L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Au pas de course... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Ven 14 Aoû - 20:33

HJ : c'est pas facile de se concentrer, avec la tête de l'autre rigolo, là !

Au cinquième ciel. Je suis au cinquième ciel. J'irai pas jusqu'à sept parce qu'il me faut quand même un peu plus qu'une parodie de playboy et un petit écossais pour parfaire ma journée. Aussi charmants et polis puissent-ils être. Mais je m'octroie quand même un cinq parce que Nom de Zeus (Justin est un grand fan de Retour vers le Futur), j'en suis ! J'ai eu droit à la poignée de main protocolaire !

* Yahoooooooou !*

Je suis trop fière de moi mais j'essaie de cacher ça sous un sourire façon "ravie de vous rencontrer".
Je sais pas pourquoi, mais quand je regarde mes deux spécimens, je peux pas m'empêcher de penser à Laurel et Hardy. Pas qu'ils soient drôles à s'en rouler par terre, mais quand même, ils me font sourire tous les deux !

Alors je souris plus fort et j'accepte avec grâce les compliments éparpillés et plus ou moins confus de Derek et Charlie. Je suis pas trop désespérée par mon physique, mais ça fait toujours plaisir de se faire un peu flatter... ou de faire rougir un gars.
Bon, bien sûr, ça m'aide aussi à les embobiner. Apparemment, malgré des siècles et des siècles, la testostérone n'a toujours pas compris qu'un joli minois pouvait cacher un cerveau. Qu'ils me croient naïve, ou trop stupide pour additionner trois plus quatre, ça m'arrange. On fait toujours moins gaffe quand on pense être en sécurité avec une atrophiée du cerveau. Je vais sûrement voir bien plus que la poignée de main protocolaire et entendre bien plus que les scrouts à grandes pattes. Qu'ils me pensent donc trop potiche pour voir ou deviner quoi que ce soit, moi, je récolte mes bribes d'infos et les enferme bien fort dans mon crâne jusqu'à mon prochain tête-à-tête avec mon baladeur mp3. Je vais en avoir des trucs à lui raconter.

Je hoche docilement la tête au « faites-moi confiance » de Charlie. S'il y croit, ça me va. Il en faut un peu plus pour m'avoir. J'ai révisé le Code de la Fille en Jungle Urbaine. Faire confiance à un inconnu, même s'il a un sourire canon, c'est toujours le début des ennuis. Surtout s'il a un sourire canon. Ça se finit toujours avec le compte en banque à sec et le mascara qui coule. Allez savoir ce qui est pire.

* !!!! *

C'est sûr, ils font partie d'une secte secrète ! Claquer 200 livres dans une course, qui fait ça de nos jours ? C'est ce que je gagne en une semaine. Quand j'ai de la chance avec les petites annonces, et que mon emploi du temps le permet.
J'ai pas de quoi claquer 200 livres.

* Justin va me tuer. *

Je fais quoi ?
Si je balance une pauvre mise de dix livres, je vais me faire griller. Peut-être que nous autres miséreux n'avons pas le droit de jouer aux courses. Juste regarder et rêver un peu (enfin, moi, perso, les chevaux, ça m'a jamais fait rêver. Je parle même pas des jockeys.).

Merde merde merde.


. Cent livres. Sur Baie des Prairies. Course 126.

Je me suis jamais sentie autant agent secret. Je parle même en code. Baie des Prairies. Course 126. Y a vraiment un truc qui m'échappe. J'imagine que ça aura plus d'importance quand Justin m'aura trucidée. Cent livres, c'est probablement tout ce qu'il y a sur mon compte en banque.

. S'il vous plaît.

J'oublie pas ma politesse pour autant.
On sait jamais. Si l'autre a soudain envie de me faire une ristourne. Genre 200%.


. Herm. Vous prenez la carte bleue ?

Il apparaît que oui. Et qu'il suffit de taper quatre petits chiffres sur un clavier pour commettre l'irréparable.
J'ai vachement chaud tout d'un coup. Ne pas le montrer. Ne pas le montrer.
Je prends l'occasion de farfouiller mon sac à main pour retrouver sourire et décontraction.

