tu la boucle pas. Pfff oui maman je me tais t'es contente.

Elle se parlait à elle même, non pas qu'elle puisse souffrir d'un dédoublement de la personnalité . Quoique . Enfin non juste qu'à devoir vivre seule en évitant tout contacts, bah à force on finit par se parler . Non pas que sa conversation la passionnait. Mais entendre une voix humaine lui permettait de ne pas devenir comment dire ... sauvage.

L'homme se trouvait maintenant à côté d'elle, elle levait le regard vers lui. Ecoutant ce qu'il lui disait. Son odeur et cette sensation bizarre qu'il n'était pas un moldu ordinaire occupaient tous ses sens.

- Bonsoir.

Elle entendait mais ne répondait pas. Un long silence s'installait puis elle lui dit avec un grand sourire.

- Si c'est pour une morsure merci, mais c'est déjà fait...

Elle se reprit aussitôt essayant de noyer le poisson

- Enfin je veux dire que je me suis déjà faite mordre par une bête sauvage. Donc j'ai déjà donné.. Bravo et maintenant tu lui dis quoi .. surprise je suis un vampire. T'es douée hein tais toi et laisse moi faire. Enfin bref bonsoir . Vous voulez vous asseoir ? j'avoue que je commence à souffrir d'un torticolis. Ha parce que ça c'est fin peut être hein .

Elle se disputait avec elle-même oubliant la présence de cet homme. Il devait définitivement être pas normal. Sinon il aurait déjà pris les jambes à son cou pour la fuir. Elle lui fait un sourire, puis mettait aussitôt sa main devant sa bouche.. Incisives obligent. Puis comme un fait exprès arrivait le serveur avec le tartare bien saignant. Enfin pas si saignant que ça à son goût. Elle regardait la nourriture qu'elle ne mangerait pas et cet homme debout devant elle.





Voir au-delà de ce qui semble être. Et voir ce qui est .


Dernière édition par Dreamy Aisling le Ven 11 Déc - 18:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t515-dreamy-aisling-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t506-dreamy-aisling-a-la-lune-j-aime-etre
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Sam 2 Mai - 15:33

J'avais raison. Elle était vraiment étrange. Un soupçon de folie dans un corps harmonieux. Elle était rudement jolie. Une de ces beautés que l'on ne croise pas à tout les coins de rue.
Elle est atypique. Sa couleur de cheveux marque déjà une différence. J'ai toujours aimé les êtres différents. Sensiblement. Les gens similaires aux autres, je n'y trouve pas grand intérêt. C'est bien mieux quand on est différents.


Tu l'es devenu un peu par la force des choses toi.

La différence se rappelait à moi toutes les nuits de pleine lune. Et personnellement, je m'en serais bien passé. Mais selon Gwenäe, Dieu met sur notre route des épreuves à traverser -bien qu'elle n'en sache rien de la mienne- et il faut y faire face.
Alors j'essaye comme je le peux. Même si Dieu, il y a deux années de cela maintenant a été un gros con.


Et ce n'est pas peu dire.

Je remarquais non sans sourire, que la femme se parlait à elle-même. Peut-être, était-elle échappée d'un asile à proximité ? Ou comédienne, elle se permettait de répéter un texte en public ? Mais ce qui m'interpella, fut une seule phrase, sombre écho dans mes oreilles.

Mordue. Bête sauvage.

La Mort émanait d'elle. Elle sentait cette odeur viciée, qui m'avait interpellé quand j'étais au comptoir. Je pris place en face d'elle, mon regard gris-bleu se plantant dans le sien. Je voulais savoir.
Était-elle mon égale ? Un autre homonyme ? Une autre Moi ? Je déposais mon verre sur la table tandis que je m'approchais encore plus d'elle, prêt à amoindrir son espace vital.

Je dois savoir ce qu'elle est.

Je chuchotais, afin que personne ne puisse entendre notre conversation.


- Mordue par quoi ?

Je fus interrompu par l'arrivée impromptue du serveur et du plat qu'elle avait commandé. Un tartare de bœuf saignant. Il est vrai que j'appréciais plus la viande rouge depuis que j'étais devenu ... un Lycan.
Était-elle une Lycane ? Ça se dit une Lycane ? Le serveur parti, je réitérais mes questionnements, toujours en quête de savoir.


- Alors ? Quoi comme bête sauvage ?

