L'info du Moment

PdC ferme ses portes...
Nous vous invitons à nous rejoindre
sur Chemins de Traverse !


Poudre de Cheminette



 

Partagez|

Repas de famille │PV Ezio │

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar



Messages : 707
Âge du Personnage : 27 ans
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Repas de famille │PV Ezio │ Mar 29 Déc - 14:18

24 Décembre, 16h et des brouettes.



Les dates fourrées, sans conteste, étaient son dessert préféré. Bien que la bûche se place en très bonne position. Les mandarines aussi, dans leurs jolies robes orangées... A bien y réfléchir, elle aimait tous les desserts de Noël.
La bûche n'avait pas été une partie de plaisir. Elle avait tenue à la faire elle même, cette année. Et cela ne c'était pas déroulé sans heurts. Mais elle ne l'aurait laissée faire à quelqu'un d'autre pour rien au monde. Cette année était bien trop spéciale, bien trop précieuse. Cette année, ils seraient à nouveaux tous les cinq réunis. Par tous les cinq, entendre ses parents, ses deux frères et elle.
Concernant les « accidents » :
La génoise avait nécessité un tour de baguette délicat et régulier, qu'elle avait eu ! La texture était onctueuse et la couleur fort appétissante ! Quel dommage que la lévitation-transfert jusqu'au four ait eu des ratés. Desmond (le chat) avait choisit cet instant particulièrement intense et critique pour tenter de rentrer dans la maison par la fenêtre, fermée. Il s'était écrasé avec tout le poids de son grand âge contre le carreau de la vitre, ce qui avait eu pour conséquence de faire sursauter la jeune sorcière et de propulser la génoise dans les abîmes nébuleuse d'un parquet flottant, propre de deux heures plus tôt.
La préparation de la garniture avait été d'une facilité déconcertante. Il suffirait de taire que Desmond (encore lui) y avait appliqué un menton généreux dans le but de la goûter. Personne ne saurait, personne ne râlerait.
Elle avait eu beaucoup de mal à remettre la main sur les marrons glacés qu'elle voulait concasser à l'intérieur de la garniture. Et lorsqu'il réapparurent enfin, une souris (et cette fois-ci, inutile d'accuser le chat) avait tellement entamé la réserve qu'elle dû faire appel à Miss McLeod (la voisine de ses parents) pour en avoir de nouveau. Le temps de se rendre à la maison voisine, la seconde génoise avait périt dans les flammes du four. Va pour une troisième.
Le glaçage fut un jeu d'enfant comparé au reste. Malgré les quelques ennuis rencontrés, il fallait avouer que Saoirse avait un joli tour de baguette lorsqu'il s'agissait de pâtisserie. Il aurait probablement été absolument parfait (le glaçage hein?), si Shepherd le père n'avait pas pris le bol réservé depuis quelques heures au frais pour une mousse au chocolat maison. Il avait donc confirmé qu'il était exquis et Saoirse avait dû en refaire une fournée. Pas grave, elle était prête à tout pour que ce repas de Noël soit le plus beau de leur vie.
Ce fut donc, couverte de chocolat et de génoise, saupoudrée de sucre glace et échevelée qu'elle accueillit Luan, qui pour une raison que l'on ignorait à ce point de l'histoire, avait décidé de sonner à la porte de chez ses parents (le haut lieu de rendez-vous). L'ouverture de la porte permit à Saoirse de prendre connaissance de la raison en question. Un mètre quatre vingt environs, des cheveux blonds aussi naturels que le dentier de sa Grand-mère, des yeux verts à vous piquer les joues, des jambes tellement longues qu'elles traînaient par terre et un sourire éblouissant et certainement très faux. Oui, elle était canon et oui elle était jalouse.

- Tu sonnes, toi, maintenant ? Enchantée... madame ?

OK, le madame c'était carrément vache.
Nullement décontenancée, la jolie blonde tendit une main amicale dans un sourire éblouissant, avant de répondre un piquant.

- Pas vraiment « madame », Luan et moi ne somme pas encore mariés.

1 partout, souaffle au centre.

- Mais il est quelle heure là ? Vous ne deviez pas arriver pour le repas du soir ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t327-saoirse-shepherd-pv
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Dim 3 Jan - 15:17

L'air était frais sans trop de rigueur. Grâce due à la douceur climatique de l'île. Skye sous la neige était un spectacle rare, l'hiver y était doux mais humide. On pouvait distinguer tout au plus quelques tâches blanches éparses sur les sommets les plus hauts et de la brume. Partout. Il s'était levé tôt et s'était contenté d'avancer droit devant lui, sans trop savoir où ses pas le mèneraient. IL avait chanté en boucle une bonne douzaine de fois the Skye Boat song, de réciter une bonne dizaine de poèmes de Blake avant de réaliser que ces pas le conduisaient vers the Old man. Il stoppa sa marche et hésita un instant, contemplant le Bodach an Stòrr au sein de son panache de brume.
Puisque Saoirse avait décidé de leur faire revivre tous les souvenirs de leur enfance les uns après les autres, il n'était plus à ça près...

Elle avait commencé avec les chaussettes.
Elle avait osé ressortir trois vieilles chaussettes plus vraiment rouges et sacrément éfilochées par les années, raccommodés en de nombreux endroits. Elles étaient encore brodées de la main d'on ne savait plus quel oncle ou tante. C'était la première chose qu'il avait vu en entrant dans le salon deux jour plus tôt. Il s'était abstenu de tout commentaire.
Puis le sapin. Il l'avait accompagné pour le choisir, plus passionné par le pétillement de ses yeux et le rose de ses joues alors qu'elle s’esclaffait pour chaque conifère que par l'aventure en elle même. Les sapins de Noël... ça devait bien faire dix ans qu'il n'avait plus eu de sapin pour Noël.
Elle avait élaboré un menu... pour trente personnes. Peut-être après tout seraient-il trente. Il avait capitulé sur ça aussi.

- S'il te plaît, reste pour Noël.
- Tu sais moi, Noël c'est pas vraiment...
- Je sais. Mais pour moi c'est important.
-Je sais.
- Alors ?
-Saoirse...
- S'il te plaît... reste...
-…
- S'il te plaît...
-Je sais pas.
- Juste nous cinq... comme avant... S'il te plaît.

Faiblesse probablement. Ou envie de passer encore un peu de temps avec elle après l'avoir encore laissée toute une année.