Je suis leur complice, maintenant, à Derek et Charlie. J'ai le droit de sourire. Et je souris bien. A Derek, d'abord. Puis à Charlie:


. Et maintenant?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.forumotion.com/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mer 26 Aoû - 0:06

HJ: ça va mieux là? T'arrive à te concentrer? Very Happy Désolé les cocos, je me sens carrément rouillé.


Like a Star @ heaven



« Comment ça et maintenant ? On va s'asseoir, attendre notre course et profiter du spectacle pardi ! » Quelle question.

On va s'asseoir, on va mater les richards du coin, s'imprégner de la foule qui hurle, Scander « baie des prairies » comme des malades, empocher le pactole et se casser. Rien de plus simple.

Charlie/Shawn passa rapidement une main dans ses cheveux après avoir jeté un œil à la ronde. Il se sentait désagréablement observé et malheureusement ce n'était pas par beaux-yeuxstasia.
A travers la foule, il lui semblait que de nombreux regards convergeaient vers eux. Paranoïa. Le stress du futur gagnant à tous les coups. Il paraît qu'il existe des gens qui souffrent du syndrome de la peur de gagner. Et hop, série d'erreurs menant irrémédiablement à la défaite. Putain quel gâchis. C'est clair que c'est pas du tout le genre de truc qui risquait de lui arriver. Bien que Meghan ait longtemps prétendu qu'il pratiquait l'autosabordage sentimental. Rien à voir, mais une fois encore, Meghan débarquait dans ses pensées. A croire qu'elle le poursuivrait au bout du monde.
Il rangea son stress et sa mauvaise humeur derrière un petit sourire arrogant et embarqua tout son petit monde vers les gradins.

« Allez, en avant les vainqueurs, allons assister aussi modestement que possible à notre triomphe. »

Il tendit un bras vers Anastasia et s'accrocha au sien sans attendre d'assentiment de sa part pour l'entraîner vers des places libres. Un petit signe de tête à l'attention de Derek pour l'inviter à les suivre et la troupe se faufila à travers les couloirs menant aux marches des gradins.

« Pardon, désolé, excusez-moi. Bon sang, c'est pas humain d'avoir des pieds de cette taille là ! Peut pas les ranger lui ? Désolé madame, on est un peu prioritaire là, mon ami que voici ne doit pas rester debout. Problème de cervicales. Sinon il se met à baver, c'est l'horreur. Ouais, merci. »

Il se laissa tomber lestement sur un banc rapidement évacué par deux autres personnes, prenant bien soin de laisser une place de chaque côté de sa personne.

« Alors ! On n'est pas bien là ? » Claironna-t-il en observant la fin de la course 124.

Il se remémora soudain ce 17 mars, il y a une bonne dizaine d'années... lors d'une partie d'échec sous le porche.

« Attends, t'as fait comment là ? »

Ouais, déjà à l'époque, il gagnait toujours.

« Comment j'ai fait quoi ? »
« ça là ! Il était pas là le cavalier tout à l'heure ! » Pesta Rachel en se relevant d'un coup.
« Mais bien sûr que si … Tu suis un peu ou quoi ? »
«  Mais c'est incroyable ça ! Tu te fous de ma gueule en plus ! »
« Ce que tu peux être grossière... » Soupira-t-il en imitant sa sœur en train de râler.
« Tu sais quoi ? Tricher ça ne sert à rien ! Ça enlève tout le plaisir au jeu. Le tien et celui de tes partenaires ! » Cria-t-elle en renversant le plateau de jeu d'un air rageur.
« Détrompe-toi, je m'amuse beaucoup » Ria-t-il en esquivant le roi qu'elle lui lançait à la figure .
« Pauvre tricheur va ! Ça t'apportera rien dans la vie ! »
« Tu peux parler toi. C'est pas tricher toute la peinture que tu te mets sur la gueule le matin pour pas qu'on voit ta tronche naturelle ? »
« Je vais te tuer tu sais ? »

Quelques jets de pièces et cris plus tard, Rachel avait planté son frère au milieu du jardin familial et quittait les lieux les larmes aux yeux. Une fois de plus.