Je savais être insistant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 142
Âge du Personnage : 3O ans
Lieu de vie : Dans mes pensées

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Dim 3 Mai - 23:52


Le jeune homme l'intriguait, Dreamy ne cessait pas de le fixer. Plongeant son regard dans le sien, il était prêt d'elle, peut être un peu trop. Mais elle ne sentait aucun danger venant de lui, juste ..  Juste qu'il n'était pas comme tout ces être humains qu'elle croisait. Lui c'était pas la même chose. Elle n'eut pas de mal à sentir la vanille qui supplantait l'odeur de sa bière.  Elle entendait très clairement son coeur qui battait bien plus fort. Comme si il allait se rompre. Elle l'entendait lui dire, enfin se devait être à voix basse. Mais pour Dreamy cela ne faisait pas grande différence vu ses capacités auditives.

- Mordue par quoi ?

- Et cette odeur de viande me donne envie de vomir. Je te signale que c'est toi qui la commandé. Et j'étais sensée faire quoi à cette table compter les miettes de pain au sol ? Fallait bien que je passe inaperçu. C'est sûre que là à parler seule c'est l'idéal.

Dreamy avait déjà oublié qu'elle n'était pas seule à cette table. Elle tentait de reprendre contenance. Le serveur avait déposé l'assiette partant assez rapidement. Elle l'entendait parler avec le barman. Ils parlaient d'elle,, et du fait qu'elle était vraiment bizarre. Le barman haussait les épaules, genre rien à faire. Déjà le jeune homme lui demandait à nouveau :  

- Alors ? Quoi comme bête sauvage ?

- Aurait il peur ? pourquoi son cœur batte-t-il rapidement? Et si tu lui répondait au lieu de me parler ? C'est une bonne idée j'avoue. Mordre par quoi disiez-vous ? Un loup garou, un vampire allez savoir ! On ne sait pas toujours sûr quoi on va tomber la nuit. Mais t'es malade toi, tu sais même pas qui sait et tu lui balance ça comme ça. Sérieusement j'hallucine. Je rigolais bien sûre je parlais de ces chats errants impossible de les éviter . Ou heureusement allez savoir ... Et si ... oui je sais ..

Elle se tut un moment, ayant beaucoup de mal avec l'odeur de cette viande. Elle fit signe au serveur, lui demandant de retirer l'assiette.

- C'est une véritable puanteur, si vous pouviez m'en débarrasser. Non pas qu'elle soit pas fraîche, bien que pour moi ça ne fasse aucune différence. Enfin  retirez moi ça de là merci.

Elle le regardait, il semblait se demander pourquoi elle n'avait rien mangé L'assiette était intacte. Dreamy n'avait aucune envie de donner plus d'explications. Elle se concentrait alors à  cette odeur de vanille qui émanait du verre posé devant le jeune homme. Dremay eut envie de rompre le silence. Elle posait sa main sur celle du jeune homme. Une sensation excessive de chaleur, comme si elle s'y brûlait. Elle retirait alors sa main, regardant si 'il n'y avait pas de traces. Elle ne bougeait plus, laissant ses sens  à l'écoute. Son geste était peut être déplacé. Dreamy eut une douleur qui lui transperçait la tête. Elle crispait ses mains sur la table. Qu'avait elle ? Elle était comme déconnectée des lieux. Une image plus forte que les autres s'imposait à elle ... une bête ..





Voir au-delà de ce qui semble être. Et voir ce qui est .


Dernière édition par Dreamy Aisling le Ven 11 Déc - 18:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t515-dreamy-aisling-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t506-dreamy-aisling-a-la-lune-j-aime-etre
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Mar 5 Mai - 21:50

Je ne m'étais pas trompé. Elle était vraiment étrange. Je ne savais que penser en la regardant même longuement. Était-elle folle ? Pour Terry et son serveur, elle l'était assurément, vu les conciliabules secrets que les deux hommes avaient.
En ce qui me concernait, de prime abord, je voyais une jeune femme diablement atypique et fortement jolie. Le reste, il y avait bien cette odeur que je n'arrivais pas à définir. Mais ce n'était pas la viande qu'elle voulait qu'on lui reprenne, qui sentait cet inexplicable arôme.


C'est Elle.

Le sang, l'absence de vie, la mort. C'était ce que je pouvais ressentir en restant près d'elle. Mais elle éludait mes questions, préférant se parler à elle-même. En réponse à cet affront, je buvais ma bière. Sans rien dire, préférant la contempler, histoire de m'en faire une autre idée.
Idée qui serait peut-être plus avantageuse. Du moins pour Elle. Ce qu'elle fit par la suite, me déplut au plus haut point. Ses mains étaient froides, cadavériques et elle se permettait de me toucher. Mais je ne l'avais pas vu venir, me contentant d'être hypnotisé par cette créature.


