L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Au pas de course... [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Au pas de course... [PV] Dim 1 Fév - 12:30

-
et j'en reviens pas qu'Emma ait tout simplement laissé tomber. Comme ça, sans même chercher à se battre. C'est tellement pas son genre. J'ai un peu peur que...
Hein ?
Quoi ?
Oui, je t'ai dit « j'arrive », laisse-moi deux minutes, un truc de filles.
Je dois filer, je reprendrai plus tard. Mots-clefs : Emma, voyage, imprudence.
-.




D'un geste sec, je coupais le baladeur MP3 qui me servait de dictaphone et planquai le gadget dans ma cachette secrète. Hors de question que Justin le découvre. Il apprécierait peut-être pas que je détaille vocalement certains aspects de notre vie. Et JE n'apprécierais pas qu'il soit au courant de ce que je pense de certaines de ses prouesses... enfin, bref, vous m'avez compris. Même mariée, on a droit à un petit jardin secret. Et je parle pas du carré de luzerne que je faisais pousser sur le balcon.

En parlant du loup... Justin, mari de moi, commençait à sérieusement s'impatienter. Je trouvais complètement fou qu'au bout de deux ans de vie commune, il n'ait toujours pas compris que "j'arrive dans deux minutes" signifiait "j'en encore pour une demi-heure" ! Oui, on était à la bourre et oui, les chevaux ne nous attendraient pas pour s'élancer, mais bon, il y avait peut-être plus important dans la vie que quelques canassons qui se courraient après. Non ?

Par exemple, mon chapeau...

Impossible de trouver ce foutu couvre-chef, que j'avais spécialement choisi parce qu'il était parfait avec cette tenue. J'avais toujours ce vieux bibi qui datait de l'an cinquante, mais j'avais pas passé une demi-journée de shopping à trouver l'ensemble idéal pour foutre en l'air ma toilette en deux-deux.
En plus, c'était précisément à cause de ce chapeau que je m'étais laissée convaincre de l'accompagner, lui et ses potes, à l'Epsom Downs Racecourse. J'avais autre chose à faire de mon samedi aprem, mais la perspective de pouvoir arborer ce petit bijou de chapellerie qui m'avait coûté pas moins de quarante livres. J'adooooooooooore les chapeaux et, comble du hasard, les chapeaux me vont super bien.

Ah ! Enfin!

Mon précieux petit machin, coincé derrière une pile de caleçons...


. J'arrive, je te dis !!

Ce qu'il pouvait être rasoir quand il s'y mettait...

Un quart d'heure plus tard, mon superbe couvre-chef sur le chef (ahah), je me tassais dans le truc qui servait de véhicule à Justin (preuve que tous les mâles ne jurent pas que par leur voiture... ou alors monsieur mon mari était juste trop fauché pour avoir des prétentions), et me laissais entraîner en direction du champ de course. A l'arrière, les gars chantaient je ne sais quelle chanson à la mode.
Les vingt minutes de trajet furent interminables.

Les cinq minutes d'attente furent interminables.


. Je vais acheter du pop-corn.

Regards atterrés des garçons, que je négligeais d'un geste de la main.
Je m'esquivai aussi vite que possible en direction du stand de ravitaillement. Parce qu'il y avait un stand de ravitaillement, hein ?
Aucun de ces crétins testotéronés n'avait complimenté mon bibi.

Il y avait bel et bien un stand de ravitaillement, mais je ne parvins pas jusque-là. En cours de route, dans un endroit un peu déserté par la foule, mon oreille se tendit. Elle avait capté un ou deux mots qui m'envoyèrent des frissons dans l'échine. Maléfices.
Oui, je sais ce que vous allez me dire, probablement deux pauvres geeks qui discutaient World Of Warcraft. Mais le chatouillis dans ma nuque me criait le contraire. Me demandez pas pourquoi, j'ai l'œil, ou le nez, ou même le petit doigt pour ces choses-là. Depuis quelques mois, c'est comme si j'avais un sixième sens pour capter tout ce qui est un peu trop étrange.
Je me glissai dans l'ombre, ni vue, ni connue et je tendis l'oreille.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.forumotion.com/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Dim 1 Fév - 16:09

Dans la vie, on n'est jamais mieux servi que par soi même. C'est clair.
On est souvent bien servi par les autres, et pour dire vrai, ça dépanne bien. Mes ces autres ont une fâcheuse tendance à mal faire ce que vous auriez fait en mieux. (et sûrement plus vite, en plus.)
Rachel (ma sœur) me dirait bien sûr, puisque je râle encore, de faire les choses moi-même, ce qui m'éviterait d'être déçu par le résultat quand je demande aux autres de les faire. Certes.
Elle oublie quelques points importants.
Premièrement, y a plein de trucs que j'aime pas faire. Si je les liste ça prendrait trop de temps, mais bon, y en a vraiment beaucoup. Donc autant les faire faire par les autres parce que même si je les fait mieux, ça ne voudra pas dire que j'ai pris plaisir à le faire.
Deuxièmement, je suis fainéant. Non négligeable. Y a des jours où j'ai pas envie de faire les trucs. Donc, je considère que si un autre veut les faire à ma place, et bien, grand bien lui fasse. Ceci dit, tant qu'à se proposer, il pourrait faire l'effort de bien faire non ?
Et pour finir, j'estime que demander aux autres de faire quelque chose pour moi est un moyen de leur rendre service. Une question d’élévation de leur âme quoi. Je les aide à se bonifier.
Je déconne. Y a pas réellement de troisièmement.
Mais ça me fait marrer de lui balancer ça parce qu'elle finit toujours par le prendre pour elle et je crois que dans vingt ans encore, je me bidonnerai devant ses crises de colères.

Bref, bien qu'il soit confortable d'avoir tout un tas de gens qui fassent les choses pour vous, je trouve que réellement, certains qui pensent vous rendre service, n'y mettent pas du leur. Quand on propose un service, il se doit d'être de qualité. Sinon réellement, je ne vois pas l'intérêt de se proposer.
Je rends rarement service (j'ai pas le temps, ou pas l'envie, ou alors j'y trouve pas d'intérêt en retour) mais quand je le fais, personne se plaint. Je le fais bien. Mieux que si la personne elle-même l'avait fait. C'est pourquoi, à la galère suivante, elle pensera à moi, et me sera redevable deux fois plus. Ce qui permet d'avoir autour de soi, un bon paquet de personnes redevables en cas de gros pépin.