Tricher c'est facile et ça rapporte gros. Ça n'enlève rien à l'amusement. Gagner c'est amusant. Peu importe les moyens employés non ? Dire qu'il y a toujours une bonne bande de faux-culs pour annoncer que l'important c'est de participer. C'est faux. Archi faux. Quand on joue, on veut gagner. Point barre. Et quand on perd, on a les boules. Et c'est pas de se dire qu'on a participer qui arranger la sauce. A ce compte là, mieux vaut s'abstenir de jouer si c'est pour voir l'autre triompher.

Alors que la course 125 avait pris le départ Shawn sentit un nouvel accès de nervosité l'envahir. Il avait beau essayer de donner le change et participer à la conversation, le cœur n'y était plus vraiment. Il fallait réellement que ce foutu canasson l'emporte, sinon il aurait des ennuis plus gros qu'il n'avait jamais eu et pas vraiment de solution de retournement. Il songea rapidement à Mark. Sa main se glissa vers la poche intérieur de sa veste et se referma étroitement sur sa baguette. Il inspira profondément et effectua une première tentative sur un cheval blanc, au hasard, en guise d'échauffement avant le lever de rideau.

Impedimenta.

Sur le champs de course, sous les sifflets de la foule, le favori de la course 125 s'emmêla les pattes et s'effondra lourdement au sol alors que son jockey bondissait comme un diable de sa boîte.
Shawn, satisfait de la répétition général, passa en revue les différents moyens d'arriver à ses fins. Sa main se décontracta un peu et il posa à nouveau ses yeux sur Anastasia.
Tricher permettait de gagner. Gagner permettait d'embarquer la fille. Ce soir, il lui paierait un verre.
Il se tourna ensuite vers Derek et lui offrit un visage plus grave que jamais, dépourvu de son habituel air crâneur.
Il paierait un verre à Grogan aussi. Parce qu'il lui devrait une fière chandelle. Mais bien sûr, il n'en ferait jamais mention et passerait la soirée à le vanner.
Il réinstalla très vite un petit air suffisant sur ses lèvres, avant que quiconque ne remarque quoi que ce soit.

« Y a vraiment des gens qui ont un goût de chiottes. Vous avez vu le chapeau que se paye la bonne femme deux rangs devant ? Ça pique tellement les yeux que j'ai envie de porter plainte . » Railla-t-il.


Commercial particulier. SE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 267
Âge du Personnage : 19 ans
Lieu de vie : Université Albus Dumbledore
Emploi : Étudiant

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Sam 3 Oct - 17:02

Par toutes les puces des matous de Morgane!  Il avait oublié de dire s'il-vous-plaît-merci!  Quel rustre devenait-il sous l'influence odieuse d'Evans.  Il le lui paierait, foi de Grogan.  Encore heureux que Maeva n'ait pas été témoin de son étourderie, là c'eut été l'apocalypse!  Et voilà qu'Anastasia lui rappelait sa sœur, à le corriger pour ce genre de détails mondains sur lesquels un esprit aussi élevé que le sien n'avait pas le temps de s'arrêter.

Fichu Evans.

Et maintenant?  Bonne question.  Derek présumait qu'il suffisait de laisser fructifier... Mais à la différence d'un plant de tomates, qu'on arrose, qu'on trime pour le débarrasser des branchailles inutiles et qu'on soigne, il ne savait pas faire fructifier une mise.  La solution de Shawn avait le mérite de sembler logique et presque infaillible, ce qui faisait bouillonner intérieurement le cadet.  Et les deux autres complices prirent les devants, bras-dessus, bras-dessous, vers les estrades.  Pourquoi les filles avaient-elles toujours un aussi mauvais instinct lorsque le temps venait de choisir un garçon favori?  Définitivement, les choses n'avaient guère changé depuis Poudlard.  Les joueurs de Quidditch, ou de rugby ou de foot pour les moldus; les grandes gueules; les belles gueules; les rebelles, voilà ceux pour qui les filles tombaient en pâmoison.  Jamais pour les gentils, serviables, intelligents, humbles garçons, plus discrets, qui promettait de facto un meilleur avenir.  Jamais.  Derek était probablement biaisé, se refusant inconsciemment de constater qu'Anastasia ait été légèrement forcée d'accepter le bras d'Evans.