Reprends-toi Lex !

Qu'avait-elle voulu faire en me touchant ainsi ? Savait-elle lire dans les âmes les plus profondes ? Je détestais être touché surtout depuis ma mésaventure en Albanie. Je mis par précaution mes mains sous la table, comme une peur potentielle qu'elle daigne encore franchir les barrières que je m'étais imposé.
Je triturais mes mains, conscient qu'elle était parvenue en un seul geste à briser ce que j'étais censé être. La Bête côtoyant mon corps n'était nullement contente d'une telle offense à son égard. J'avais été effleuré par quelque chose, dont je ne savais nullement la nature première.
Juste que c'était une femme, mordue par des chats errants ...


Ben voyons.

J'étais à mille lieues de croire ses fallacieux mensonges. Elle avait été mordue par une entité supérieure à nous autres pauvres mortels. Vu sa froideur et son parfum de ténèbres, ce n'était peut-être pas par un Lycan qu'elle avait été infectée ... par un Vampire ? Je pouvais en déduire facilement la chose rien qu'en regardant ce teint blême qu'elle m'offrait.
En ce qui me concernait j'avais gardé cette chaleur bien humaine qui me caractérisait mais avec quelques degrés supérieurs en plus. Gwenäe croyait par moments que j'étais fiévreux mais je la rassurais par tout les moyens, jusqu'au jour où ces mêmes stratagèmes de dissimulation seraient épuisés. Or, pour l'instant ils fonctionnaient et je n'allais certainement pas m'en plaindre.
Mon regard gris-bleu se reconcentrait sur cette femme, j'avais ressenti un trouble émanant d'elle. Trouble étant apparu quand elle m'avait effleuré la main.


Bizarre.

- Qu'avez-vous ?

Autant le savoir de suite, car si elle tombait là, sur les pierres froides au pied de notre table, Terry allait se poser des questions.
Et en ce moment, les questions trop intrusives, je préférais les éviter.
A juste titre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 142
Âge du Personnage : 3O ans
Lieu de vie : Dans mes pensées

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Ven 8 Mai - 0:48


Le fait qu'elle  l'ait pu le toucher semblait l'avoir gêné. Il mettait ses mains sous la table, comme pour que cela ne se reproduise  pas. Mais Dreamy avait besoin de toucher l'autre afin de pouvoir mieux voir qui il était. Ce pourquoi sa main froide c'était posée sur la sienne. Elle avait encore du mal à reprendre pied dans la réalité, enfin encore moins que d'habitude. Cette image de bête l'obsédait, non pas qu'elle se sentait en danger. Du moins dans l'immédiat, d'autant qu'elle ne comptait que peu de prédateurs. Un frisson parcourait sa nuque. La chaleur de sa main, l'image d'une bête en pensées.  Et cette douleur qui se faisait plus forte, rien à voir avec celles qu'elle avait déjà eut.

- Pourquoi ai je aussi mal ? cette sensation bizarre qui s'insinue en moi, ce n'est pas normal. Calme toi tu a déjà eut ça. Respire doucement, tu dois te reprendre. Je n'y arrive pas cette bê...

Dreamy cessait de parler, elle relevait alors la tête vers lui. Plongeant ses yeux dans les siens, elle voulait savoir. Elle détendait ses mains, laissant sur la pierre de fines traces. Comme si elle avait griffé  la table. Elle l'entendit alors, sa voix .. et cette image qui s'imposait de nouveau.

- Qu'avez-vous ?

Dreamy se redressait sur sa chaise, secouant la tête pour en chasser ce qui ne voulait pas s'effacer de son esprit. Elle lui dit alors

- Aussi bizarre que cela puisse paraître j'ai comment dire parfois des flashs. Je peux voir, enfin je ne sais pas si vous y croyez. Je dois vous paraître bizarre voir même folle, mais c'est ainsi. Ne lui en dis pas plus, tu ne sais pas qui il est... Tu me crois donc si stupide ?.. Ai je besoin de te répondre .. pfff

Dreamy avait de nouveau repris ses habitudes parlant seule. En apparence car au fond d'elle quelque chose lui hurlait qu'il n'était pas comme les autres. Tout lui disait qu'il n'était pas celui qu'il montrait.