Les pépins, c'est bien mon truc en ce moment.
C'est comme les choses que je n'ai pas faites moi. Cette fois-la, j'aurais du.


Le mois précédent, il avait été dans l'obligation de se séparer de son associé. Ce qui n'avait pas été une mince affaire. Rupture douloureuse. Aussi bien professionnellement, que personnellement. Fort heureusement, il avait un sens aigu des affaires, ce qui lui avait permis lors de la rédaction des contrats de se laisser une marge de manœuvre pour les cas d'urgence comme celui-ci.
Cet abruti avait réussi l'exploit de passer un contrat avec des moldus pour leurs vendre des brevets. SES brevets. Les choses étaient pourtant claires, si la conscience n'avait aucune place dans les affaires, les moldus eux, n'étaient clairement pas des clients envisageables. Le risque était trop important.
Après des semaines à se débattre pour mettre fin au contrat déjà signé, il avait eu une violente altercation avec Stanley. Violente à tout point de vue. Il avait eu tort de considérer ce crétin comme un ami.
Il avait ensuite fallu contacter les clients, entrer en relation avec eux et réparer les dégâts. Récupérer les contrats, faire oublier ce qu'ils pouvaient savoir de néfaste (pratique totalement illégale, mais on n'était plus à ça près) et remonter la filière potentielle de tout ceux qui pouvaient être au courant de l'existence des brevets et par la même occasion des sorciers. Jusqu'à présent, il avait à peu près enfreint toutes les lois sorcières existantes à l'exception de celle qui visait à conserver leur existence secrète. Il était hors de question de franchir cette ligne. Pas même pour le talent de Stanley.

Le sujet aurait pu être clos. Si il n'était tombé sur deux gorilles pas franchement aimables à la sortie du pub quelques jours plus tôt.
Depuis ce jour, il était constamment assailli de doutes. Stanley se contentait-il d'être un sombre abruti ou ne s'agissait-il pas de négligence de sa part?


Afin de pouvoir classer ce dossier sans trop de suite, il avait parcouru le campus à la recherche du pigeon, de l'étudiant, qui lui permettrait de mettre fin à cet débandade.
Il fallait un candidat joueur, plutôt manipulable et curieux.
Le casting fut rude et le temps pressait. Shawn écuma les listes des différents club de jeux existants sur le campus et tomba sur un nom qui ne lui était pas étranger.
Cela remontait à quoi ? Sept ans auparavant ? Les années Poudlard. Sa dernière année probablement. Un petit Serdaigle timide et joufflu. Le candidat idéal. Président du CBAJM. Un truc de bavboules pour intello sûrement.
Le convaincre n'avait pas été chose aisée. A commencer par le fait que le jeune garçon ne semblait pas avoir gardé un bon souvenir de lui. Étonnant. Il était pourtant très aimable au collège. Surtout avec les filles. Elles lui avaient toujours porté beaucoup d'intérêt. Il aurait peut-être du s'adresser à l'une d'entre elles après tout. Elles auraient été plus faciles à convaincre que le jeune Grogan.

La curiosité et l'attrait du jeu finirent par l'emporter. A moins que cela ne soit dû à son immense pouvoir de conviction.
Il faudrait maintenant convaincre le jeune Grogan de miser sur le bon cheval.

Le pire dans toute cette histoire était probablement le fait qu'il détestait les canassons.

Un cheval c'est rien de plus qu'une grande vache sans cornes. Ça bouffe, ça bave et ça pue.  Ah oui. Ça chie partout aussi.

Personne ne s'extasie sur les vaches.

Et ben les chevaux, je vous raconte pas.
Tout le monde aime les chevaux. « Il est grand et beau celui-la! » « Regarde maman le cheval comme il court vite. » « On dit qu'il galope mon chéri. »


Shawn aussi galopait. Il entraînait Derek vers les guichets les moins fréquentés tout en tâchant d'honorer sa promesse au mieux.

«  Les courses, ça me connaît tu vas voir. Je vais te montrer toutes les ficelles. On peut se faire un tas d'argent là dedans. Et le plaisir de parier est juste incroyable ! » Avait-il dit. «  Je te ferai même visiter les coulisses. Les backstages que personne ne voit. J'ai mes entrées. »

Ce qui donnait le jour J «A droite, les toilettes, à gauche un groupe de femmes friquées jusqu'aux soutifs qui sont infoutues de comprendre comment marchent les paris probablement atteintes d'un maléfice de glousserie, et devant, le guichet où tu peux choisir ta ou tes bestioles. T'as bien pris le fric moldu comme je t'ai dit ?  Y a que ça qui marche ici hein ? »

Non sans jeter des coups d'oeil autour de lui, Shawn tentait de masquer sa nervosité. Il risquait gros. Il jouait plus qu'il n'avait jamais joué. Et il ne s'agissait pas d'argent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 267
Âge du Personnage : 19 ans
Lieu de vie : Université Albus Dumbledore
Emploi : Étudiant

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mer 4 Fév - 3:50

Derek était furieux.  Ça n'avait rien d'exceptionnel et la Gazette n'en ferait définitivement pas sa une.  Il était furieux contre lui-même.  Ça non plus, ce n'était ni étonnant, ni anormal en soit.  Ce qui l'était davantage, c'était la circonstance qui entourait cette frustration.  Il se trouvait en compagnie de Shawn Evans, réputation irréparable -quand bien même il tenterait l'impossible-, dans un recoin sombre d'un hippodrome.

-Fais gaffe, Evans répondit Derek de sa petite voix stressée, avant de poursuivre à voix plus basse. Faudrait pas qu'on t'entende.  Les murs ont des oreilles, espèce de troll à grandes pattes.  Et puis, combien de fois je dois te répéter que je ne suis pas un crétin? conclut-il en haussant légèrement la voix, visiblement irrité.  Non mais, c'était lui qui avait été élevé par une mère moldue et un père cracmol.  Il savait bien ce que c'était que de l'argent moldu, et avait l'habitude d'en utiliser, contrairement à la plupart des sorciers.  Contrairement à la plupart des sorciers, aussi, il se creusait la tête, chaque année, pour trouver des idées de cadeau d'anniversaire de mariage moldu à ses parents.  Et Maeva le surclassait presque systématiquement.  Toutefois, ce n'était pas un concours.  Oh que non.