Perdu dans ses médisances, il fallut quelques secondes au jeune étudiant pour capter ce que l'autre racontait.  C'était qu'il ne savait pas se tenir en public, en plus de tout le reste, constatait le schtroumpf en rougissant, sans être surpris pour autant du comportement grossier du vendeur.  Sans compter qu'il en rajoutait une couche en s'attaquant directement à Derek.  Évidemment, il fallait qu'il lui invente un problème chelou avec des symptômes super flatteurs.  Si ce n'était de la foule autour, les yeux de Derek aurait définitivement balancer une série d'Avada Kedavra par la tête du malotrus.


-Pardon, madame. Merci madame. fit discrètement Derek en passant à son tour au niveau de la pauvre femme, d'un air particulièrement embarrassé.  Jusqu'où Shawn comptait entraîné Derek dans ses mensonges et ses manigances?

-C'est parfait, Charlie!

Il n'avait surtout pas envie de partir à la chasse vers un autre siège et déranger d'autres pauvres joueurs, tant par leur passage que par les insultes que Shawn proféraient sans même sembler s'en apercevoir.

Comme sidéré sur place, Derek ne se rendait plus vraiment compte de ce qui se passait autour de lui.  Il avait simplement réalisé que le numéro de la course n'était pas le leur, sans réfléchir au fait qu'ils étaient sur la prochaine, et s'était perdu dans ses angoisses, stressé de perdre une telle somme.  Il ne se le pardonnerait jamais.  Son absence ne dura pas très longtemps, mais il sursauta néanmoins lorsque les quolibets de la foule le ramenèrent sur terre.  Un cheval et un jockey se trouvaient au sol, probablement blessés.  Ne comprenant pas trop ce qui se passait, le petit homme regarda autour de lui, comme s'il s'attendait à voir une explication au néon.  Une reprise vidéo s'affichait sur un écran géant, c'était déjà ça!  Il tourna le regard vers Shawn, qui le regardait avec un sérieux qui donna l'envie à la vessie de Derek de se vider, l'espace d'un instant.  Rien de ceci n'arriva, heureusement, mais Derek savait d'instinct que si Shawn fanfaron était déjà un danger public, qu'en était-il d'un Shawn grave?  À moins que... avait-il jeté un sort de croque-en-jambe au cheval pour semer la pagaille?  Derek plissa légèrement les yeux, l'un plus que l'autre, et tenta d'imprégné ses pensées désapprobatrices dans la tête du sorcier.  En guise de réponse, Shawn fit un rictus et commenta le couvre-chef d'une pauvre dame, à distance d'oreille, avec une vilenie qui levait le cœur du gentil petit écossais.


-Ferme-la, Evans.


Derek Grogan
Étudiant Borealis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t206-humph-oui-non-mais-c-est-que http://poudredecheminette.forumotion.com/t527-derek-grogan http://poudredecheminette.forumotion.com/t187-derek-grogan
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Dim 17 Jan - 21:21

C'est vrai que le couvre-chef de la dame n'est pas du meilleur goût. C'est vrai aussi qu'en le revendant, je pourrais probablement couvrir la dette du tiers-monde. On en revient à ma théorie qui veut que plus on a du fric, moins on a de goût.
Y a des exceptions dans les deux sens.

Sauf que, moi, j'ai pas été trop mal élevée. Alors je relève pas, même si j'ai bien un ou deux sarcasmes sur les lèvres.