- Savez vous que bien souvent nous montrons ce que veulent voir les autres. Afin de ne rien dire sur nous même. Savoir voir ce qui est au delà de ce qui est devant soit ... Je sais que vous me croyez folle.. Mais .. Attention danger .. Doucement, ne pas lui en dire plus .. il faut que tu te taise maintenant ... Regarde-le ..

Alors partant de ce fait, Dreamy agissait ainsi pour mieux se protéger d'éventuelles approches des autres. A paraître folle, bizarre était à n'en pas douter le meilleur des bouclier. Elle ne quittait pas des yeux l'homme, cherchant une chose qui expliquerait cette vision... Pourquoi une bête ?







Voir au-delà de ce qui semble être. Et voir ce qui est .


Dernière édition par Dreamy Aisling le Ven 11 Déc - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t515-dreamy-aisling-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t506-dreamy-aisling-a-la-lune-j-aime-etre
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Dim 10 Mai - 16:54

Je n'arrivais décidément pas à la cerner. Pour moi, elle était une énigme insoluble. Une de celles qu'il nous est impossible de résoudre. Et là, j'étais en face de l'une d'entre elles.
Je ne savais comment réagir face à elle. Étrange, elle l'était assurément. Et pour ainsi dire, j'étais un peu perdu. Elle parlait seule, comme pour se préserver du monde extérieur. En ce qui me concernait, j'avais usé de ce stratagème en étant petit, éloignant à coup sûr tout mes éventuels opposants.
Mais elle, elle continuait. Après j'étais pour les personnes différentes mais cette femme me gênait. Déjà qu'elle avait osé me toucher.


Et je n'avais pas vraiment aimé.

Du coin de l’œil, je vis Terry en grande discussion avec son chef cuisinier. Ce dernier étant furieux qu'on avait ramené son steak aussi promptement. Terry ne savait le calmer et le cuisinier rageant, s'empressa de regagner sa cuisine en grommelant. Toujours. Je me tournais lentement vers Terry, le voyant qui nous fixait les bras croisés et la mine peu affable.
Je pouvais aisément le comprendre. Il avait délaissé un client présent au bar pour se rapprocher de notre table. Les bras toujours croisés sur son torse et la mine toujours peu amicale. Je craignais le sermon à venir et l'engueulade précoce.


- Excusez-moi d'interrompre votre discussion, qui je le pense est très intéressante mais j'aimerais comprendre pourquoi mon steak est revenu en cuisine. La cuisson était parfaite, madame. Et la viande fraîche du jour. Je ne supporte pas une telle mauvaise foi dans mon établissement.

Ouille.

Le ton était vraiment peu engageant. Je tentais de détendre l'atmosphère en lui faisant mon plus beau sourire mais il n'y répondit pas, toujours concentré sur cette femme. Je buvais ma bière sans mot dire, comme un enfant pris en flagrant délit. Mon regard gris-bleu se planta dans celui de la jeune femme, lui intimant de répondre quelque chose même si la connaissant -un peu-, ce serait décidément à côté de la plaque. Encore.

- Terry c'est bon. Je payerais pour le steak si tu veux.
- J'aimerais juste que cette femme bizarre m'explique pourquoi. Et ne te tracasse pas Alex, j'en ai connu des plus étranges des clients. Ceux qui entament même leur repas et qui disent que c'est dégueulasse. Alors la petite dame avec ses cheveux violets et sa mine blafarde, elle me fait pas peur. Bien au contraire.

Aie.

Il allait rester planté là, tel un Colosse attendant que mon interlocutrice daigne lui répondre. En espérant que ce soit la réponse que Terry attend. Sinon, je crois que je m'éclipserais bien gentiment. En ayant payé ma bière.
Évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 142
Âge du Personnage : 3O ans
Lieu de vie : Dans mes pensées

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Jeu 14 Mai - 16:38



Le jeune homme ne répondait à aucunes de ses interrogations. Il semblait ne pas comprendre ce qu'elle lui disait. Qui pouvait la comprendre, elle et ses divagations. Qu'importe, au fil du temps elle s'y était habituée. Elle le fixait dans les yeux, cherchant le pourquoi de cette image. Elle captait alors une conversation dont elle faisait l'objet. Son ouïe était décuplée depuis cette morsure. Elle ne le quittait pas des yeux tout en  écoutant avec attention les dires des deux hommes au bar. Apparemment, ils n'avaient pas aimés qu'elle puisse renvoyer ce plat de viande crue. Peut être aurait-elle dû y mettre les formes. Son odorat, lui permettait de sentir plus fortement les odeurs. Mais de là à pouvoir l'expliquer aux autres cela était bien difficile.