- Et puis ça fera plaisir à maman.

Il avait levé les yeux au ciel et courut à sa perte. Entre temps s'était rajouté l'oncle Emereid et Scáthach , la grand-mère et il se trouvait donc coincé dans un repas familial qui le mettait mal à l'aise avant même d'avoir commencé.
Les autres années, il avait toujours des excuses. Plus ou moins valables, plus ou moins acceptées. Mais cette année, il n'avait pu s'y résoudre. Saoirse avait appelé à l'aide quelques semaines plus tôt. Suffisamment fort pour que tous deux répondent, Luan et lui. Voyant l'étau familial se resserrer peu à peu autour d'eux, il commençait à se demander si il ne s'agissait pas d'une conspiration entre Saoirse et leur mère pour les avoir tous deux auprès d'elles pour les fêtes.

La nostalgie c'était donc invitée depuis quelques jours déjà, si bien qu'il finit par laisser ses jambes le porter jusqu'à la caverne. Pour tout dire, il s'agissait plus d'un creux dans la roche que d'une vraie caverne. Mais ses yeux de l'époque l'avait vu ainsi et baptisé la caverne pour le reste des temps. Il posa un instant sa main sur la pierre fraîche qui lui faisait face et sentit son cœur marquer un battement irrégulier, comme à chaque fois qu'elle refaisait surface dans ses souvenirs. Il se baissa et franchit le seuil. Une raie de lumière plutôt pâle éclairait le mur qui faisait face à l'entrée, il se courba encore un peu pour mettre ses yeux au niveau de la petite inscription gravée à même la roche .

A jamais à toi. Shannon.

Elle avait neuf ans le jour où elle l'avait écrit.

- Si tu m'oublies je me jette du phare de Nest Point !

Avaient été les doux mots accompagnant ce délicieux acte. Shannon dans son impulsivité.

Il laissa courir son index dans le sillon granuleux des lettres qui ne se refermeraient pas plus que les entailles de son cœur. Il recula à contre-coeur et fit demi-tour rapidement pour s'extraire des souvenirs encore trop frais et d'autant plus cuisants qu'il se releva un peu tôt et heurta le plafond trop bas de leurs caverne avec une violence qui fit résonner tous les os de son crâne.


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde
avatar



Messages : 707
Âge du Personnage : 27 ans
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Mer 13 Jan - 15:14

- Ils sont où les autres ? Lâcha Luan en lui refourguant manteaux et écharpes comme si elle avait été le portier d'un quatre étoiles.
- Maman est en haut et se prépare, Papa est parti chercher Scatha et Emereid pour un transplanage d'escorte et Ezio est sorti . Rétorqua-t-elle en se débarrassant du tout sur les portemanteaux réservés à cet effet.

Ils entrèrent tous trois dans le salon où l'on pouvait admirer une table dressée avec beaucoup de goût (oui, par elle, évidemment) avec petits plats contenant les grands, bougies et petites décorations brillantes à chaque recoin. En lévitation au dessus de chaque verre en cristal (héritage de l'arrière grand tante d'on ne sait plus trop qui), des petits flocons de neige porte-noms indiquaient la place de chacun. Saoirse soupira et agita sa baguette pour faire apparaître une assiette supplémentaire et un petit flocon sur lequel elle inscrivit rapidement un nom qu'elle ignorait encore. Puis adressant un sourire poli à la jeune femme, elle attrapa son frère par la main et le tira sans ménagement dans la cuisine.

- Excusez-moi, je vous l'emprunte une petite seconde...
- Mais .. qu'est-ce que tu...

Sourire et porte se refermèrent avec fracas.

-Tu aurais pu nous dire que tu venais accompagné ! susurra-t-elle avec une moue boudeuse.
-Je vois pas en quoi ça dérange...
-Mais ! Par respect pour les parents pour commencer !
-Je l'ai dit à maman hier, on a mangé ensemble tous les trois avec Ingrid.
-Quoi ?? S'étrangla-t-elle .
-Oh Saoirse, je t'en prie, on peut faire des trucs sans toi parfois, tu sais ?
-Mais c'est pas ça... je... pourquoi on ne m'a rien dit à moi ??
-Attends, laisse moi réfléchir … Parce que tu n'es pas le centre du monde ?
Il abordait ce petit sourire taquin qu'elle adorait et détestait à la fois. Celui qui lui allait si bien et lui octroyait par la même occasion le droit de se moquer d'elle ouvertement sans qu'elle parvienne à trop lui en vouloir.
Elle lui assena un grand coup sur l'épaule, avec la force d'une souris.
-ça aurait évité la situation gênante ou j'ajoute une assiette sous son nez en inscrivant « l'autre » sur son porte nom, espèce de gros malin !
-Quoi ?! T'as pas fait ça ?????!!!

Elle lui lança un sourire empreint de malice en fronçant le nez pendant qu'il la sondait de ses yeux bruns dans l'espoir qu'elle plaisante.

-Change ça tout de suite avant qu'elle voit ! Chuchota-t-il, suppliant.
-Tu promets d'être gentil toute la journée ?
-Saoirse...
-Promets ! Et avec tout le monde !
-Mais oui, allez, change ça !
-Promis juré ?
-Oui, craché même si tu veux !
-Non, merci, ça ira.
-Va changer ça tout de suite !!

Saoirse haussa les épaules et contourna son frère aîné en laissant traîner une main sur son épaule. Il était grand, brun et carré, comme tous les hommes de la famille. D'où pouvait-elle tenir sa petite taille ? Après tout, peut-être que les citrouilles aidaient vraiment à grandir. Elle avait sûrement eut tort de refuser d'en manger petite, prétextant de honteux mensonges à l'égard des enfants. Après un dernier regard à son frère, empreint de plus de tendresse qu'elle ne l'aurait souhaité, elle ouvrit la porte de la cuisine. Rejoignant la jeune femme qui avait gentiment patienté dans le salon en observant poliment les photos au mur, elle lui décrocha son sourire le plus innocent.

- Pour les places, comme j'ignorais votre prénom je vous ai placé là où il y a les deux petits cœurs sur le flocon. Je me suis dit que ce serait parfait pour deux amoureux.
- C'est adorable, merci ! Lança la jeune femme visiblement ravie.

