L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

L'appel des lettres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: L'appel des lettres Mer 15 Avr - 15:06

-
Samedi 25 avril... J'ai besoin d'une pause. Ma vie est trop folle en ce moment, j'ai l'impression qu'elle m'échappe complètement. Dans la folie ambiante, j'ai juste besoin d'un peu de normalité. Je vais aller faire un peu de shopping, ...et revenir avec deux tonnes de bouquins dans lesquels me plonger...
-.




Une fois éteint, je glisse mon mp3 dans mon sac, embrasse Justin, choppe mes clefs près de la porte et je m'esquive pour une aprem à moi dans ma capitale préférée.
J'ai juste besoin de temps rien qu'à moi, et d'un peu d'air pour respirer, fut-il aussi pollué que celui de Londres. J'en ai pour une heure de voiture, que je passe à chanter à tue-tête du Katy Perry. Fenêtre ouverte pour en faire profiter les voisins (et puis je déteste la clim !).


. I kissed a girl, I liiiiiked it ...

A peine garée (enfin, quand je dis à peine, rien que trouver à se stationner est une aventure à Londres), je pars en quête de la libraire « Stanford ». C'est ma pote Jude qui m'a filé l'adresse en me disant que j'allais adorer. Elle avait une drôle de tête en disant ça, mais, en même temps, Jude a toujours une drôle de tête. Et moi, je kiffe les librairies. Je suis pas une intello, hein ? Mais j'aime les bouquins.
En suivant les indications de Jude, je trouve sans peine la « Stanford ». Porte poussée. Seuil franchi. Mouais. Pas mal. Me faut un peu de temps pour avoir un vrai verdict. Je lance un
Bonjour ! claironnant auxquels les accros du silence répondent par des soupirs et des sourcils levés. M'en fout.

Je m'avance vers un ou deux rayons.
Une silhouette me saute aux yeux. Je me secoue les rétines. Non. Toujours là. C'est bien lui. Sans être tout à fait lui.


. Andreï ?

J'ai jamais pu l'appeler Alex ou même Alexander.
Quand je l'ai connu, j'étais en pleine phase "littérature russe". Il est devenu Andreï dès notre deuxième rendez-vous.
Je comprend mieux la tête bizarre de Jude, d'un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Jeu 16 Avr - 9:03

J'étais réveillé aux premières lueurs de l'aube par un sms sur mon téléphone. C'était Mildred, ma patronne, qui voulait que je sois d'ouverture pour la librairie. Prenant un petit déjeuner à la hâte et filant sous la douche, je m'habillais par après, conscient que je serais légèrement en retard. Empoignant mon jeu de clés, où se trouvait le double des clés de la librairie "Stanford" et celles de ma voiture, je sautais hors de mon appartement et conduisis ma Mini.
Arrivant en hâte par l'arrière du bâtiment, je mettais vite en rayon, les derniers achats orchestrés par ma patronne, des Best-Sellers qu'elle disait !


Des Vampires, des Loup-Garous, des Zombies ... Elle est belle la littérature de maintenant.

Si seulement, elle savait que je faisais parti de ces "monstres de foire", je crois qu'elle reverrait à deux fois mon contrat. Mais la seule chose, qu'elle doit savoir, c'est que le jour où la pleine lune, est, moi je ne suis plus. C'est tout.
Alors que j'étais concentré dans mon déballage de cartons et rangements d'ouvrage, je fus interrompu par une voix. Voix, que je ne connaissais que trop bien. Je souris, j'avais même senti sa présence avant qu'elle ne daigne m'appeler.


Mes nouvelles "aptitudes" pouvaient aider parfois.

Andreï ? Je souris d'autant plus. C'était son petit surnom. Elle était mon Anna Karenine, j'étais son Andreï. M'approchant d'elle, je la détaillais rapidement, elle n'avait pas changé. Moi un peu, quand même.

- Anastacia. Comment vas-tu depuis tout ce temps ?

Avant même qu'elle ne puisse me répondre, je lui plantais deux baisers sur chacune de ses joues, comme ça elles ne seraient pas jalouses, et souriais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Sam 18 Avr - 21:18

J'aurais tellement dû m'en douter ! C'est du Jude tout craché ça !
Mais je me retrouve juste là, à moitié bouche bée, devant ce garçon que je n'ai pas revu depuis au moins un siècle.