- J'ai toujours détesté les gens qui parlaient de moi, surtout si c'est pour me critiquer... Allons calme toi, c'est souvent comme ça non .. Et alors j'ai bien le droit de ne pas aimer quelque chose sans avoir à en donner la raison .. Possible mais il faut parfois y mettre les formes non ? .. parce qu'il a mit les formes lui en me mor...continue comme ça et tu peux être sûre ça va mal finir.. J'en ai vraiment marre .. Calme toi..

Elle sentait en elle monter la rage, cette envie de leur montrer qu'il ne fallait pas la titiller ... Il lui fallait penser à autre chose, se déconnecter un peu de la réalité.. Juste le temps de reprendre ses esprits. Elle n'allait pas pouvoir le faire car déjà l'homme se trouvait à leur table. Elle l'entendit parler, sans pour autant écouter ce qu'il disait. Elle cherchait un moyen pour faire partir sa rage. Elle entendit le jeune homme prendre la parole. Même ses paroles ne calmaient pas l'homme.  Elle n'avait pas quitté le jeune homme du regard, sentant son cœur s’accélérer. Il semblait l'encourager à dire quelque chose.  Dreamy lui fit un sourire. La dernière phrase de l'homme lui donnait envie de lui montrer le contraire. Mais elle s'en abstient. Elle le fixait alors et lui dit  :

- Pourquoi devriez-vous avoir peur de moi ? Je ne vais pas vous sauter dessus. Ni me nourrir de votre sang. Rassurez-vous je me suis déjà nourrie ... Juste une note d'humour au cas où vous auriez pensé le contraire ..

Elle ne le quittait pas des yeux bien au contraire, plongeant d'avantage dans son regard. Puis elle continuait :

- Quel est véritablement le soucis ? Le plat renvoyé car les épices étaient bien mal dosées. Donnant une odeur peu agréable à votre plat. Ou mon apparence ? A moins que ce ne soit le fait que je me parle à moi même ? .. Calme-toi ... Je suis calme je tente juste d'expliquer à ce monsieur que pour moi cela n'a rien d'étrange.. Etant voyante, il m'arrive de parler à d'autres esprits. Dont un qui ne me quitte pas depuis l'enfance... Et c'est peu dire vu que je .. Tais-toi juste un moment que le monsieur puisse comprendre ce que je lui dis. Moi qui pensait que les moldus étaient les seuls à ne pas accepter les différences. Je vois que les sorciers eux aussi n'en sont pas capables. Enfin certains, regardez moi donc bien plus dans les yeux, ne détournez pas le regard. Est ce que vous pensez vraiment que je suis autre chose qu'une simple sorcière voyante ? Pensez vous que le directeur de l'école Poudlard m'aurait laissé enseigner à ses élèves si j'étais un danger ?

Elle marquait une pause continuant à fixer l'homme, elle avait perdu son sens de l'humour. Juste une envie de lui sauter dessus. Non pas pour se nourrir juste le faire reculer. Sa proximité la dérangeait au plus haut point. Elle se levait donc, s'approchant plus de l'homme. Juste pour le faire faire quelques pas en arrière.

- Ne m'en voulez pas mais je n'aime pas que l'on soit trop près de moi. Mais vous semblez ne pas croire ce que je vous dis. Alors  venez donc plus près que je vous montre.... soit plus calme, contrôle toi.. Je suis calme je veux juste qu'il voit en quoi consiste mon don.. Ce n'est pas prudent  du tout tu le sais.. Je sais mais il faut bien qu'il soit convaincu .. Je pense qu'il l'est regarde le ... Ca m'a l'air  apparemment suffisant. J'oubliais,  je paierais votre plat. Et dites à votre cuisinier, qu'il ne faut pas doser les épices avant de le servir. Mais laisser le client le faire. Cela doit être de ma faute je ne l'ai pas préciser à la commande. Si vous voulez je peux aller lui expliquer moi-même. Et qui sait cela le rassurera sur le fait qu'il sait cuisiner ? ... Respire, calme-toi.. Respirez tu rigole là j'espère tu oublie que ... Calme-toi... Je suis calme, j'espère juste mes excuses suffiront à le convaincre que je ne voulais pas le heurter.