Il restait quelques semaines encore avant l'anniversaire fatidique, mais Derek commençait à être à court d'économies et c'était ainsi qu'il s'était retrouvé ici, dans cet antre de débauche, à contrevenir à la première règle de tout joueur amateur : on ne parie pas. Jamais.  Ça a la triste tendance de gâcher à la fois le plaisir et les amitiés.

Sauf que justement, il n'était là ni pour le plaisir, ni avec un ami.  En fait, il avait bien espérer que Shawn s'était approché de lui que par hasard, mais ses espoirs volèrent en éclats dès qu'Evans le héla.  Il ne l'avait donc pas oublié.  Derek en avait crispé la mâchoire de résignation -et possiblement aussi de colère- en le saluant en retour.  Avec les années, il ne savait même plus pourquoi il avait une telle aversion envers le jeune vendeur.  Probablement cet espèce d'instinct de survie qui lui indiquait les être malveillants dont il était mieux de se méfier et d'éviter.  Comment donc Evans l'avait-il retrouvé, dans ce cas?  Avait-il l'instinct du chasseur et Derek était-il toujours une proie aussi facile -à son grand désarroi- face aux moqueries de ses camarades de cours?

Lorsqu'il avait entendu pour la première fois l'offre d'Evans, il lui avait répondu sèchement de ficher le camp.  Ou peut-être était-ce un simple non.  Il ne savait plus trop, mais il était certain d'avoir produit une réponse ferme et sans équivoque possible.  L'autre arrogant était alors revenu à la charge et à force d'arguments, il avait réussi à piquer suffisamment la curiosité de l'étudiant pour qu'il accepte.  Shawn Evans avait réussi à le -et un frisson lui parcourut l'échine à cette pensée- séduire comme s'il avait été une vulgaire collégienne.

Toujours aussi préparé, méthodique et organisée, Derek poussa un profond soupir d'exaspération en sortant son porte-monnaie moldu, afin de supporter ses propos.


-Bon. Alors, c'est quoi ton super-plan?  Tu me garanties que je vais gagner?  Si je perds, tu t'engages à me rembourser, n'est-ce pas?  Oh, et un petit détail que tu avait peut-être oublié...

L'étudiant sortit du porte-monnaie un permis de conduire anglais sur lequel son portrait apparaissait, statique.  Il pointa une série de quatre chiffres sur la carte en jubilant intérieurement.  Il n'y avait que peu de choses d'aussi agréables que de montrer leurs failles aux Evans et autres gens trop sûr d'eux de ce monde.  Ce que ça lui avait coûté?  Quelques secondes pour lancer un sortilège d'illusion sur une carte à jouer on ne pouvait plus banale.

-On n'a que quatre ans de différence, d'accord? Ce qu'il ignorait, par contre, c'était que si Shawn avait poursuivi sa scolarité dans les temps, ils ne se seraient jamais croisés à Poudlard.


Derek Grogan
Étudiant Borealis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t206-humph-oui-non-mais-c-est-que http://poudredecheminette.forumotion.com/t527-derek-grogan http://poudredecheminette.forumotion.com/t187-derek-grogan
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mer 11 Fév - 12:14

Gamine, je rêvais de me marier avec James Bond (à l'époque, c'était Pierce Brosnan qui le jouait et juste miam !).A lors, bien sûr, je serais devenue agente secrète moi aussi et ensemble on aurait parcouru le monde pour buter les méchants et ramener le côté lumineux de la force dans la galaxie (ouais, je m'égare, mais enfin, la thématique est un peu la même).
Depuis, je ne perdais aucune occasion de m'entraîner (même si j'avais depuis longtemps abandonné l'idée d'épouser Pierce, trop vieux, mon bon monsieur). J'avais les oreilles qui furetaient à la moindre occasion et je connaissais tous les potins de la fac sur le bout des doigts.

Aussi discrètement qu'il m'était possible, j'avançai, toujours dans l'ombre, les sens aux aguets, en direction de mes deux énergumènes. Je me sentais tout d'une Mata Hari de pacotille, mais enfin, il fallait bien commencer quelque part.
Mes deux rigolos avaient tout des meilleurs duos comiques : un petit gros et un grand échalas. Il ne leur manquait que les grimaces et autres mimiques ridicules. Certes, c'était un grand manque et moi, dans mon coin, je ne rigolai pas du tout. J'essayai de faire abstraction des bruits de la foule pour mieux capter la teneur de leur échange, mais, nom de Dieu, qu'est-ce que c'était bruyant une foule.

Encore heureux que Justin ne 'ait pas traînée à un match de foot...

Là, j'aurais pu dire adieu à toutes mes prétentions et me contenter de rester assise dans les gradins, à espérer que mon sens de l'écoute survive aux beuglements des supporters... et que mon cerveau survive aussi bien. Peut-être leur enthousiasme et leur fanatisme étaient-ils contagieux et je me serais retrouvée debout, al bave aux lèvres, à scander des noms et des slogans sans queue ni tête.
Finalement, je préférai encore les champs de course.

J'avais presque mal aux tympans à force de concentration. Et j'étais presque sûre d'avoir entendu le petit rondouillard marmonner « troll à grandes pattes ». Qui parlait de troll de nos jours ?

Ce sont bien des fans de WoW... bien ma veine...

Et puis, il pouvait tout aussi bien avoir dit « j'ai envie de pâtes » ou « il me frôle de ses grandes pattes » (erk).
A ce stade-là, je ne savais plus trop si j'étais déçue de m'être fait des idées, rassurée que le monde soit ce qu'il semblait être ou furieuse contre moi-même de me nourrir si facilement d'illusions.

Et pourtant, je n'arrivai pas à décoller de ma cachette.
J'avais l'impression d'être une môme qui guettait le père Noël et qui refusai, contre vents et marées, qu'il ne s'agisse que d'un mythe.

Encore deux minutes, me promis-je.

Deux petites minutes, après quoi, je laisserai ma folie de côté et reprendrai ma vie normale en essayant d'oublier mes errances. Deux minutes avant de sombrer dans la banalité.