Luan, de son côté, incendia sa sœur du regard. Elle répliqua en lui tirant la langue avec amusement. Non. Rien ne pourrait altérer sa bonne humeur du jour.
Elle jeta rapidement un œil à la pendule, espérant que les autres ne tarderaient pas trop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t327-saoirse-shepherd-pv
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Lun 1 Fév - 14:53

Le crépuscule étendait ses longs bras sur toute l'île depuis quelques minutes lorsqu'il atteignit le promontoire qui surplombait la vallée. Au loin, il distingua la propriété de ses parents, petite maison de pierres se dressant face à la mer. Avec la lumière qui baissait et la grisaille du jour, il était impossible de distinguer où elle s'achevait et où commençait le ciel. Il esquissa un vague sourire. Il avait contemplé ce paysage tout au long de son enfance et en connaissait chaque détail. Parfois, lorsqu'il était en voyage, il fermait les yeux et voyait les vallons verdoyants, la bruyère, les esquifs et les vagues venant se briser dessus, effrontément animé en comparaison des grandes étendus plates des lochs. La pierre noire, les cascades, les ruines, la brume. Tout. 
La maison de ses parents était un peu à l'écart des autres propriétés. Ces dernières étaient, de toutes façons, peu nombreuses dans le secteur. C'était probablement ce qui avait décidé ses parents à venir s'installer ici. Et les autres sorciers. Le hasard mettant un point d'honneur à faire part de son ironie, il s'était avéré que parmi le peu de voisins que possédaient les Shepherd, il existait d'autres familles sorcières.

Il balaya du regard les petits points de lumières qui animaient les habitations, s'abandonnant à son passe-temps préféré, celui de laissait vagabonder son esprit à imaginer la vie des autres. Il entendait presque le rire des familles réunis autour d'une cheminée, le tintement des verres que l'on entrechoque en se souhaitant mille et un bonheurs, les notes de musique d'un vieux cantique massacré au piano par un enfant qui se jure que plus tard, il fera de la trompette. Il voyait les sourires sur les lèvres des mères contemplant leurs enfants au pied d'un grand sapin, les yeux avides des fillettes guettant les premiers flocons par une fenêtre nettoyée pour l'occasion. Il percevait le grincement du fauteuil à bascule d'une grand-mère assoupie, alors que la dinde s'apprêtait à …

- Merde ! La dinde!

Le repas. Saoirse.

« Elle va me tuer. »

Il s'arracha à contre-cœur à sa contemplation et entreprit la descente vertigineuse des collines par la face nord. Ses pieds battaient le sol avec vigueur alors qu'il franchissaient les quelques mètres de dénivelés boueux qui le séparaient des zones d'habitation. La bruyère détrempée n'offrait pas d'appuis suffisamment stables, si bien qu'il tomba à deux reprises dans l'herbe, se relevant au plus vite pour ne pas perdre trop de temps. La nuit était déjà bien engagée. Bien qu'ayant mis fin à son petit jeu imaginatif, il voyait parfaitement le petit visage contrarié de Saoirse qui devait faire les cent pas dans le salon, devant la pendule, tout en le maudissant aussi extérieurement qu'intérieurement. Il devinait ses jolis yeux jetant des éclairs, le petit pli de contrariété sur son front, le rose fureur de ses joues et la mèche de cheveux qu'elle n'aurait eu de cesse d'entortiller en l'attendant. Après une énième glissade qui acheva sa course dans un buisson épineux, il regagna le chemin de Portree, non mécontent, pour une fois, de retrouver un peu de bitume sous ses pas. Il longea la route à petite foulée tentant d'estimer l'heure qu'il pouvait être et peaufinant une vague excuse ou deux qu'il savait déjà vaines. Il haussa les épaules et leva les yeux au ciel.

HJ: Avec du retard, pardon. Smile


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde
avatar



Messages : 707
Âge du Personnage : 27 ans
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Sam 5 Mar - 18:05

- Ah vous êtes là, vous êtes là, vous êtes là !!!!!!!!

Comme dans un film mal doublé, le son (très voir trop fort) précéda l'image de quelques secondes. Une réplique de Saoirse avec quelques années de plus descendit les escaliers en quelques enjambées gracieuses et se jeta dans les bras de Luan pour lui planter deux baisers sonores sur les joues et un sur le front (tradition oblige).
Gabriella Shepherd était une belle femme au visage doux et bienveillant, éclairé d'un immense sourire qui laissait entrevoir une rangée de dents blanches bien alignées. Elle affichait une crinière aux reflets châtains dont les boucles descendaient en cascade le long de son dos menu. Parlant fort et à l'aide de grands gestes, elle faisait partie des personnes qui paraissent rayonner au centre de la pièce et de l'attention. Elle aimait les gens et avait une définition de la discrétion toute personnelle et particulière.

- Vous êtes là tous les deux ! C'est fabuleux. Ingrid ! Comment allez-vous depuis l'autre jour ?

Saoirse leva les yeux au ciel en grimaçant. A tous les coup sa mère s'emballait pour la première greluche venue. Elle imaginait déjà tout le tintouin, robe de mariée, petits enfants qui galopent et repas tous les dimanche. Elle tira la langue. Inévitablement on allait avoir droit à des discussions mariages et compagnie, ce qui l'aurait enchantée si elle avait eu quelqu'un dans sa vie. Vivement qu'Ezio la rejoigne côté célibataire qui va morfler au cours du repas.

- Si vous saviez comme je suis heureuse d'avoir mes trois petits pour Noël !Poursuivit Gabriella de sa voix chantante.

Luan échangea un regard avec Saoirse. "Petit"... pouvait éventuellement passer pour elle … quant aux deux autres. Elle se retint de rire à l'image de Luan, 35 ans passés, prenant une bonne tête à sa mère. Et encore, Ezio n'était pas là.

- D'ailleurs, où est-il notre rêveur ? Questionna leur mère en parcourant la pièce des yeux.

Saoirse réprima un hoquet entre le ricanement et le cri étranglé. Si Ezio avait entendu ce qualificatif si mignonnet, c'est lui qui se serait certainement étouffé. Ou pendu.

- Il est sorti. Répondirent Luan et Saoirse en choeur.

Des années de répétition.