Dreamy se foutait de lui présenter des excuses, voulant juste le voir partir. Sa proximité était devenue une torture. Non pas qu'elle eut envie de son sang. Mais elle détestait qu'on l'agresse ainsi. C'était donc au prix de grands efforts quelle contrôlait la bête en elle. Cette conversation n'avait pas été si inutile. Elle savait maintenant que le jeune homme n'était pas comme elle. Donc qui était-il ? Elle reprenait place sur son siège, pour elle l'affaire était classée. Cela valait mieux pour l'homme vu son état. Elle se concentrait de plus bel sur le jeune homme et lui dit :

- Espérant que cela ne vous fasse pas fuir. Cela m'arrive assez souvent, hélas devrais-je dire. Mon odorat étant plus aiguisé que pour d'autres. J'ai parfois du mal à faire comprendre aux autres que ce qui  est agréable pour eux ne l'ai pas forcément pour moi.... Reprends ton souffle, bon je sais  calme toi juste un peu..  Je le suis plus que jamais .. quoique .. Alors dites moi jeune homme, sans être indiscrète que faites vous  comme boulot ? Vous savez maintenant que je suis professeur à l'école de Poudlard. Et vous ?

Dreamy cherchait à détourner l'attention vers un autre sujet, estimant s'être suffisamment excusée. Elle s'appuyait contre le dossier de son siège et se mit à lui sourire de nouveau.





Voir au-delà de ce qui semble être. Et voir ce qui est .


Dernière édition par Dreamy Aisling le Ven 11 Déc - 18:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t515-dreamy-aisling-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t506-dreamy-aisling-a-la-lune-j-aime-etre
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Dim 5 Juil - 22:32

Elle était vraiment une étrange personne. Vraiment. Je ne savais nullement la cerner, elle était réellement atypique et déplaisait fortement aux clients de Terry. La différence, je la connais depuis deux années maintenant et pour tout dire, elle m'est par moments un peu lourde à supporter.
Mais je dois faire avec. La Bête partageant mon corps est et sera toujours présente, et ce jusqu'à ma mort. Du moins, je le pense. N'y a-t-il aucun remède pour que je me sorte de cette maladie ? Ezio m'en avait stipulé le contraire. Il y avait bien des potions qui anesthésiaient les nuits de pleine lune. Mais rien qui ne me guérirait de ma condition. Rien, et je devais porter ce lourd tribut sur mes frêles épaules de la vingtaine.


Parfaitement normal.

Mon regard gris-bleu se recentrait sur cette femme aux mœurs peu conventionnelles et l'esclandre qu'elle était en train de provoquer -malgré elle- aurait tôt fait de faire sortir Terry de ses gonds. Rien ne parvenait à l'impressionner, hormis sa femme, totalement hystérique quand il rentrait éméché lourdement d'une soirée entre potes. Alors oui, Terry ne craignait qu'une seule chose et pas des moindres : Laurence, sa femme. Face à la jeune femme, il ne cillait pas même quand cette dernière avait réduit l'espace vital de Terry. J’arquais un sourcil, conscient d'être le point de mire de toute la clientèle du Pub de Terry. Et pour tout dire, j'appréciais moyennement. Moi, qui depuis deux ans, tentait d'occulter mes nouvelles aptitudes, je me trouvais, là, en pleine lumière.
Terry bougon, de s'être fait remettre à sa place par une originale à la chevelure indigo, repris place derrière son bar sous l'accolade amicale et compatissante des fidèles. Mais je sentais qu'il ne nous quitterait pas du regard de sitôt. Ce que j'avais retenu de la tirade enjouée de mon interlocutrice ce fut un seul nom : Poudlard.


Poudlard ? C'est quoi ça ?

Après cette altercation verbale où Terry n'avait pas eu le dernier mot, pour ça je sentais qu'il allait m'en rebattre les oreilles pendant des mois et des mois, la jeune femme se concentra sur moi. Les épices parties, je pouvais allègrement sentir cette odeur morbide qui planait sur elle. Et cette saveur inexplicable de cendres, qu'elle portait. Professeur à l'école de Poudlard ? Que pouvait-elle encore bien dire ?

- Poudlard ? C'est quoi ?

J'allais sûrement paraître pour un ignorant doublé d'un débile profond, mais je n'avais jamais entendu ce terme. Et elle était Professeur ? De quoi ? Savoir gérer sa schizophrénie en public ? J'avais peur de lui poser cette question, mais je resterais toujours curieux, ce qui m'avait porté préjudice, il y a deux années de cela.