Et puis, qui savait ? J'avais peut-être mis le nez dans un énorme trafic que j'allais démanteler à moi toute seule. Super plan - gagnes - perds - engages - rembourser. On était loin de mes idées loufoques de communauté secrète mais j'avais peut-être déniché quelque chose.
Moi qui étais persuadée d'être une cartésienne pure souche, je me rendais compte, ces derniers mois, que j'avais désormais du mal à m'ancrer complètement dans la réalité. J'étais tête-en-l'air, songeuse.

Deux minutes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.forumotion.com/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mer 25 Fév - 0:22


Une fois encore. Pour le plaisir ...

« Mais dis-moi t'es un petit génie des maths toi ! »Lança-t-il d'un ton railleur qui se voulait plein d'assurance .
Sauf que la belle assurance volait en éclat sous sa nervosité ambiante.

Et si ça foire ?

T'es mort c'est tout.


Les deux gorilles n'étaient qu'un avertissement. Les moldus ont pire que les baguettes. Ils ont des armes à feu et pas assez de conscience pour respecter les règles qui les empêchent de s'en servir à tort et à travers. Pas de sortilège impardonnables chez eux. On tue. Point. Baisser de rideau. Pas vu, pas pris. Aucun moyen de tracer les actes de chacun. Des fous, en liberté.

« Je te garantis que tu gagnes. Tu mise ce que je te dis et tu verras que tu vas te faire un paquet de galions. Fais-moi confiance, tu vas passer la meilleure journée de ta vie ! Je te demanderai juste une petite commission pour le type qui m'a filé le tuyau. »

Sauf qu'il n'a pas de tuyau et pas de type pour les filer. Juste une baguette et un culot monstre.
Question de survie.
Le troll à grandes pattes, il ne relevait même pas. C'était cadeau.
Il avait pas trop le temps là. Et le temps, c'est du galion. C'est connu comme dicton.

Il parcouru le BP, Board price des yeux très rapidement. Les cotes des chevaux étaient calculées sur la moyenne de l'ensemble des cotes proposées par les bookmakers de l'hippodrome. Shawn fit rapidement son choix et attrapa Grogan par un bras.

« Ok, là dans cette course, tu mises gros sur « baies des prairies. C'est un tueur .» Pourvu qu'il ne sache pas lire les cotes. « Si on avait un Nifleur, il serait entrain de lécher le cul de ce cheval. Un peu comme si tu faisais courir un sombral au milieu de veracrasses tu vois le genre  ? »


'Tain... Baies des prairies quoi... Y avait pas terreur du champs ou zebra of the night ?
Un truc plus vainqueur quoi...


A deux pas de lui un visage attira son œil. Il se retourna vivement. L'homme avait déjà tourné la tête. Grand, costume gris de flanelle, large d'épaule, un chapeau assorti au costard...


Tu deviens parano mon vieux.

Rapidement, il passa une main dans la poche intérieur de son blouson. Elle était bien là. Fidèle au poste, prête à être dégainée en cas de pépin. Enfin, de pépins supplémentaires.
Il fit rapidement le compte dans sa tête... Il lui fallait une sacré somme. La première partie, le pigeon, le cheval, miser gros...se déroulait plutôt bien. Il fallait se détendre et attaquer la seconde partie. On verrait plus tard pour le grand final, qui lui, ne s’avérerait pas être de la tarte.
Lowell s'attendait à quelques milliers de dollars, il récolterait ses milliers bien assaisonnés avec une surprise en somme.

Il poussa sans ménagement son acolyte dans la maigre file du guichet au bout de laquelle une hôtesse maquillée comme une fille du crazy horse enregistrait les paris.
Il se glissa derrière lui, histoire de le motiver en cas de défilement.

«  T'as compris le principe ou je répète ? »

Et sans attendre « Au fait Grogan, t'es moldu toi non ? »


Commercial particulier. SE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 267
Âge du Personnage : 19 ans
Lieu de vie : Université Albus Dumbledore
Emploi : Étudiant

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mar 17 Mar - 2:57

Il arrivait à tous, même aux plus (presque) parfaits, comme Derek, de faire des erreurs.  Comme aujourd'hui.  Toutefois, il s'agissait aujourd'hui d'une erreur toute particulière : elle avait même un nom.  Elle se nommait Evans.  Et Grogan la regrettait déjà amèrement.

Derek décida de faire mine de ne pas entendre le commentaire de Shawn à l'intention de ses capacités mathématiques.  Après tout, il n'avait aucune preuve que le peu recommandable personnage qui l'accompagnait était un cancre en maths.  Ni qu'il était doué, par contre.  Au moins, il semblait sûr de lui.  Il promettait la victoire et le fric à Derek.  Or, Derek n'était pas vraiment là pour avoir un paquet de gallions.  Quelques-uns, juste assez pour acheter des billets de train et une entrée à ses parents, et ce serait largement suffisant.  Quant à la victoire... Il n'était pas forcément toujours bon joueur, mais Derek avait appris avec les années qu'il fallait de l'humilité pour jouer, et que la défaite ne défaisait pas pour autant le plaisir.


-Si on m'avait dit un jour que la meilleure journée de ma vie serait en ta compagnie... soupira Derek.  Quelle genre de commission?

Il n'allait tout de même pas se lancer sans être pleinement informé!  Déjà que l'idée de donner de l'argent à Evans ne l'enchantait guère, il n'avait pas envie d'investir pour voir la moitié de son gain lui être reprit.  Autant pour le simple billet de train.  Le plus vieux sembla vérifier une seconde que son tuyau était bon et que le cheval se trouvait bien sur la course.  Baies des Prairies?  Les dresseurs n'avaient donc aucun amour-propre?  Ils auraient pu l'appeler quelque chose de plus viril, comme le Dragon Équin, ou  Captain Hook ou Running rocket?  Qu'en savait-il, lui, de toute manière?  Il n'était pas éleveur!  Derek observa un instant le tableau illuminé de millions d'ampoules en fronçant les sourcils.  D'instinct, il aurait cru que Baie des Prairies était plutôt, comme son nom l'indiquait, pas un cheval de tête -restons courtois envers ce pauvre animal-.

-J'ai compris le principe, tu peux t'arrêter avec tes métaphores à faire se retourner le Monstrueux sur son étagère...

Shawn l'attirait dans la file et Derek manqua de faire une bourde en prononçant « Poudlard ».

-De toute ma scolarité, aucun prof n'a jamais eu besoin de me répéter quoi que ce soit  Alors ça devrait aller, oui.