Sorti, en retard et certainement en tenue de randonnée, crotté jusqu'aux oreilles vu le temps qu'il faisait. Même Luan avait fait un effort vestimentaire, il portait un costume. Ce qui du côté du cadet était mission impossible. Autant essayer de dresser une limace à distribuer le courrier à la place d'un hibou. Quel gâchis! Elle avait discrètement déposé une tenue (dont elle tairait la provenance mais qui serait certainement du plus bel effet) sur le lit de son frère, mais avait peu d'espoir.

Déjà leur mère avait entraîné Ingrid par le bras et entreprenait un petit tour d'horizon des exploits jalonnant l'enfance de Luan. Grosse prise de risques d'amener un fiancé à la maison.

Prise de risque énorme de ne pas en avoir, cocotte.
J'aurais dû demander à Joachim de me dépanner en jouant les petits amis énamourés...A noter pour l'année suivante.


« Toujours pas fiancée à ton âge ??? Mais tu vas finir vieille fille avec des hiboux et des chats ! »

Elle entendait la grand mère d'ici...

- J'avais eu de grandes visions pour lui, vous savez ? Mais quand il était petit il avait décidé de...
- Tu l'as briefé avant de venir ? Demanda la petite journaliste à son aîné en aparté. Elle va déballer toute ta vie la plus intime...
- Et toi, t'as prévu quoi pour meubler le retard de tout le monde dans ton dîner presque parfait ?
- Chameau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t327-saoirse-shepherd-pv
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Mer 6 Avr - 18:41


"Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide."


Les phares d'une voiture s'attardant sur le chemin, où le cherchant. Le passage d'une biche égarée. Quelques étoiles perçant le ciel voilé. Et tout autant d'éléments perturbateurs qui ralentirent un peu sa foulée. Parce qu'ils valaient la peine d'être observés et d'affronter les foudres de Saoirse qui ne manqueraient de s'abattre sur lui, quoi qu'il fasse maintenant. Après une course de quelques kilomètres sur la route de Portree, il avait coupé à travers champs pour rejoindre la maison de leurs parents. Muni de sa lampe frontale, il se frayait un chemin entre les tourbières et les bruyères spongieuses, admirant à la volée les quelques animaux qui s'aventuraient dehors à la tombée de la nuit.
Skye regorgeait d'animaux, mammifères, oiseaux marins, aigles et créatures magiques si on savait les observer. Il y a quelques années de cela, il avait même eu la « chance » d'y côtoyer un dragon. Qu'avait donc pu devenir la Lilith rencontrée ce jour-là? Il freina sa course à travers champs et se retourna pour distinguer dans son dos la haute silhouette des Cullins qui se fondaient dans la brume gorgée d'eau.

« Si tu continues à traîner, ce sera ton dernier Noël... »

Il songea, non sans une pointe d'angoisse à ce qui l'attendait quelques mètres plus loin. Un long repas au cours duquel on attendrait de lui qu'il soit enjoué et loquace. Jusque là, il pourrait faire un effort, du moins pour parler. Riche en voyage, cette année lui permettait de jeter en l'air quelques anecdotes qui servirait de poudre aux yeux pendant quelques minutes. Néanmoins, on aborderait probablement des sujets bien plus personnels qu'il aurait du mal à contourner et dont les réponses ne seraient sans doute pas satisfaisantes aux yeux de tous. Le dîner serait long et il n'aurait de cesse de compter les balancements de l'horloge, songeant à tout ce temps perdu qui lui glissait entre les doigts.

Elle se dressait là, dans son manteau de vieilles pierres, face à la mer. Il marqua un nouveau temps d'arrêt, se soupçonnant lui-même d'attendre l'événement où l'incident qui le retarderait tout à fait et contempla la maison qui avait abrité ses jeux d'enfants. Sur trois étages, un peu biscornue, la façade envahie par une vigne vierge que personne ne se résignait à couper tant elle habillait les hautes fenêtres, elle paraissait être un mélange de toutes les époques. Les pierres étaient usées et parfois même polies, les montants des fenêtres, bien que repeints régulièrement, marquaient une époque lointaine de par leur forme, la pergolas qui bordait la maison avait quant à elle, été aménagée de façon bien plus moderne abritant ce que sa mère se plaisait à appeler: un salon d'été. Et tout en haut, sous les toits, sa lucarne. Petite fenêtre sous les toits de laquelle il pouvait voir la mer et qui avait été le siège de ses premières lectures les jours de pluie.
Il sauta par-dessus le muret du jardin, tentant une approche par la cuisine plutôt que par l'entrée et se rapprocha suffisamment pour percevoir les voix.
Il inspira profondément, tacha d'épousseter un peu son pantalon avant de renoncer face à l'état dans lequel son parcours à travers champs l'avait mis et fit glisser la porte de la cuisine qu'il franchit prestement, pour se trouver nez à nez avec Saoirse.
L'instant de surprise passé et après avoir noté l'absence d'odeur de dinde grillée – après tout, il n'était peut-être pas trop tard- , il leva les mains qu'il écarta en signe d'apaisement et lui confia de sa voix basse :

- Je vais me changer. Immédiatement.Précisa-t-il.

Et quitta la pièce sans demander son reste.

HJ: Quant à moi, je repars sans demander mon reste non plus, honteux et confus pour ce mois de délai. Embarassed
Mille pardon ma Saoirse, ça ne se reproduira plus.


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde
avatar



Messages : 707
Âge du Personnage : 27 ans
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Dim 8 Mai - 21:03

Je vous dresse le tableau en 45 secondes ?
Shepherd le père, la soixantaine, plutôt bel homme mais souriant comme un doxy, accoudé à la cheminée avec la tête d'un homme partout sauf ici. Qu'il n'aille pas chercher la ressemblance avec son deuxième fils ailleurs que dans cette tête là  Mouais... . Suspendue à son bras, Gabriella, à ses côtés comme la fidèle épouse qu'elle a toujours été, parlant et souriant à tout va avec le charme d'une vélane.
Emereid, le frère aîné d'Erwen (Shepherd père, pour que vous suiviez) assis au piano, considère l'objet comme un repose-verre visiblement. Verre qu'il a déjà bien entamé, au vu de ses joues rosies. Il s'est toujours considéré comme un homme accompli et se lance depuis peu dans les œuvres caritatives ( très certainement pour se donner bonne conscience). Luan et sa greluche compagne lui font la discussion. Enfin, surtout lui, parce qu'elle semble à des lieux du sujet qui se trouve être, en l'occurrence, le cours du Galion sorcier par rapport à je ne sais quelle monnaie moldue. Passionnant n'est-ce pas ?  Perdue dans un rocking-chair deux fois plus gros qu'elle, Scáthach la matriarcale mère des Shepherd se balance doucement le regard égaré dans le vide chapeautant tout ce beau monde.