Et puis, je suis encore à moitié fascinée par ce qui vient de se produire. Finalement, voir caracoler des canassons, c'est pas si mal, surtout quand y en a un ou deux qui se mangent le sol. Bon, je suis un peu désolée pour lui, parce que se vautrer devant tout le monde, c'est pas le chemin le plus court pour la gloire. Ouais, en gros, je compatis pour le cheval, mais le vol plané du jockey m'a plutôt fait rire. J'aurais jamais cru que les champs de course puissent être un vrai spectacle.
J'en viens presque à compter sur la course suivante pour me changer les idées. Oublier un peu les cent livres que j'ai claquées sur un coup de tête.

Déjà, tout un ballet s'orchestre pour mettre en place la 126.
Je fais tout pour ne pas le montrer mais je suis pas à l'aise du tout. Je suis pas du genre coincée du porte-monnaie mais ça me fait tiquer de claquer du fric pour regarder des chevaux courir. Et même si Charlie se vante d'avoir « d'excellents tuyaux », je peux pas m'empêcher de penser à ce qu'il va se passer si je perds. A ce que je vais pouvoir raconter à Justin avant que j'ai tout récupéré en bossant comme une folle après les cours. J'en ai pour deux semaine pour tout rattraper. Misère.
Je me retrouve à flipper à cause d'une foutue course.

Et, comme d'habitude quand on flippe à propos d'un truc, le truc en question se radine à toute pompe. J'ai à peine eu le temps de respirer deux fois que les chevaux sont sur le départ. Et hop ! Que ça galope, que ça galope !
Je fais pas exprès, mais je me retrouve soudain à agripper Derek et Charlie, chacun par un bras, sous le coup du stress. Y a plus qu'à espérer qu'ils me croient prise dans l'esprit de compétition et la rage de gagner, quand moi, je suis juste en train de fixer mon argent qui s'envole aussi vite que la terre sous les sabots des chevaux. Je fixe la piste jusqu'à ce que tout devienne flou, le souffle suspendu.
Du coup, je me retrouve un peu hors du temps et ça me remet direct les idées en place. Ce que je fais là, mon objectif ultime. Je suis pas coincée entre ses deux types pour leur compagnie ou pour l'appât du gain (j'ai un peu plus de jugeote). Non, je suis prise dans ma grande quête et cette course de chevaux n'est là que pour m'aider à m'attacher la confiance de ces garçons afin de percer leur secret.

Je sais pas à quoi je m'étais attendue, mais, si j'y pense, ces deux mecs sont tout à fait normaux. Trop normaux pour mon bonheur. J'étais presque sûre qu'ils avaient quelque chose de différents. Et je suis pas du genre à envoyer valdinguer mon intuition comme ça.

Je me détache un peu des chevaux qui galopent et de mes 100 livres obsessionnelles, pour réfléchir deux secondes. Il me faut un plan d'attaque et un vrai. Un qui les obligera à se dévoiler un peu. Juste assez pour que j'ai le cœur net. J'ai encore un peu de temps avec moi, puisque, grâce à Charlie, on a presque un contrat qui nous lie tous les trois. Au moins pour les courses à venir. Je doute que Charlie s'arrête à la 126.

Parfait.

Pendant que je cogite, la course se poursuit et, fixée à mon plan et à sa mise en œuvre, j'écoute plus les commentaires et j'ai perdu de vue Fleur des Prairies ou quel que soit son nom.
Deux minutes plus tard, un concert de hourras et de gémissements retentissent. Quelques cris de colère aussi. Chacun est centré sur sa propre émotion, c'est le temps d'agir.

Je retiens ma respiration. Il faut que j'ai l'air crédible. J'agrippe Derek et Charlie un peu plus fort - de quoi capter leur attention - . A force de plus respirer, j'ai des petits points qui dansent devant les yeux.


. Je... je...

Je feins qu'à moitié. Je me sens bien un peu faible.
Je force mes tremblements et j'essaie d'avoir l'air perdu.


. Je...

Et je tombe à la renverse... enfin, de travers. Bref, je m'affale, du mieux que le permet mon siège. C'est plus douloureux que je pensais et pendant deux secondes, j'aurais bien juré voir trente-six chandelles.