Bon, on est "amis" sur facebook mais c'est quand même pas pareil. Et puis, à part pour nos anniversaires, on peut pas vraiment dire qu'on se parle.
Bien sûr, comme tout le monde, je suis un peu allée farfouiller son profil (je savais qu'il était libraire), guettant, sans trop me l'avouer, quelques infos sur sa vie sentimentale.


. Anastacia ? Fut un temps, tu m'appelais juste Anna.

Alors même que je prononce les mots, je sais que c'est une très mauvaise idée. J'ai pas besoin de ranimer quelque chose qui est derrière nous.
Je souris quand même, haut et fort. Je me suis toujours voulue sans gêne. Même si je suis sûre que j'ai rougi quand il m'a planté deux baisers sur les joues.

J'essaie de reprendre la situation en main.


. Alors, le « Stanford », c'est toi ? Tu aurais un titre à me conseiller ?

Je me sens nulle. Et en même temps, je sais tellement pas quoi lui dire. La surprise a ce genre d'effets sur moi. Certainement pas un banal "ça va depuis le temps ?".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Sam 18 Avr - 21:37

Je la détaillais. Elle n'avait pas changé d'un pouce depuis que je ne l'avais plus vue. Elle a toujours ce regard clair et étrange que j'aimais tant chez elle. Et surtout je "sens" qu'elle est restée la Stacy d'alors.
Il est vrai que nos discussions n'étaient pas des plus engagées, mais on s'envoyait toujours des messages pour nos anniversaires respectifs. Même, si une pile de lettres était présente sur mon bureau, synonyme de tout ce que je voulais encore lui dire mais que je n'avais pas pu lui envoyer.
Au moment même où j'avais voulu envoyer tout mes regrets, j'avais vu qu'elle était mariée.


Jaloux et peut-être un peu lâche aussi.

Mais je balayais au loin les non dits et les atermoiements et je me concentrais sur elle, sur le présent. Je sentis néanmoins quelque chose qui me fit sourire, son cœur battait à tout rompre. J'avais encore ce petit espoir qu'elle m'aimait toujours un peu.

Un tout petit peu ce serait bien déjà.

Si j'avais quelque chose à lui conseiller ? Je lui souris de toutes mes dents. J'étais là pour cela en même temps. Plantant mon regard gris-bleu dans le sien, je ne pus m'empêcher de lui demander :

- Anna. Toujours bloquée dans ta phase littérature russe ?

Je souris encore. Mais ça ranimait les vieilles histoires et les amours perdus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Dim 19 Avr - 11:59

Le sourire d'Andreï est un peu ma madeleine de Proust. Je me retrouve balancée quelques années en arrière, au temps où la vie était quand même moins compliquée. J'avais alors quelques illusions de plus et quelques soucis de moins. J'étais raide dingue de ce garçon, son sourire me faisait des papillons dans l'estomac, mais, déjà, je savais qu'entre nous, ça ne marcherait pas. J'avais dix-sept ans, lui, seulement quinze et nos âges, cette différence était plus insurmontable que toutes les distances géographiques.

Mais par le biais de son sourire, mélange attendrissant de force et de faiblesse, je replonge dans ces quelques mois de ma première histoire d'amour. Pas longtemps. Depuis toujours, j'essaie de me convaincre que je ne suis pas une sentimentale. Je ne vais pas commencer maintenant.


. Toujours. Figure-toi que j'ai passé tout un semestre à les étudier. Tolstoï, Dostoievski, Tchekov. J'ai eu un peu de mal avec Les Carnets du Sous-Sol...

Quand je commence à raconter n'importe quoi, c’est mauvais signe.
Reprenons.


. Je suis en pleine cursus sur les littératures de l'imaginaire. T'aurais un titre à me conseiller.

Bien. Très bien. Terrain neutre au possible, le temps que ej retrouve mes esprits.



Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Lun 20 Avr - 21:46

J'étais vraiment heureux qu'elle ait fait partie de ma vie. Même si ce ne fut que pour un court laps de temps. Je crois qu'Anastacia est bien mon seul amour. L'amour de jeunesse qu'on ne parvient jamais à oublier. Du moins pas si facilement.
Mais l'âge n'avait pas été d'accord et à cause de lui, nous nous étions éloignés afin de ne plus jamais nous retrouver. Sauf aujourd'hui apparemment. A quinze ans, j'aurais aimé lui offrir monts et merveilles, mais je n'avais que des illusions.


Il semblerait que tu aies toujours le béguin. C'est mignon.

En effet, je crois que je l'ai toujours un peu. Alors que je la contemple encore, cela en deviendrait presque du voyeurisme, je fus tiré de ma méditation par sa douce voix.

Faut que tu arrêtes Lex. Elle est mariée.

Oui. Bon. Je laissais parler la Raison, même si le Cœur me criait autre chose. Je n'étais qu'un libraire dans ce contexte ci, renseignant une cliente lambda sur ses goûts. Cliente qui n'était pas si lambda au final ...

- "Les Carnets du Sous-Sol", de Dostoïevski, j'avoue ce ne fut pas facile pour moi aussi. Bien que j'adore l'auteur. Mais là, je crois bien que j'ai eu du mal à assimiler la chose.

Je jette un regard sur des nouveaux clients mais ces derniers s'avancent directement vers Patty, l'autre employée. A croire que je vais rester un petit moment avec Anna.
Ce qui n'est pas pour me déplaire. Bien au contraire ! Littérature de l'imaginaire ? Il y a bien deux auteurs qui me viennent en tête.


- J'ai bien deux auteurs qui me viennent en tête. Kafka, mais je pense que tu connais et Boulgakov, encore en russe. A moins que ce ne soit pas cela, que tu cherches.

L'alliance qu'elle portait me renvoyait toute son arrogance à la figure. Une question me brûlait les lèvres, qui était donc l'heureux élu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Jeu 23 Avr - 21:14

Je souris de nous trouver un point commun.
Je devrais pas, mas je souris quand même. Légèrement. Presque tendrement. Il paraît qu'on garde toujours une place à part pour son premier amour.

J'oublie complètement les clients alentour qui pourraient réclamer les services d'Andreï. Pendant quelques instants, j'entretiens la fantaisie qu'il est là pour moi toute seule. Ça n'a jamais fait de mal à personne de rêver un peu. La réalité va bien me rattraper assez vite. Pendant quelques instants, j'imagine que nous sommes encore l'Anna et l'Andreï d'il y a cinq ans, plongés dans une discussion semi-littéraire. C'est ce qui nous avait rapproché au début. C'est ce qui n'a pas été suffisant pour que l'on reste ensemble.


. Je connais Kafka... mais pas Boulgakov.

Et j'en suis la première surprise.
D'un autre côté, à dix-sept ans, on creuse pas tant le fin fond des choses. J'aimais la littérature russe, mais je sortais pas du trio magique Tolstoï, Tchekov et Dostoïevski.


. Tu me conseillerais quel titre ?

a ce stade, j'ai déjà conscience d'éviter tout sujet personnel. Si tant est que la littérature ne soit pas un goût personnel.
Je n'ai pas envie de changer cet état de fait. Pas envie de me rendre compte que l'Alexander d'aujourd'hui n'a rien à voir avec l'Andreï de jadis.

Je suis un peu lâche, j'imagine.



Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Sam 25 Avr - 16:52

Elle attire toute mon attention. Comme quand nous étions ensemble. Même les mots les plus simples, étaient une litanie qu'il me plaisait d'entendre.
La retrouver là, en face de moi était bien plus qu'un souvenir. C'était une réalité. Mais pas l'une de celles où nous étions tout les deux. Dommage.
Je regardais encore cette douloureuse bague, elle était mon châtiment pour ne pas avoir été plus vieux qu'elle.


Sois déjà content qu'elle soit là.