Côté cuisine, c'est le débarquement du retardataire, la bouche en cœur et l'habit semblant avoir fait le tour du monde en 80 jours sans lessive.
Ezio dans toute sa splendeur, les yeux doux et le sourire aux lèvres pour vous annoncer... qu'il vous a juste oublié ! Suivi de très près par un torchon meurtrier il quitta la pièce, accompagné d'un cinglant :

- Je ne vois pas pourquoi tu dis ça!!Tu es superbe!!! Dont l'ironie frappante aurait renversé le plus costaud des hommes.

Saoirse s'appuya dos au bar de la cuisine et inspira à plein poumons. Tendue ? A peine.
Agitant prestement sa baguette, elle entreprit la dangereuse lévitation du plateau contenant les petits pâtés réalisés plus tôt dans la journée, censés être dégustés bien des heures plus tôt en apéritif. Ils traversèrent sans encombres les quelques mètres séparant la cuisine du salon dans lequel se trouvait le reste de la famille est atterrirent avec douceur sur la petite table basse destinée à cet effet.

- Ezio vient d'arriver. Il se change et nous rejoint.
- Quelqu'un a pensé à lui offrir une montre ce soir ? Ironisa  Emereid, fier de sa blague.

Levé d'yeux général au ciel. Soupir du père. Raclement de gorge de Luan. Détournement de regard pour Saoirse. Même Ingrid esquissa un sourire.

- Je vais le chercher, lança Luan. Il est capable de suivre un grain de poussière à travers toute la maison pour le plaisir de le voir voler.

Saoirse se crispa un peu. Les dernières confrontations entre les deux hommes s'étaient avérés houleuses. Il ne manquerait plus que l'un des deux ne boude tout au long du repas. Elle inspira profondément et secoua la tête. Aucun des deux n'oserait lui gâcher cette soirée tant attendue.

Que la fête commence!:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t327-saoirse-shepherd-pv
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Dim 15 Mai - 18:26

Machinalement, il monta les marches quatre à quatre en prenant soin de ne pas poser ses pieds sur celles qui grinçaient. La stratégie était la même depuis tellement d'années que ses jambes avaient dû automatiser le geste. Il s'agissait de ne pas poser d'appuis au centre des marches, mais de bien placer les pieds sur les bords en évitant soigneusement les plus traîtresses d'entre elles.
Le premier palier menait à la premier série de chambres, à deux salle de bains et le sacrosaint bureau de leur père.

Après ses exploits nocturnes, l'eau chaude était un délice au bord de la bénédiction. Elle s'écoulait le long de ses épaules endolories lui procurant une sensation de bien-être qui apaisa l'angoisse du moment à venir. Il la laissa ruisseler sur son visage en songeant qu'il ferait mieux de profiter des siens au lieu de les craindre puisqu'il n'était pas certain de revenir dans le secteur avant des mois - d'ici quelques jours, il partait pour la Norvège. Mais avant, il lui restait une petite chose à faire.

Une fois extirpé de sa douche, il avala la seconde volée de marches le menant jusqu'au deuxième étage, sous les toits, qui accueillait son ancienne chambre ainsi que celle de Luan.
De façon assez incompréhensible à ses yeux, Gabriella avait tenu à les garder en l'état. Celle de Luan étant désormais presque vide puisqu'il avait emmené la plupart de ses affaires dans son nouvel appartement. Ne restait que quelques jeux de son enfance dont il n'avait pas réussi à se débarrasser mais qui n'avait pas lieu d'être chez lui, un lit et un bureau. Celle de Saoirse à l'étage du dessous était soigneusement fermée et Ezio ne se serait immiscé dans son espace intime pour rien au monde. Quant à la sienne... il lui semblait qu'elle n'avait pas bougé depuis quinze ans. Il en franchit le seuil lentement, mêlant inquiétude et curiosité à chacun de ses pas. Les lieux, souvent gorgés d'émotions et de souvenirs, pouvaient s'avérer être de précieux alliés comme d'impitoyable ennemis vous frappant là où ça blessait le plus.
Au mur, quelques dessins griffonnés dans son adolescence que sa mère se refusait à enlever bien qu'il lui ait affirmé ne pas y tenir plus que ça. Son lit - à même le sol parce que dans ce coin là de la pièce le toit s'inclinait au point de ne pas permettre à un homme d'y tenir debout- était paré de draps clairs sans fioritures. Les étagères au mur, chargées de ses lectures. Partout des livres, des carnets, des boîtes pleines de cailloux ou autres trésors d'enfance. Rien qui n'ait trouvé de place dans son nouveau mode de vie. Près de l'une des fenêtre e trouvait une table ayant servi de bureau à l'étudiant qu'il était.
De nombreuses fois, il avait proposé à sa mère de se débarrasser de ses affaires et de réutiliser la pièce à d'autres fins plus utiles qu'une mansarde fermée prenant la poussière. Elle avait toujours refusé en souriant, espérant peut-être qu'il y reviendrait ainsi plus souvent et plus volontiers. Il avait capitulé, sachant pertinemment que cela ne changerait rien à son absence perpétuelle.

Au pied du lit, son sac de voyage soulignait le contraste des deux vies qu'il avait vécues. Il songea quelques secondes au confort d'avoir un chez soi mais balaya rapidement l'idée, saisit par l'angoisse de ne plus avoir un jour envie de parcourir le monde à cause de ce même confort.
Il aperçu alors, posé négligemment sur le lit, un costume qui lui arracha un sourire amusé.

- Saoirse, tu es impossible. Murmura-t-il.

Boudant les vêtements déposés à son attention, il extirpa un jean et une chemise blanche d'une étagère sur laquelle il avait entreposé quelques affaires sorties du sac et les posa sur le lit par-dessus les autres. C'était là l'effort majeur qu'il pouvait fournir.

Il achevait tout juste de passer la chemise au dessus de sa tête lorsque le plancher grinça derrière lui.

- Il paraît que tu es là depuis plusieurs jours.
- Salut Luan.
- Je pensais que tu passerais...
- J'ai été occupé.
- Ah ouais ? A quoi ? Se moqua l'autre.