Bon, malaise simulé.
Au milieu de la foule, y a peut-être plus rapide que de chercher l'infirmerie (si il y en a une), dans tout le champs de course. Si vraiment ils sont "différents", ils vont peut-être tenter quelque chose par eux-même, après m'avoir amené à l'écart.
Je sais, je sais, en tant que fille, je devrais pas rêvé que deux gars m'amènent loin de la foule dans un coin sombre. Mais le ju-jitsu que je pratique depuis de nombreuses années me donne un peu confiance dans mes propres capacités de défense.

Je papillonne encore deux-trois fois des yeux, puis, je fais semblant de tomber dans les vapes.
Les mecs s'attendent toujours à ce que les filles soient fragiles, de toute façon.
Pour peu qu'ils paniquent et fassent n'importe quoi, j'aurais ma preuve. Ha !



Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.forumotion.com/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Sam 6 Fév - 16:56

On appelle ça l'apothéose.
Le meilleur moment pour agir. Celui où la foule retient son souffle parce qu'on croit que c'est foutu ...

Le truc c'est qu'il avait déjà dû dégager son bras de l'étreinte serrée de la demoiselle. En d'autres temps il en aurait sûrement profité et surjoué. Mais aujourd'hui, il avait quelques soucis à régler avant. En particulier la course effrénée d'un canasson à moitié asthmatique et légèrement décrépi sur les bords. Il avait donc légèrement repoussée la donzelle vers Grogan, en douceur, mais fermement. Qu'il gère l'angoisse des femelles, lui, il avait d'autres sombrals à fouetter. Il fallut ensuite, attendre le bon moment. Il ne fallait pas non plus que l'on puisse se douter de quelque chose.
Mais finalement, qui irait imaginer qu'un type avec une baguette magique puisse truquer une course ? Honnêtement ?
Le seul à même ici d'envisager qu'on puisse tricher à ce point, c'était Derek. Impliqué jusqu'au cou dans la combine, il n'irait probablement pas se dénoncer lui-même. Quoi qu'avec cet énergumène, tout était possible. Mieux valait tenter la chance avec un semblant de discrétion.
Shawn prit un air dégagé et confiant, distribua deux sourires et un clin d'oeil à l'attention de Grogan et ses paroles ...charmantes (Ferme-là toi même) puis resserra l'emprise qu'il avait sur sa baguette. Il attendait le moment idéal. Celui où dans un tour de main, il renverserait la situation, ferait de Baie des Prairies un champion et de lui, un homme libre et accessoirement, riche. Les deux autres ? Ils seraient bien contents et se vanteraient pendant deux jours d'être des experts de la course hippique et grand bien leur fasse. Peut-être qu'en bonus, il emballerait la fille et au passage, pourquoi ne pas proposer un verre à ce bon vieux Serdaiglon en souvenir du bon vieux temps?
Il sentait le bois de sa baguette lui glisser entre les doigts sous la moiteur qui envahissait sa main.

No panic. Tu gères des fougères.  

Dernière ligne droite pour ce maudit canasson qui semblait avoir appris à courir dans un camp d'entraînement pour limaces des bois. C'était le moment ou jamais.

Il prit une brève inspiration, tendit sa baguette le long de sa jambe et... eut à peine le temps d'étendre les bras en un réflexe chevaleresque et certainement pas calculé (sinon exceptionnellement et cas de force majeure, il aurait choisi le cheval) avant d'y recevoir le poids mort d'Anstasia, qui semblait avoir été prise d'une furieuse envie de se jeter dans ses bras. Ce qu'en soit, il pouvait comprendre, mais bouse, pas maintenant ! Sa baguette roula à ses pieds alors qu'il étouffa un juron plus que grossier.

« Elle nous fait quoi là ?? » Souffla-t-il à Grogan, comme si ce dernier pouvait être expert en évanouissements féminins.

Autour d'eux des clameurs et lancés de couvre-chefs. Si la situation n'avait pas été aussi pourrie, il aurait probablement encouragé la vieille rombière à lancer son horreur. Mais là, encore, il avait d'autres chaudrons sur le feu.
Il leva rapidement la tête pour constater que Baie des prairies, sans surprise avait fini bon dernier, pendant que caracolait un espèce de vieux canasson noir autour de la piste. Florimont Goncourt III. Y avait vraiment des gens aux goûts foireux. Puissent-ils ne jamais se reproduire et choisir le nom d'une hypothétique progéniture.