- Professeur de quoi ?

J'avais vraiment peur de sa réponse. Mais je languissais de la connaître. Un peu. Je souris à sa demande. Ce que j'étais ? Sûrement pas un Professeur de cette étrange école.

- Moi ? Je suis simple libraire à la librairie Stanford, à Londres. Rien de bien extraordinaire face à ce Poud ... lard.

Je souris. Encore. Mais il y a toujours cette chose qui me dérange chez elle.

Était-elle comme moi au final ? Ou était-elle autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 142
Âge du Personnage : 3O ans
Lieu de vie : Dans mes pensées

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Dim 2 Aoû - 11:05



Alors qu'elle avait prononcer les mots de " professeur à Poudlard", elle sut aussitôt qu'elle venait d'en dire trop. Elle qui avait l'habitude de vivre parmi les sorciers, si peu parmi les moldus. Se serait elle trompée ? Dreamy n'avait pas vu l'homme sourcillé à ses mots aussi en avait elle conclu qu'il était comme elle. Elle le regardait regagner sa place derrière son bar. L'atmosphère était pesante, presque irrespirable. Elle se concentrait sur le jeune homme qui lui aussi ne semblait pas comprendre ce dont elle parlait. Deuxième erreur. Elle se mordit l'intérieur de la lèvre, la douleur semblait l'apaiser.

Dreamy put écouter plus sereinement ce que lui disait le jeune homme. Elle entendait son coeur qui semblait battre bien plus vite. Que cherchait il à savoir ? Manifestement il ne savait rien de cette école pourtant il n'était pas comme ces moldus. Aussi qui pouvait il être. Elle se concentrait bien d'avantage avant de lui répondre :

- C'est une école qui est faite pour les gens comme moi. Nul doute que vous avez pu voir que je suis différente des autres ? Non c'est bien sûre qu'il a rien remarqué. Tu le prend vraiment pour un imbécile ou quoi ? Tais toi donc un peu que je puisse lui parler, lui expliquer sans lui faire peur.  Donc je vous disais avant d'être interrompue de façon désagréable... Désagréable et puis quoi encore ? C'est pas moi qui raconte n'importe quoi ? Qui divulgue certaines choses que je devrais pas hein ! Mais tais-toi donc un peu . Je vous disais donc, je suis voyante. Il m'arrive parfois comme vous avez pu le constater de parler avec une autre personne. Qui n'est il est vrai pas présente, ni visible à votre vue. Mais pourtant elle est bien là. Cette faculté me fait souvent passer pour une folle voir une excentrique. Mais qu'importe j'ai depuis longtemps appris a vivre avec ma différence. Et vous ? Finement posée comme question, j'avoue tu fais fort là . Insulte le, la prochaine fois se serait plus directe. Je ne n'insulte pas je dis juste ce que je ressens. Tais toi ! J'ai mal au crâne à t'écouter sérieusement, en plus j'étouffe ici..

Dreamy cessait de parler regardant le jeune homme. Elle n'avait qu'une envie sortir de cet endroit. Elle tentait de reprendre contenance. Dehors elle serait plus à l'aise qu'ici sachant qu'elle était écoutée. Elle reprit la parole et lui dit :

- Que diriez vous de parler ailleurs ? Rassurez vous  je ne tente pas de vous charmer ..

Elle lui fit son plus beau sourire. Prenant soin de ne pas dévoiler ses canines quelque peu acérées.
- Disons que j'ai un peu de mal à parler quant je me sens observée comme un monstre. Si cela vous dis j'aimerais continuer notre conversation en marchant dehors. Et puis nous pourrons parler livres, j'ai cru comprendre que vous travaillez dans une librairie.

Dreamy le regardait, tentant de capter un peu plus son attention. Bien qu'elle sut qu'elle l'avait suffisamment intriguée. Elle se levait comme pour l'enjoindre de la suivre. Elle allait payer l'homme, lui adressant un sourire. Puis se dirigeait vers la porte qu'elle poussait. Une fois dans la rue elle eut l'impression de pouvoir respirer à plein poumons. Enfin ce n'était qu'une impression, les vampires ne respirent pas.... Allait il la suivre ou pas ?





Voir au-delà de ce qui semble être. Et voir ce qui est .