Ezio leva les yeux au ciel et se laissa tomber assis sur le lit en soupirant. Ils se retrouvaient comme ils s'étaient quittés. Il empoigna ses chaussures sans répondre et attendit patiemment que son frère poursuive.
Ce dernier traversa la pièce d'un pas lent en observant les dessins au mur et se dirigea vers la lucarne sous les toits. Il observa un instant l'extérieur et esquissa un léger sourire du coin des lèvres.

- Je passais toujours pas ta fenêtre pour rentrer quand c'était fermé le soir. Tu te rappelles du code ? Questionna-t-il en frappant le montant en bois à un rythme familier.
- Je me souviens surtout du jour où l'arbre avait été élagué. Rétorqua Ezio en se détendant et en souriant à son tour.
Luan rit brièvement alors que son cadet réalisait qu'ils n'avaient plus rit tous les deux depuis de nombreuses années.
- J'avais essayé de faire venir mon balai mais il était devenu fou dans le couloir à cause des portes fermées. Pouffa-t-il. Je ne sais même plus comment on s'en est sorti...
- Tu as eu le bras cassé et on a eu droit à une sacrée punition...
- C'est vrai. Tu as une bonne mémoire. Tu avais essayé de faire léviter une corde entre l'arbre et la fenêtre...
... Et tu t'es retrouvé suspendu contre la façade de la maison avec moi à l'autre bout de la corde qui tirait pour essayer de te ramener...
- Tu as lâché si je me souviens bien.
- J'avais une folle envie d'être fils unique.
- Sérieux ?

Ezio leva à nouveau les yeux au ciel et acheva de lacet ses chaussures.

- Bien sûr que non. Je m'en suis voulu pour ton bras.

Se laissant tomber à son tour sur le lit, Luan prit place à côté de son frère et soupira à son tour.

- ça date tout ça
.
- Ouais.
- … Je suis venu avec Ingrid.
- C'est bien.

Adressant un sourire amical à son frère, Ezio se surprit à songer que cette soirée se déroulerait peut-être bien après tout. De son côté, Luan montrait lui aussi quelques signes de nervosité que son frère nota rapidement dans un coin de sa tête, les attribuant à la présence de sa compagne pour une soirée familiale. Il se tordait les mains, faisait craquer les jointures de ses doigts et semblait avoir quelque chose à dire sans oser se lancer.
Après une longue minute de silence au cours de laquelle les seuls sons qui parvenaient étaient la discussion animée deux étages plus bas, Ezio se leva et se dirigea à son tour vers la fenêtre et contempla les quelques lumières que l'on distinguait parmi l'obscurité.
Sursautant presque comme si on l'avait tiré d'un songe abyssal, Luan se leva à son tour.

- J'avais pour mission de te faire accélérer le mouvement.

Ezio abandonna à son tour ses rêveries pour emboîta le pas à son frère et se prépara à pénétrer dans la fosse aux lions.

HJ: Wink


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde
avatar



Messages : 707
Âge du Personnage : 27 ans
Lieu de vie : Londres

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Mar 7 Juin - 17:27

Tel un lion une lionne en cage, Saoirse s'agitait au bas des escaliers, se demandant si oui ou non il fallait qu'elle monte.
La dernière fois que les deux garçons s'étaient trouvés dans la même pièce, il s'en était suivi une dispute à faire trembler les murs de Poudlard ( et vue l'épaisseur, je vous laisse imaginer le volume sonore). A vrai dire, c'était surtout Luan qui s'était excité. En particulier face à la réaction mutique et provocante d'Ezio qui n'avait pas daigné prendre part à la dispute qui le concernait pourtant pleinement. Il avait ce talent là Ezio, d'attendre que l'orage passe. Ce qui était d'autant plus frustrant, énervant, voire rageant pour la personne en face. Elle en savait quelque chose.
Luan s'était donc retrouvé à déballé l'ensemble de ces griefs devant une porte close à toute communication. Et vu la tête du plus jeune, même pas sûr qu'il ait réellement été présent autrement que physiquement. Les deux frères s'étaient donc quittés sur cette note joyeuse pour le plus grand désarroi de leur cadette.
C'était bien la raison pour laquelle elle se trouvait plantée là, l'ongle du pouce entre les dents, se demandant s'il fallait ou non intervenir dans cette absence suspicieuse.
Soit elle y allait et mettait fin à une éventuelle dispute qui n'attendrait probablement pas la fin du dîner pour ressortir, soit elle y allait et interrompait un semblant de réconciliation. Soit elle attendait  gentiment qu'ils aient fini de s'entre-tuer. Soit elle …
Mettant fin à son dilemme à trois inconnues, des pas résonnèrent à l'étage. Oubliant de se dérober à leur regard elle patienta, les yeux rivés vers le haut des escaliers, dans l'attente de deviner leurs sentiments sur leurs visages.
Luan descendit le premier, un air préoccupé greffé au visage, talonné par Ezio et son expression tranquille qui finalement ne signifiait pas grand chose. Elle ouvrit de grands eux ronds et insistants à l'attention de Luan qui lui rendit un regard étonné.

- Quoi ?
- Ben... ça va ?

Il haussa les épaules en secouant la tête comme si elle était folle et lui ébouriffa les cheveux au passage.

C'est pas comme si elle avait mis deux heures à essayer de se rendre jolie. Merci.

Ezio effleura rapidement sa tempe de ses lèvre avant de lui glisser malicieusement :

- Désolé, le costume était trop grand pour moi.
Menteur... susurra-t-elle en oubliant de lui en vouloir.

Il était très beau dans sa chemise blanche et elle notait l'effort. Elle observa ses deux frères qui gagnait le salon. Grands et bruns tous deux ils étaient séduisants chacun à leur manière, Luan dans sa puissance et confiance en lui, avec son visage déterminé aux traits réguliers et sûr de lui, sa carrure imposante et son aplomb ; Ezio dans sa force tranquille et douce. Elle réalisa une fois encore à quel point ses sentiments pour eux étaient puissants, à un point qui l'effrayait parfois.
Elle resta quelques petites secondes dans le couloir, abandonna son tablier et remit un peu d'ordre dans ses cheveux avant de rejoindre le reste de la famille dans le salon.
Pour l'occasion, elle avait revêtu une petite robe noire (celle qu'il faut toujours avoir dans son placard) et une paire de chaussures à talons qui lui permettrait de ne pas être loin de pouvoir regarder un homme de la famille dans les yeux. Dans cette famille, il lui semblait que tout le monde avait hérité du gène « hauteur » sauf elle. Quoi que ce n'était pas forcément un mal, il avait l'air d'être couplé au gêne complexité et testardise... (si, ça existe.)
Plus jeune, elle s'était souvent demandé si la magie ne pouvait rien pour ce genre de chose, avant de réaliser qu'il y avait des problèmes plus importants que la taille à régler.  