« Je suis mort. » Gémit-il avant de s'interrompre. Puis il désigna sa baguette, au sol, du menton. « Grogan, soit pas rosse, choppe-là tu veux ? »

Crois-moi, tu viens d'être vengé de toutes les saloperies que je t'ai dites ou faites...

Déjà, autour, deux trois personnes s'enquéraient de la santé de la brunette.

« Faut lui lever les pieds ! » « Donnez-lui dont de l'eau à cette petite » « Elle est toute pâle !! » « Vous voulez du sucre ? »

Refusant plus ou moins poliment toutes les propositions (ok, pas poliment du tout, ça vous va?), Shawn, joua des coudes (ouais, des genoux et des pieds aussi) pour se frayer un chemin parmi les richards du secteur.

« Bouse de merde !!!!! » Grogna-t-il. « Juste quand j'allais enfin.... » Il se mordit les lèvres et jeta un œil furieux à Derek. «Pas de commentaire maintenant, ok??»C'était forcément de sa faute, en plus.

Planté derrière les gradins, à l'écart de la foule, tenant Anastasia comme une princesse endormie, il écumait de rage. Il faudrait tout recommencer à cause d'une greluche avec une paire d'yeux à vous liquéfier. Ça n'excusait pas tout, les yeux. Pas de vous faire perdre du fric à ce point.

En d'autres temps, la situation l'aurait enchanté, mais là, même son humour se faisait la malle.

« Bon, tu lui colles deux claques ou tu l'embrasses version prince charmant ? Moi j'ai les mains prises... » Lança-t-il avec agacement.


Commercial particulier. SE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 267
Âge du Personnage : 19 ans
Lieu de vie : Université Albus Dumbledore
Emploi : Étudiant

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mer 30 Mar - 2:18

Les chevaux courraient, et Anastasia, agrippée à leurs bras, semblait bien plus excitée que Derek.  C'était qu'elle avait mal dû entendre l'annonce des noms et qu'elle devait croire que Baie des Prairies n'était pas le numéro vingt-sept.  Lorsque la demoiselle se mit à tanguer légèrement plus du côté de Derek, celui-ci se douta que Shawn préparait quelque chose.  Ou il le souhaita.  Il était peut-être suffisamment bête pour se laisser prendre dans les gamiques d'Evans, mais pas suffisamment non plus pour ne pas se douter qu'il briserait une règle de plus et se laisserait aller à l'usage de la magie.  D'ailleurs, cet autre cheval qui s'était pété la marboulette, il avait de forts soupçons que ce soit signé Shawn Evans.  En tous les cas, il raffermit sa prise sur la princesse tout en fixant la course.  Ça n'allait pas bien.  Pas bien du tout.  Evans ne gérait pas du tout et il leur faudrait un plan B.  L'universitaire se mit alors à scruter les gradins d'en face, maudissant son manque d'intérêt pour leur sport national, qui lui aurait développé des aptitudes intéressantes en ce moment : comme analyser les réactions de la foule.  Il parvint tout de même à enregistrer mentalement quelques groupes qui semblaient suivre la course avec plus d'intérêt que les autres spectateurs.

Ce fut le moment que choisi leur chaperonne pour perdre pied.  Comme il la tenait solidement en place,  cette dernière s'affala dangereusement sur Shawn qui eut l'air pris de court.  Jamais Derek n'aurait cru dire cela, mais le malheur de l'ex-serpentard l'horrifia.

-J'sais pas moi. Un malaise... T'as vraiment un drôle d'effet sur les femmes, Evans. répondit le petit homme sans l'ombre d'un sourire, qui aurait pourtant bien fichtrement eut droit à sa place d'honneur sur les lèvres du Grogan.