Dernière édition par Dreamy Aisling le Ven 11 Déc - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t515-dreamy-aisling-en-cours http://poudredecheminette.forumotion.com/t506-dreamy-aisling-a-la-lune-j-aime-etre
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ] Lun 7 Sep - 9:31

Cette femme. Elle me semblait réellement bizarre mais sensiblement attachante, dans sa folie. J'en viendrais presque à la trouver intéressante malgré un étrange sentiment qui émanait de son être. Il ressortait d'elle, cette sensation qu'elle n'était pas humaine. Un peu comme moi ... Mais elle avait toujours cette odeur de mort qui planait sur elle.
Les odeurs, je connaissais à force. J'avais ajouté toute une palette d'odeurs à celles que je connaissais déjà et celle orchestrée par cette jeune femme aux cheveux indigo était sombre, morbide presque inhumaine.


J'étais à l'aise. Bizarre.

Je me trouvais présentement avec une entité somme toute peu conventionnelle mais qui venait de m'asséner un patronyme que je n'avais jamais entendu. "Poudlard". Je ne cillais pourtant pas, jaugeant mon interlocutrice. En plus d'être légèrement fêlée, me mentirait-elle ? Non, je ne pense pas. Elle me semblait honnête malgré son étrangeté. Alors je décidais d'écouter son laïus où je tentais de démêler le vrai du faux et d'extirper ce qui m'intéressait.
Ainsi donc, c'était une école faite pour les gens comme elle ? Une idée me vint à l'esprit : une école de super mutants comme celle du Professeur Xavier, comme dans X-Men. Je me voyais bien, possédant le don d'hyper-vitesse, où plus rien ne serait une attente trop longue pour moi. Les autres seraient bien trop lents pour ma célérité accrue ! Je grimaçais parce que justement, j'avais un peu de ce super pouvoir à chaque nuit de pleine lune. Même si je me faisais battre à plate couture par la vitesse de la lumière ...
Or, quand je redevenais l'être que je fus, aucun souvenir de ma nuit n'était présent. A mon réveil, je ne me souvenais de rien. Vraiment rien. Le vide sidéral. Je me souvenais juste de l'avant, le moment avant cette transformation atroce.


La Pleine Lune est pour bientôt. Je te le rappelle juste.

Je déglutis à cette morose pensée. Bientôt, j'allais encore devenir Lui, cet être que j'abhorrais par dessus-tout. Mais j'avais appris à composer avec, du moins j'essayais. Tant que je ne comptais aucun humain à mon palmarès, ça allait. Fallait se rassurer un peu quand même.
Elle avait envie de sortir d'ici et pour tout dire, j'avais eu la même idée mais peut-être pas avec elle. Bien que sa compagnie n'était pas vraiment dérangeante finalement. Je me levais donc, sous le regard effaré de Terry qui par une seule œillade me faisait comprendre sa peur. Je le rassurais donc, d'un grand sourire. S'il savait ce que j'avais vécu, il y a de cela deux années en Albanie, il serait encore plus inquiet. Évidemment, il n'en sut jamais rien, comme les membres de ma famille d'ailleurs.
Gwenäe savait juste que je voulais réussir à Londres et que je m'en sortais plutôt bien, pas que je devenais une Bête aliénée régentée par l'astre sélénique.


Vie de merde.

Alors comme pour défier la Mort -je l'avais déjà défiée une fois-, je suivais cette jeune femme. Terry me scrutant toujours d'un regard paternel à mon encontre, il le remplaçait quelque fois par les sujets intimes que nous abordions. Je lui fis un grand signe de la main, tandis que je pris place dehors à côté de cette jeune femme vraiment atypique. J'inspirais une grande goulée d'air frais, me sentant bien moins étriqué qu'à l'intérieur.
Ça faisait vraiment du bien.
Vraiment.


- Un Monstre ? Depuis que je vous ai vue dans ce pub, j'ai cette désagréable impression. Il y a une odeur qui émane de vous, que je n'arrive pas réellement à définir. Vous êtes quoi au juste ? Et ne me dites pas, que je serais trop choqué pour comprendre, je crois que j'en ai assez bavé de ce côté là.

Mon ton n'était pas cinglant, bien au contraire. Je tentais juste de mettre un "visage" sur une perception. Tout en elle, me semblait commun. Mais différent.

Et si jamais, elle veut te bouffer ?

J'aviserais.

Ben, voyons ...


Dernière édition par Alexander Hamilton le Ven 2 Oct - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ]

Revenir en haut Aller en bas
Nuit londonnienne [pv Alexander Hamilton ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Alexander Hamilton
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» La nuit du renouveau.
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Dans la nuit noire (Pollo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Angleterre :: Londres-