Je lui souriais. Elle ne connaissait pas Boulgakov ? Quand bien même, nous avions un rayon immense consacré à la littérature russe ! Ce qu'elle adore. La prenant par la main, je la conduisis dans ce fameux rayon, où je l'espère se trouverait son Graal.
Mon regard gris-bleu embrassa rapidement les titres et les autres présents. Que cette littérature était magnifique. Elle faisait parti d'un trio de tête : russe, victorienne et française. Là, aussi, les écrivains français étaient des génies.
Je cherchais un certain ouvrage, celui-ci repéré, je le mis entre les mains de Stacy, heureux comme un prince.


- Le Maître et Marguerite de Sieur Boulgakov. Un peu d'amour sur fond de comédie burlesque. Avec quelques personnages historiques qui te plairont sûrement !

Tout sourire, je montrais à ma chère comparse, l'immense étal de cette littérature que nous aimions tant à l'époque. La gorge nouée et le cœur noyé sous des sentiments encore trop présents, je ne pus m'empêcher de lui avouer :

- Tu me manques Anna.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Dim 26 Avr - 12:21

Je fais un effort pour ne pas sursauter, pour ne pas me dégager quand il m'attrape la main. C'est le genre de complications qui ne m'arrangent pas du tout. Du tout.
Je fais un effort et je fais mine de rien. Il y a plein de potes qui se prennent par les paluches sans en faire tout un drame. Là, c'est juste qu'on a un passé qui s'efforce de rendre le geste tout sauf anodin. Alors que moi, j'ai besoin de l'anodin. J'imagine Justin qui se pointe par hasard. Aucune chance, c'est vrai. Mais imaginons. Je vous déjà la crise d'ici ! Jalousie et colère. Lui ne considérerais pas ce geste comme anodin. Et il me faut tout mon self-control pour ne rien dire ni ne rien faire.

Anodin.
La preuve, je récupère bien vite ma main quand il y place un bouquin. Je scrute la couverture de toute la puissance de mes rétines, j'ai presque l'impression de creuser un trou dans les pages. Comme Cyclope des X-Men. C'est pas parce que j'aime la littérature russe que je connais pas mes autres classiques. Alors oui, je me perds dans une contemplation illusoire, juste pour pas le regard. J'essaye de toutes mes forces de faire passer cet instant de gêne. Parce que je saurais pas le définir mieux que ça. Parce que j'ai pas envie de le définir mieux que ça.
C'est juste encore moi qui me fait des films. Certainement. Le geste était anodin.

Ou pas.

A sa dernière phrase, je peux pas faire autre chose que lever les yeux. J'espère que mon visage ne montre rien. Ni colère. Ni nostalgie. J'ai pas le luxe de me permettre quoi que ce soit.


. Non, Alexander.

Je sais pas exactement à quoi je dis non, mais je peux pas le laisser partir dans cette direction.

. C'était une erreur. J'aurais jamais dû venir ici.

Le fait est. J'arrive pas à lui faire les gros yeux, je pourrais jamais.
Je me sens juste triste.


. Je pensais...

Quoi ? Qu'on pouvait être amis ? Douce illusion fracassée sur la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Dim 26 Avr - 21:50

Quand je lui avais tenu la main, j'avais senti son cœur battre à tout rompre. Comme avant. Un souvenir de jadis gravé au fer rouge. Mais dans ma promptitude à la retrouver, j'avais été idiot. J'avais tout gâché par quatre petits mots lâchés ainsi, sans aucun filet.
Je pouvais comprendre sa réaction. Elle avait raison. Son "Alexander" me fit l'effet d'une douche froide. Elle y coupait court. Et elle avait encore raison.


Raison de quoi ?

Raison pour tout. Et pour rien à la fois. J'avais été stupide d'attendre quelque chose. Nous étions nous. Un nouvel Alexander, une nouvelle Anastacia. Nous n'étions plus ceux du passé. Nous étions ceux du présent. De simples connaissances. De simples connaissances ...

De simples connaissances ...

- Non pardon. C'est moi. Je me suis peut-être un peu emballé. Excuse-moi.

J'avais l'air de m'enfoncer encore plus. M'emballer ? Parce que je l'ai revue et j'espère autre chose qu'une simple visite à l'improviste dans ma librairie ?
Je ne sais pas.
Je ne sais plus.
J'ai l'air de me rapprocher de ces héros tragiques que je prédilectionne tant et envers qui l'Amour est une utopie.


...