Au milieu des quolibets, Derek releva la tête, puis le cou et le torse, pour voir ses cibles au milieu de la forêt de gens qui se levaient, s'exclamaient, criaient, chantaient, arrivaient ou que sut-il encore.  Par malchance, il n'arrivait plus à les voir, cachés ou partis qu'ils étaient.  Par chance, quelqu'un quelques rangées plus bas, un peu sur sa droite, sautillait de joie en tenant son billet gagnant entre son pouce et son index replié sur lui-même, au-dessus de sa tête.  Sans réfléchir ni prendre le temps de poser le pour et le contre de son geste, le Schtroumpf grognon glissa sa main dans sa veste et, quelques murmures et coups de baguette plus tard, un sortilège de transposition l'avait mis en possession du billet gagnant, alors qu'une malencontreuse et étrangement puissante bourrasque de vent avait arraché le bout de papier des mains du gageur victorieux et l'entraînait désormais vers la piste de course.  C'était scandaleusement, honteusement, vilainement horrible, et il ne fallait en aucun cas que Maeva, alias l'autre voix de sa conscience, en entende parler, où elle risquait de lui faire une telle leçon que ses oreilles risqueraient la combustion spontanée.  Immédiatement pris de remords, Derek obéit à l'invective d'Evans sans réfléchir et, une fois accroupi à chercher la baguette de l'autre sorcier, il eut une idée.  Idée qui ne servirait uniquement qu'à racheter sa bonne conscience, évidemment.  Et surtout pas à créer une dette de Shawn envers lui.  Le jeune homme se releva en glissant la baguette de Shawn dans sa poche, soudainement plus serein, et joua des coudes avec le Serpentard pour emmener Anastasia au calme.

-Mais faites-lui de l'air, oui.  On s'occupe d'elle!

Non mais oui, quoi!  Cette foule ne savait pas à qui tempérament elle se frottait ou quoi?  Pour le coup, il ne porta pas attention aux gémissements de Shawn, du moins pas jusqu'à ce qu'il écope d'un regard courroucé.  Mais il n'y était pour rien, nom d'un dragon!  C'était que l'Evans semblait vraiment avoir perdu le contrôle et être dans une bouse si profonde que ça ne provoquait même plus le moindrement de plaisir à Derek.  En fait, il en avait presque pitié.

-Oh, ça va hein.  J'ai rien dit!

Le trio était arrivé derrière les gradins, et ce n'était pas franchement l'endroit favori de Derek.  Sur une liste des endroits à visiter un jour dans sa vie, il y avait même de fortes chances que ça conclut la liste.  Bon, un lieu parfait pour de la racaille comme Evans, évidemment.  Et l'autre qui lui demandait quoi?

-Je vais pas la frapper!  Et je voie pas d'où je suis un prince charmant.  Il y avait une toilette par-là, je vais chercher une serviette humide.  Et il était préférable que Shawn garde ses mains bien en évidence, car il y avait bien des choses que la situation ne lui excuserait pas.

Le jeune adulte revint rapidement avec quelques lingettes humides qu'il posa sur le front d'Anastasia, après avoir aider Shawn à la déposer dans une position qui ne semble ni grotesque ni inconfortable.

-Au fait, t'avait échappé ton billet, fit-il en lui tendant le billet gagnant avec un peu trop d'insistance pour que Shawn ne réalise pas qu'il se tramait quelque chose. Je vais m'occuper d'elle.  Si tu pouvais nous récupérer au moins nos mises à tous les deux, pendant ce temps, ce serait génial.  Nouveau regard entendu.  Si Shawn filait à la française avec le pognon et l'abandonnait avec la demoiselle en détresse, Derek jurait qu'il trouverait la plus doucereuse et interminable des vengeances.  Un Ouste! de la main plus tard et il se remit à tamponner nerveusement le front de Stacy, en espérant que personne ne les trouve dans cette position grotesque.


Derek Grogan
Étudiant Borealis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t206-humph-oui-non-mais-c-est-que http://poudredecheminette.forumotion.com/t527-derek-grogan http://poudredecheminette.forumotion.com/t187-derek-grogan

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV]

Revenir en haut Aller en bas
Au pas de course... [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Angleterre-