C'était un mensonge.  Évidemment qu'il avait profité à quelques reprises des répétitions, réexplications et autres réitérations de ses enseignants au cours de sa vie estudiantine.  Pas aussi souvent que d'autres, mais c'était tout de même arrivé.  L'aiglon était simplement un peu orgueilleux.

-Tu veux que je te rentre ma baguette là-où-tu-penses pour voir si je suis moldu? grommela Derek sans se demander à quel endroit Shawn songerait.  Les narines semblaient une option évidente.  Mais bon, il ferait certainement mieux de ne pas trop jouer les abrutis et de répondre à la question qu'Evans avait voulu poser.  Oh, il ne rentrerait pas dans les détails, les drames familiaux n'ayant pas trop leur place ici.

-Mes parents le sont, oui.  Ça pose pas de problème, j'espère...

Ça ne sonnait ni comme une menace, ni comme de l'inquiétude.  Et pour cause, c'était de la lassitude que Derek commençait à ressentir.


Derek Grogan
Étudiant Borealis


Dernière édition par Derek Grogan le Ven 24 Avr - 4:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t206-humph-oui-non-mais-c-est-que http://poudredecheminette.forumotion.com/t527-derek-grogan http://poudredecheminette.forumotion.com/t187-derek-grogan
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Jeu 9 Avr - 20:56

Et parfois, deux minutes, ça suffit pour vous changer une vie.
A deux minutes près, vous ratez cet avion, certes, mais sachant qu'il va se crasher quelques miles plus loin, finalement, c'était pas si pire. A deux minutes près, vous arrivez trop tard pour croiser ce garçon qui va vous tenir la porte et complètement chambouler votre vie en tombant raide dingue de vous. A deux minutes près

Oui. Bon. J’aurais pu décider de m'en arrêter là. De bien tout enregistrer dans ma petite tête et continuer mon enquête plus tard, préférant la réflexion à l'action pure. Dans mon genre, je peux être ceinture de procrastination à mes heures perdues.
Oui, mais voilà, par-dessus tout, je suis têtue. Chercher la petite bête, creuser jusqu'au bout, c'est presque une passion pour moi ! Je suis de toute façon bien trop curieuse de ces deux énergumènes pour laisser tomber maintenant. Je suis certes un peu loin, mais les observer a quelque chose de... jouissif ? Libérateur ? Enfantin ? Quoi qu'il en soit, j'ai juste trop envie d'analyser leurs expressions, enregistrer leurs réactions, capter jusqu'au moindre tressaillement, à la moindre transformation de leur anatomie.

Et je fais bien.
Parce que la suite vaut son pesant d'or anglais.
Je suis presque sûre d'avoir entendu « gallion », « niffleur » et « sombral »...mais ça peut être simplement un dialecte local pour « gallon », « reniffler » et « sombrero ». Ça ou mes oreilles qui fourchent. Pas de quoi voir la transformation de quelques soupçons en une évidence sans faille.

Il faut que je m'approche. En avoir le cœur net.
Sinon, ça va encore me travailler cette nuit, et la prochaine sûrement. Voire même celle d'après. Et l'insomnie, c'est vraiment nul pour le teint. Avec ma peau blafarde, je choppe des cernes en deux minutes chrono et s'il y a une chose que je déteste, c'est bien les anti-cernes et leur cortège de fond de teint. Mais avoir la tête d'un zombie à frange, très peu pour moi.
C'est donc pour mes yeux et pour la tranquillité de mon esprit que je me décide à faire un pas en avant. C'est le très grand avantage du ju-jitsu : on acquière une sacrée maîtrise de son corps et le temps d'une seconde, je peux vraiment passer pour un agent secret. J'ai encore le temps d'entendre parler de « monstrueux » (rien d'anormal dans le nom... mais c'est l'accent mis dessus qui est venu titiller mon oreille) : j'ai pas pu écouter le reste. Je peux pas me concentrer sur mon silence ET sur leur bruit.
Je suis encore trop loin. Là, sur ma gauche, un machin qui peut me servir de planque. Quelques pas et je louperais plus rien de leur échange.

Un pas. Deux pas. Et là, tout s'emballe. Un orteil mal placé ou la loi de Murphy qui se décide soudain à me tomber dessus... En parlant de tomber... J'aurais jamais dû oublier la règle fondamentale du ju-jitsu : il faut être dans ce que l'on fait.
Mais non, là, juste badaboum. Les quatre fers en l'air et plus une once de grâce dans mes cinquante kilos et quelques. Question discrétion, on repassera.

Bon, se draper dans sa dignité et rebondir, l'air de rien!


. Oooooooops.

Ouais. J'ai rien de mieux sur la langue, le temps de retrouver ma verticale, quoi.

. Bonjour vous !

Là, à continuer comme ça, je frôle le flagrant délit.
Il faut à tout prix qu'il me croit comme eux. Eux, je sais pas exactement ce que c'est. Toute la difficulté est là.
C'était quoi leurs mots, déjà ?
J'essaie un sourire tremblant, vaguement effarouché. Les mecs sont juste tout mous tout tendres devant une fille sans défense, en général. Si ils savaient...


. Je suis un vrai troll à grandes pattes, parfois.

C'est sorti presque sans hésitation. Je suis trop fière de moi.
Je conclus le tout par un beau sourire tout penaud, histoire de finir de les mettre dans ma poche. Et derrière mon dos, je croise mes doigts de toutes mes forces. Faites qu'ils me croient. Faites qu'ils pensent que je suis des leurs. Je vous en prie.. Je suis pas tellement une croyante, mais une prière peut pas faire de mal, hein?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.forumotion.com/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mer 15 Avr - 10:25

Ouais, c'était clair, il pensait pas au nez.

Shawn haussa les épaules dans un sourire moqueur. Mettre les autres en rogne était plus qu'une passion. Une vocation. Oui c'était ça. Une vocation. Rachel avait la palme. Elle devenait rouge, bégayait, s'insurgeait, balançait tout un tas d'insultes sans queue ni tête et finissait par tourner les talons et claquer la porte. Parfois elle pleurait aussi. Aux premières larmes ça le faisait sourire, ensuite, chose moins agréable, il culpabilisait un peu. Juste un peu.
Grogan aussi avait une certaine susceptibilité qui amusait Shawn depuis … quelques années déjà. Il était tout à fait prêt à renchérir et se lancer dans la course au craquage lorsqu'il se mit à pleuvoir des filles. Enfin une.