Dans le salon, une exclamation de surprise accueillit les garçons et Saoirse les rejoint juste à temps pour témoigner des différentes accolades auxquelles Ezio avait droit. Gabriella évidemment, lui avait sauté dessus, Emereid avait serré le jeune homme dans ses bras comme s'il s'était agit de son propre fils et Scatha s'était pendue à son cou, retrouvant pour le coup toutes les forces qui l'avaient sois disant abandonnées depuis des années.
C'était ça, l'effet Ezio. Et puis après, hop, il vous annonçait qu'il repartait bientôt. Merci bien, elle connaissait.
Elle sourit néanmoins, ravie de la tournure que prenait cette soirée et proposa à tous de se mettre à table pendant que Luan présentait Ingrid à son frère.

Du coin de l’œil, Saoirse observa les réactions de la jeune femme, par une curiosité empreinte de cette éternelle jalousie qu'elle ressentait vis à vis d'Ezio. (Un jour, peut-être, elle irait consulter un magicopsy...) Ils échangeaient quelques mots et sourires pendant qu'inconsciemment la petite journaliste notait que la jeune femme était encore plus belle que quelques minutes auparavant. Longue et grande, blonde et pâle, des yeux clairs et immenses. Luan avait toujours eu des conquêtes époustouflantes. De quoi vous filer des complexes pour l'année 2016 dans sa totalité.

Elle s'employa rapidement à placer chacun des convives, prenant soin de respecter ces traditions ancestrales qui pourtant la faisaient frémir. Shepherd père et Emereid présidant chacun à un bout de la table, Gabriella à la gauche de son mari, Luan en tant qu'aîné à sa droite. Emereid était de son côté encadré par Scatha et Saoirse. Alors que les places centrales étaient réservées à Ezio entre sa mère et sa sœur et Ingrid auprès de son compagnon.
Tout ceux qui connaissaient suffisamment Saoirse autour de la table savait à quel point elle avait toujours trouvé ces traditions stupides et pouvait déceler toute l'ironie contenue dans sa voix lorsqu'elle attribua sa place à chacun. Son père lui adressa un regard lourd d'avertissements lorsqu'elle présenta son oncle et son père comme « Ces messieurs, les présidents de la séance ».
Elle se pinça les lèvres et poursuivit avec un poil plus de sobriété, sans pouvoir retenir un commentaire sur l'importante place décorative de l'épouse à la gauche de son mari. Ce qui lui valut un regard courroucé de sa mère mais qui arracha (enfin!) un sourire à son père.

- Veux-tu bien garder ton féminisme pour plus tard s'il te plaît ? Insista sa mère en appuyant chacun des mots.
- Tu es féministe ? Rebondit l'oncle Emereid.
A ses cotés, Saoirse sentit Ezio retenir un sourire. Il écarta prudemment sa chaise de sa sœur (le traître!) alors qu'elle le foudroyait du regard.
- Oui, pourquoi ?
- Je trouve ça... amusant.
Erwen tenta de détourner discrètement l'attention générale en proposant un vin dont-on-est-censé-donner-des-nouvelles. En vain.
- « Amusant » ? Reprit Saoirse sans se démonter. On peut savoir pourquoi ?
- Oh, Merci Erwen, et bien toutes ses revendications sur la parité m'arrachent toujours un sourire. Poursuivit l'Oncle sans noter le rose qui montait aux joues de sa nièce.
- La parité c'est une connerie ! Lâcha cette dernière alors que son père manquait de s'étouffer avec son vin et que Gabriella reposait bruyamment son verre sur la table.
- Saoirse, s'il te plaît ne commence pas.
Ingrid, de son côté, jetait un œil stressé à Luan qui sirotait tranquillement son breuvage et à la grand-mère dont les yeux scrutait le plafond avec inquiétude comme si elle s'attendait à en voir sortir des doxys.
Faisant fie des réactions des uns et des autres, Saoirse continua.
- La parité ? Ça veut dire quoi ? Que les femmes, ces pauvres créatures sont si inférieures aux hommes que ces derniers dans leur grande bonté ont bien voulu créer une loi qui leur permet d'accéder à quelques postes importants ? Non mais franchement !!! On est toutes aussi capables que vous autres porteurs de testostérone d'avoir des postes à responsabilité ! La parité, c'est un pied de nez au femme !
- Je fais le service ? Tenta Luan en s'emparant des entrées comme si la conversation était normale.
- Avec plaisir...renchérit Gabriella en levant les yeux au ciel (une marque de fabrique familiale) .
- De la provocation !! Poursuivait Saoirse en brandissant sa fourchette.
- Ingrid tu aimes les fruits de mer ?
- L'acceptation que nous sommes inférieures !!
- Heuu … oui merci...
Une aberration !

L'oncle Emereid ponctua le discours d'un rire amusé comme si Saoirse venait de répéter une pièce de théâtre ce qui eut pour conséquence de l'agacer encore plus.

- Et bien ma petite ! Tu en as de drôle de marottes !
- Des marottes ? Reprit celle-ci scandalisée.
- C'est normal, confessa Luan à Ingrid.On a du tous du tempérament dans la famille. Mais ça se calme vite,  dit-il en posant sa main sur la sienne, en grand sauveteur de l'humanité.

Le plat parvint jusqu'à Saoirse qui s'en empara brusquement et le planta sous le nez de son Oncle sans pour autant abandonner la lutte.

- C'est incroyable de voir à quel point même de nos jours naître avec un pénis est considéré comme une bénédiction! Comme si cette petite chose vous donnait une importance capitale et la faculté de réfléchir mieux... alors que franchement si on observe bien...
- Bon on va peut-être parler d'autres choses ! Trancha Erwen avec son ton qui signifiait clairement que le premier à revenir sur le sujet en prendrait pour son grade.

La conversation dériva plus ou moins habillement sur le plus jeune fils d'Emereid alors que Saoirse bougonnait dans son coin en jetant un œil furieux à son père.