- Tu pensais ?

A qui ? A Nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Mer 6 Mai - 11:20

. Je ne sais pas.

Bizarrement, ça me coûte de l'avouer.

. Je ne sais pas ce que je pensais.

Ça m'a pincé le cœur de le voir se fermer, imperceptiblement, sous le coup de mon "Alexander". Mais je ne peux pas me permettre de tricher, ou de jouer avec lui. Peut-être tout spécialement parce que c’est lui.
Oh, je suis comme tout le monde. Son intérêt et sa nostalgie des jours passés me flattent. J'ai juste envie de sourire de savoir que je lui ai manqué. Et ça me plaît grave de me douter qu'il pense encore à moi, parfois. J'aimerais pas être oubliable.
Alors oui, ça nourrit mon ego et j'ai envie de me pavaner. Avoir l'intérêt d'Andreï est plutôt agréable. Je me rappelle déjà qu'à l'époque, j'étais plutôt fière de l'avoir rien que pour moi. Mais peut-être que le passé devait appartenir au passé. A fricoter, qu'est-ce que j'y gagnerai ? Me rendre compte qu'il n'était plus du tout celui que j'avais aimé ? Ça viendrait forcément bousiller les souvenirs de ce temps-là. Et ils étaient précieux ces souvenirs. Me risquer à ressentir à nouveau quelque chose de plus fort qu'une simple affection nostalgique ? C'est Justin qui allait apprécier !
Et il y a encore toute une flopée de scénarii catastrophes. Je ne suis pas sûre que ça vaille le coup.


. Venir ici. Parler avec toi.

J'ai jamais trop cru à l'amitié fille-garçon sans ambiguïté aucune. Et là, j'ai vraiment pas besoin d’ambiguïté dans ma vie.

. Je suis pas sûre qu'on y arrive ...

A quoi ? Là, non plus, je sais pas...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 158
Âge du Personnage : 21 ans
Lieu de vie : Librairie Stanford - Londres

MessageSujet: Re: L'appel des lettres Mer 6 Mai - 20:32

L'Illusion des Bienheureux.

C'est ce qui était en train de me consumer. Là tout de suite. J'avais été idiot de croire à de funestes rêveries. De m'accrocher à cette once d'espoir que seul son sourire daignait m'apporter. Mes sentiments pour elle, qu'étaient-ils au final ?
L'aimais-je toujours un peu ? Cet Amour inconditionnel que je lui portais jadis. Une seule chose dont j'étais sûr, j'étais bien. Et pour rien au monde, je ne voulais troquer cette place.
Néanmoins, elle avait cet air perdu que je n'aimais pas chez elle. Ce regard qui en disait long sur cette situation qui nous décimait.


Je déteste cela.

Comment rattraper cela ? Comment garder une once de cette dignité que j'avais perdu quand je lui avais avoué qu'elle me manquait ? Mais je ne pouvais le nier. C'était vrai. Mon sourire était triste, empreint de cette mélancolie quand je me mettais à repenser à cet Amour passé.

- Tu es la bienvenue.

Et c'était vrai. Toujours. Et je serais toujours là. Fidèle au poste. Protégeant ma belle Anastacia comme moi seul pouvait le faire. Je soupirais, étais-je vraiment si sot ?

- Qu'on arrive à rester amis ?

Mes propres dires m'horrifiaient. Mon regard gris-bleu se plongea dans celui de Stacy, j'avais envie de lui avouer ce que j'étais devenu il y a deux années de cela en Albanie. Lui dire que j'étais un Monstre, un de ceux présents dans les films d'horreur à la mode.
J'avais envie de lui dire que je l'aime. Encore. Un peu. Beaucoup. J'avais envie qu'elle pense à moi comme l'Andreï d'autrefois et non comme l'Alexander d'aujourd'hui.
J'avais envie de lui dire que je serais toujours là pour elle, quoiqu'il arrive.


Mensonges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'appel des lettres

Revenir en haut Aller en bas
L'appel des lettres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» henri II à Diane de poitiers( lettres inédites)
» L'appel des limbes ou comment se mettre en danger pour rendre service...
» Mot de 5 lettres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Les Écrits Alternatifs :: La version courte-