Elle s'étala à leur pieds avec presque un peu de grâce. Mais comme elle était plutôt pas mal, on n'allait pas s'étendre sur le slow motion de la chute.

Il la détailla de haut en bas d'un œil expert. De taille moyenne, soignée avec un joli regard. Bleu-vert. Il avait un horrible faible pour ces yeux-là.

- J'ai jamais vraiment vu de Troll d'aussi près mais je doute qu'ils aient cette tête-là. Pour les grandes pattes faudra repasser. Lança-t-il taquin.  Vous vous êtes fait mal ?

Elle était bien mignonne la petite, mais ils avaient du boulot et pas vraiment le temps pour papillonner ou s'occuper d'un joli minois. Alors qu'il s'apprêtait à l'expédier il songea à une alternative bien arrangeante. Quelque chose qui lui ferait gagner du temps et de l'argent et qui leur offrirait des discussions bien plus passionnantes que celles visant à déterminer l'endroit idéal pour un planté de baguette.
Il se tourna vers Derek et lui envoya une tape amicale dans le dos.

- Mon ami Derek découvre les champs de courses. J'ai d'excellents tuyaux. Vous pariez vous aussi ?

Les femmes adoraient parier. Elles s'y prenaient souvent très mal préférant de loin parier sur une licorne à paillettes cul-de-jattes plutôt que sur le pur-sang un peu moins ragoûtant mais, elles adoraient ça. Avec un peu de tact …

Il calcula rapidement, si tous les deux pariaient une cinquantaine de livres et gagnaient (ça c'était le plus facile puisqu'il allait la truquer discrètement d'un coup de baguette) avec la côte pourrie du cheval et en misant sur le fait qu'ils auraient envie de rejouer ensuite (c'était dans les stats, les gagnants tentent toujours une deuxième fois. Ils parient un peu moins mais se sentent en veine...) … il convertit rapidement la somme en dollars, déduis la commission qu'il lui fallait pour payer Lowell et jugea l'affaire en bonne voie.
En cas de pépin il faudrait y aller en frontal. Sauf qu'il n'était pas certain que sa baguette soit suffisante face à ce dont était équipé la bande de Lowell. Un instant il fut tenté d'aller demander un coup de main. Mark ? Il était bien peu de gens en qui il avait réellement confiance. Meghan était probablement celle sur qui il pourrait compter. Mais pour une affaire telle que celle-ci, elle ne servirait pas à grand chose, si ce n'est à lui rabattre les oreilles avec ces sermons et ses angoisses concernant ses … activités.
Bref, il fallait que ça marche.

Il revint à ses deux moutons.

-  On s'y met Derek ?  il nous reste peu de temps avant le début de la course.


Commercial particulier. SE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 267
Âge du Personnage : 19 ans
Lieu de vie : Université Albus Dumbledore
Emploi : Étudiant

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Ven 24 Avr - 5:28

Derek n'apprit pas si l'essence du sang de ses parents portait préjudice au plan de Shawn ou à Shawn lui-même, car leur discussion fut subitement interrompue par quelque chose qui leur tomba sur les bras, à Derek et Shawn. Surtout dans les bras de Shawn qui s'était empressé de rattraper la jeune dame qui avait chuté. Dans un endroit plus romantique, on aurait pu parler d'un ange qui leur était tombé dessus, mais dans cette situation, il s'agissait apparemment d'un troll à grandes pattes.

Un quoi? Pardon madame? Venait-elle de proférer l'une des insultes personnalisées de Derek? Non seulement il était déchiré entre la fierté de voir son lexique partagé et le sentiment qu'on lui volait une partie de son être, l'aiglon réalisa que la demoiselle ne lui était pas connue, pourtant elle n'était pas excessivement plus vieille que lui. De l'âge de Mélusine, peut-être? Maximum! Blêmissant, Derek lança un regard éloquent à Evans pour savoir s'il la connaissait. C'était le désavantage d'être reclus : il était possible de ne pas reconnaître les visages de tous les apprentis-sorciers croisés au cours de sa scolarité.

Avait-il réellement manqué de prudence au point de brisé le secret international? La brigade ministérielle allait-elle leur tomber dessus? Serait-il suspendu de l'université? Une nouvelle sueur froide risquait de percer d'un instant à l'autre sur son front inquiet. C'était la faute d'Evans en plus, c'était lui qui l'avait amené ici, qui lui avait fait baisser ses gardes, qui parlait sorcier sans merci. Derek avait fait une bourde, certes, mais il n'avait parlé ni de niffleur, ni de sombral, ni de veracrasse, ni de vampire ou que savait-il d'autre! S'il n'était pas aussi stupéfait, Derek lui aurait certainement envoyé un regard meurtrier bien senti.

Heureusement, pendant que l'Écossais restait là, figé par ces pensées, Shawn improvisait et reprenait la situation en main avec la dextérité d'un menteur professionnel. Ce fut la tape qu'il lui fit dans le dos qui ramena Derek ici et maintenant. Par réflexe, il fit une moue et roula des épaules pour ne plus ressentir l'empreinte de la main du serpent, n'aimant pas particulièrement les contacts physiques. Il aurait au moins pu lui trouver un faux nom, histoire de préserver un peu d'anonymat, s'il y avait une enquête!


-Ouais, mon pote Sha...rlie est un pro, il passe sa vie a étudié les chevaux, les dresseurs et tout ça. Il... les... connaît presque comme si c'étaient ses... enfants! tenta de corroborer l'étudiant, mais n'était pas bon menteur qui voulait. Il s'enfargeait dans ses mots, hésitait, sentait la sueur perler sur son torse et à l'intérieur de ses épaules.

Dans quoi s'était-il embarqué?

Pourquoi ferait-elle confiance à deux purs inconnus? Surtout que l'un d'eux avait littéralement l'air aussi louche que Shawn Evans (oui, c'était une unité dans l'échelle de loucheté de Derek). Le jeune homme commençait à se bercer sur le bout des orteils lorsque Shawn intervint de nouveau. Que faire de la fille. L'entraîner subtilement dans un recoin sombre et lui faire subir un léger sortilège d'amnésie, couplé à de faux souvenirs de consommation excessive? La conserver en leur compagnie en attendant que le ministère n'intervienne pour le meilleur et pour le pire? Derek ne se sentait pas d'abandonner une jeune femme perdue, sinon inconsciente, dans un endroit peu recommandable, surtout que Shawn avait presque l'air d'un ange en comparaison à une partie de la faune qu'il avait pu observer. La garder à proximité était probablement la meilleure raison, pour l'instant. Il suffisait de se tourner la langue plusieurs fois avant de parler. Rien de compliqué.


-Oui! En effet! Allons-y! Vous nous accompagnez, mademoiselle...?


Derek Grogan
Étudiant Borealis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t206-humph-oui-non-mais-c-est-que http://poudredecheminette.forumotion.com/t527-derek-grogan http://poudredecheminette.forumotion.com/t187-derek-grogan
avatar


Serial Kiffeuse

Messages : 1087
Âge du Personnage : 23 ans
Lieu de vie : Brighton

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Jeu 21 Mai - 20:45

J'en reviens pas de m'être faite accepter aussi facilement. Peut-être que je suis juste trop forte, mais j'ai surtout envie de me pincer pour vérifier que je rêve pas. Sauf que c'est débile, ce truc, en vrai. J'ai déjà rêvé que je me pinçais et je me suis pas réveillée du tout. Je sais pas ce que c'est censé prouver mais ça fonctionne pas des masses.

En tout cas, ça valait presque le coup de me manger le sol. Mon orgueil peut se mettre au placard quelques temps, si ma curiosité est sur le point d'être satisfaite. Au quotidien, il s'agissait de savoir mettre ses priorités en avant.

J'ai pensé deux secondes à jouer la carte de la victime larmoyante. Mais là, c'est tellement mieux !

Avant que de me faire mettre hors-jeu (on sait jamais, si ils décidaient que j'étais trop ou pas assez quelque chose), je saute sur l'occasion. Même si je fais mine de réfléchir deux secondes.


. Je ne sais pas si...

J'y connais pas grand chose en pari mais je suis plutôt forte en poker. C'est un peu pareil, non ? Et puis, je me serais portée volontaire pour un concours de hot-dog si on m'avait promis que je pourrais coller mes deux énergumènes, l'air de rien. Bon, j'aurais dû aller tout vomir après, ce qui aurait été pas franchement le summun du plaisir, mais récolter un ou deux détails supplémentaires pour ma Grande Quête valait tous les sacrifices.

. J'imagine que je peux tenter, oui... Je vous suis !

Je termine avec un peu plus de conviction. Faudrait pas qu'il croit que je suis une dillettante !
Et, en même temps, j'enregistre tout ce qui passe à portée de mes oreilles (et de mes yeux). Le petit rond s'appelle Derek. Le grand aux allures de play-boy crâneur, Charlie. J'imagine que ça coûte rien de me présenter aussi:


. Moi, c'est Anastasia.

Pour une fois, je dégaine mon prénom en entier. Je sais pas, ça fait plus...quelque chose. Moins moi, en tout cas. Une touche d'exotisme, en quelque sorte.
Je tend une main franche vers les deux énergumènes. C'est à qui s'en saisira en premier. On peut apprendre tellement de choses en serrant la main de quelqu'un.
Est-ce que, malgré la différence que je leur devine, les types comme eux se saluent en s'écrasant les phalanges avec enthousiasme ?

Si ça se trouve, je viens de me griller toute seule...

J'aurais tout donné pour les avoir surpris en pleine séance de salutations.
Les trolls à grandes pattes se mettaient peut-être le doigt dans l'oreille pour se dire bonjour... En même temps, pour passer incognito, on avait fait mieux!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t512-contes-et-legendes-d-un-monde-oublie-ezio http://poudredecheminette.forumotion.com/t154-stacy-grant-moldue-etudiante
avatar



Messages : 237
Âge du Personnage : 25
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Mer 27 Mai - 23:07

J'avais un pigeon, me voici avec un vol de colombe. J'ai été promu ! On passe au grade au dessus.

Et pendant que je me fait rebaptiser en règle d'un nom qui aurait fait transpirer ma tante Armoise, d'un nouveau job d'étudiant en canassons, la colombe me débite ses quatre syllabes avec classe, il faut lui reconnaître.

Anastasia.

Evidemment, je l'imagine aussitôt russe et princesse.
Normal.

Si bien que quand elle tend sa main, j'ai envie de la baiser. Je vais me retenir... ça ferait désordre.


Il s'empara prestement de la main tendue qu'il garda un peu dans la sienne avant de constater que l'autre, la traîtresse, était baguée.

Bouse, elle est mariée.

Non pas qu'il comptait l'épouser sous le ciel de Novgorod. Mais femme mariée égal  mari égal ennuis probables si la donzelle se laissait plumer trop facilement.
Il l'imagina grand, baraqué couvert de cicatrices résultants des divers combats qui l'avaient opposé aux ex soupirants de la colombe soviétique. Avec peut-être une barbe de trois jours et un tatouage au mollet. Et sûrement une grande passion pour les petits chiens ridicules.
Il finit par lui lâcher la main, un air soupçonneux greffé à son beau visage. Que faisait-elle seule au milieu de toutes ces tentations financières ? Baraqué, peut-être, mais un peu cinglé le mari. Il était de notoriété publique que lâcher une femme seule, avec du fric, à un endroit où on pouvait le perdre ou le dépenser était un pur suicide fiscal.

Finalement, à bien y penser, c'était moins dangereux que Selfridge & Co...

Il secoua la tête un instant et reprit son petit sourire arrogant pour se tourner vers Derek. Il avait d'autres sombrals à fouetter que les amours adultères de la demoiselle ou les goûts douteux en matière de patronyme de Grogan.
Ce dernier, semblait sur le point de se liquéfier sous l'effet des mensonges prodigués quelques minutes auparavant. Si l'heure n'avait pas été aussi grave, Shawn l'aurait bien embarqué autour d'un verre pour lui donner quelque leçon de mensonges de survie. Avec son visage innocent, l'ancien serdaigle avait un potentiel manipulation qu'il était fort regrettable de laisser inexploité.
A noter pour plus tard. Il était temps de prendre les choses en main. Ses yeux clairs rencontrèrent ceux de Derek rapidement. Il détourna le regard avant que l'autre ne perçoive l'urgence de la situation.
Il ne restait qu'une personne dans la file pour gagner le guichet de la fille du crazy horse. Sans attendre, il propulsa Derek un peu plus en avant, attira Anastasia auprès d'eux d'un geste qui ne manquait ni de persuasion ni de douceur calculée et dégaina son plus beau sourire à l'attention de l'hôtesse dont le maquillage était décidément un gâchis à la limite de l'atteinte à l'esthétisme. Elle lui rendit un sourire qui révéla une série de dents chevalines qui avaient le mérite de ne pas jurer avec les lieux.

« On voudrait enregistrer des paris pour la course 126 et savoir si vous avez le droit de boire un verre à la pause. »

Bien entendu, il ne comptait pas le faire, mais un peu de pommade à celle qui manipulerait leur argent ne pouvait pas faire de mal.
Pendant qu'il poussait encore un peu Derek vers le guichet, il observa Anastasia d'un peu plus près.
Yeux, cheveux : parfaits. Visage : agréable. Jolies dents. Air mutin. Corps : rien à redire. Y avait pire comme journée en fait. Il se pencha vers elle et aborda son air le plus sérieux, front plissé, yeux perçants.
« Vous pouvez miser gros sur Baies des Prairies. Ce cheval est un tueur. Plus rapide que l'éclair. Son jockey est le cousin du pote de la sœur d'un ami. Un mec super sain, élevé au bio, en plein air avec sport et musique à la clé. »

Là, t'en fais un brin trop.

Il se passa rapidement une main dans les cheveux, tentant une nouvelle fois de dissimuler sa nervosité.

« Faites-moi confiance. » Ajouta-t-il de son ton le plus convainquant en plongeant ses yeux clairs dans ceux de la princesse russe.

Puis à l'attention de Derek au prise avec Sourire de Cheval.

« Détends-toi mon gars, ce soir, t'es riche. »

Et moi vivant.


Commercial particulier. SE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



Messages : 267
Âge du Personnage : 19 ans
Lieu de vie : Université Albus Dumbledore
Emploi : Étudiant

MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV] Lun 15 Juin - 4:22

Il l'avait dit, Derek, qu'il ne l'aimait pas, Shawn?  Qu'il aurait mille fois préféré être en duel contre un Boutefeu à Crête qu'ici,là, à participer aux plans louches et probablement immoraux du sorcier qu'il détestait profondément, inlassablement, et virtuellement sans raison, depuis sa première année au collège?  Or, s'il n'avait pas eu jadis de bonne raison d'avoir des envies Shawnicides, l'histoire de leur inimitié leur en avait certainement donné.  Et en voici une de plus : Shawn se montrait sympathique.  Cette vipère!  Il allait ensorceler, ou charmer, ne sont-ils pas synonymes, la pauvre Anastasia à l'aide de son charisme ou son apparence dont Derek ne pourrait évidemment pas être jaloux.  Ni de l'un, ni de l'autre.  Il observait d'un œil méfiant, malgré ses vaines tentatives de paraître en contrôle, la poignée de main entre ses comparses, allant jusqu'à se demander si l'Evans s'enlignait véritablement pour lui faire un baisemain, puis il salua lui-même la princesse russe d'une poignée de main qu'il voulut enthousiaste.  Moite, sèche et nerveuse, mais malgré tout ferme, auraient été des objectifs plus réalistes à accomplir.  Derek n'ayant que des qualités, et étant une personne fréquentable, il ne pouvait évidemment pas être bon menteur.  La sueur continuait de menacer de perler où bon lui semblait.

-Enchanté, Anastasia.  C... C'est un joli nom, ça fait très doux. fit Derek en souriant dans une tentative de se recomposer un peu d'assurance.  Jusqu'à ce qu'elle réalise qu'elle croirait qu'il la draguait aussi.  Il fila du pivoine au betterave le temps de le dire.

-Vous trouvez pas qu'il fait chaud, non?  Ils pourraient baissé le chauffage un peu. Il tentait de se reprendre autant qu'il le pouvait, avec son charisme de Scroutt.

Shawn le terriblement conspirateur leur énonça le plan.  Course 126, Baie des Prairies.  C'était capté, enregistré et prêt à être répété au guichet à la suite d'Anastasia.  Pendant qu'il doutait qu'une bourrique élevée au grain bio avait la moindre chance contre des étalons injectés de stéroïdes, Derek eut le désagrément de sentir la main de Shawn lui pousser dans le dos.  Pour protester, Derek émit un grognement en roulant des épaules et avança d'une enjambée plus longue que les autres pour se retrouver nez à nez avec le guichetier, avant Anastasia et sans avoir eu le temps de refuser l'indécente proposition que Shawn avait faite à la pauvre demoiselle.  Il se retourna et murmura par-dessus son épaule
"J'te le souhaite." avant de se retourner à son tour vers le préposé, qui devait avoir l'âge de son père, et une paire d'incisives protubérantes et cariées.  Tout pour le mettre de plus en plus à l'aise.  L'ancien Serdaigle déglutit.

-Bonjour, Monsieur.  Vous passez une belle soirée?

À voir la tête qu'il tira, Derek comprit que non, sa soirée n'était pas fantastique du tout et qu'il aurait probablement préféré être ailleurs qu'avec un tel amoncellement de gamblers.  Il jeta un regard aigü par-dessus l'épaule de l'Écossais, comme pour lui signifier que la file était longue derrière lui et qu'il n'avait pas de temps à perdre en civilités.


-Ouais, euh, bon.  Moi aussi, alors.  Donc, voilà. Petit soupir de cet as du service à la clientèle.J'aimerais miser sur Baie des Prairies pour la course 126.  Deux cents livres. Il lui tendit l'argent en sentant son estomac se dérober quelque part dans le coin de Tombouctou à l'idée de voir ainsi partir ses économies, sous l'influence des paroles du serpent.  Il reçut un coupon-caisse en échange, qui devait servir de reçu et inscrivait les détails de la transaction, puis se fit crier au visage, non sans échapper à un ou deux postillons aventureux.

-Suivant!


Derek Grogan
Étudiant Borealis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.forumotion.com/t206-humph-oui-non-mais-c-est-que http://poudredecheminette.forumotion.com/t527-derek-grogan http://poudredecheminette.forumotion.com/t187-derek-grogan

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Au pas de course... [PV]

Revenir en haut Aller en bas
Au pas de course... [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Royaume-Uni :: Angleterre-