- ...vient d'obtenir son diplôme de médicomage. Nous en sommes très fiers ! Il est bon de savoir que nos enfants pourront se débrouiller quand nous serons plus de ce monde, n'est-ce pas Erwen ?
- Tout à fait.
- D'ailleurs Ezio, as-tu fini par trouver un travail convenable ? Questionna Emereid en décortiquant grassement une énorme crevette.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t327-saoirse-shepherd-pv
avatar


Sexy Menestrel

Messages : 924
Âge du Personnage : 33 ans
Lieu de vie : Un peu partout... (Je te jure, j'ai pas mieux)

MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │ Sam 18 Juin - 23:27

Le tic tac de l'horloge lui paraissait assourdissant. Il perturbait les conversations, ponctuant les mots ou syllabes prononcées avec un étrange entêtement. En dépit de tout ça, il continuait à fixer l'objet, comme hypnotisé. Après les étreintes et quelques banalités échangées, il lui semblait déjà être resté une éternité dans cette pièce. Alors qu'il aurait du se sentir pleinement serein parmi les siens, il ne pouvait s'empêcher de s'y trouver... déplacé. Prenant son mal en patience, il se percha sur la chaise que lui désignait sa sœur, non sans avoir ôté le verre placé sur le piano, probablement par son oncle.
Face à lui, Ingrid semblait feindre une timidité démenti par ses yeux. Alors que sa voix et ses gestes étaient emplis de réserve, son regard et sa bouche exprimaient une assurance peu commune.
Il avait patiemment attendu la fin des hostilités entre Saoirse et Emereid, y percevant comme une goût de déjà vu qu'il n'arrivait pas réellement à dater.
A côté de la jeune compagne de Luan, Scáthach (ou Scatha hein c'est comme tu veux Wink) marmonnait quelques phrase en gaélique qu'Ezio finit par identifier comme un ancien poème en tendant attentivement l'oreille. Il s'accorda un petit sourire amusé tout en faisant passer le plat et croisa par là même le regard de la vieille femme qui répondit à son sourire par un clin d'oeil complice.

Ce ne fut qu'après avoir réalisé que le silence régnait autour de la table qu'il s'aperçut que tous les regards convergeaient vers lui. Ezio fronça les sourcils, conscient d'être l'objet d'une question qu'il n'avait pas entendu, ni même écouté.

- Et ce voyage en Europe ? Lança Saoirse feignant  soudainement une bonne humeur retrouvée.

L'ignorant copieusement, Emereid réitéra son interrogation :

- Je te demandais si tu avais enfin trouvé du travail. Il jeta un œil amusé à Gabriella tout en levant – lui aussi – les yeux au ciel. Un vrai travail.
- J'ai déjà un vrai travail. Répondit Ezio calmement en soutenant le regard de son oncle et lui souriant amicalement.

Erwen s'agita un instant sur sa chaise en soupirant. Le sujet avait toujours été délicat entre eux, le père n'ayant jamais ni compris ni accepté le penchant artistique du fils.

- Je te parle d'un vrai travail mon garçon. Un travail qui demande effort, rigueur et exigence. Insista l'autre grassement.

Ezio étouffa un léger ricanement en fixant son oncle masqué par un amoncellement de crevettes.

- Voilà qui dépeint une vie passionnante.

Gabriella tenta de voler au secours de son fils à moins qu'elle n'ait tenté d'étouffer l'arrogance de la réponse de ce dernier.

- Ezio est diplômé tu sais, de son école.
- Quoi ? Ils fournissent des diplômes pour aller mendier sous les ponts et chanter sous la pluie ? C'est incroyable !
- Je n'ai pas besoin de mendier... et j'aime bien chanter sous la pluie. Poursuivit Ezio, provoquant tout en attrapant la première chose qui passa à portée de sa main – à savoir la bouteille de vin.

A ses côté, Saoirse se crispa un peu puis bondit de sa chaise en invitant chacun à se resservir copieusement alors que personne n'avait encore touché à son assiette.

- Alors si c'est là toute ton ambition, mon garçon, je crois que nous ne pouvons pas faire grand chose pour toi ! Se résigna Emereid en lui jetant un œil accusateur. Je suis étonné Erwen, que tu aies laissé faire ça. Ajouta-t-il d'un ton accusateur à l'attention de son frère.

Bien enfoncé dans son fauteuil, en bout de table, l'homme d'une cinquantaine bien passée ne disait rien et s'appliquait à vider consciencieusement son verre. Ezio leva les yeux au ciel et pour s'empêcher de quitter la table, tâcha d'imaginer tout le mal que s'était donné Saoirse pour les réunir. Il lui lança une oeillade dérobée et put lire la prière muette dans ses doux yeux bruns, l'invitant à ne pas faire cas de cet imbécile – c'était probablement le vocabulaire qu'elle aurait employé – et le conjurant de garder son calme. Il se mordit les lèvres pour contenir la réponse cinglante qu'il avait envie de faire à son oncle et n'ouvrit la bouche que lorsqu'il fut certain de pouvoir maîtriser ce qu'il allait en sortir, que lorsqu'il fut sûr d'être capable de répondre d'un ton détaché et calme.
Néanmoins son père le devança :

- Savais-tu Emereid que chacun des Ministres depuis Eldritch Diggory demande son avis au Conseil Brehon des bardes lors des décisions délicates ? La formation de barde en plus du courant artistique propose des filières historiques, éthiques et juridiques qui en font d'excellents conseillers.

Dans un fracas épouvantable, Ezio lâcha la bouteille de vin qu'il tenait dans les mains. Cette dernière alla s'écraser aux pieds de Saoirse dont les jambes furent aspergées du liquide rouge ambré qu'elle contenait.
Cette dernière sursauta et bondit à nouveau de sa chaise alors qu'instinctivement – instinct de sauvegarde féminin très probablement – Gabriella opérait la même manœuvre de l'autre côté, même si elle était, elle, hors de portée.

- Désolé. Murmura-t-il sans lâcher son père des yeux qui de son côté, évitait soigneusement de regarder vers lui.

HJ: Heureusement que la liste des invités s'arrête là. Je n'ose imaginer le nombres de codes couleurs qu'il aurait fallu retenir... Rolling Eyes
Surtout quand tu te trompes en recopiant l'un d'eux.
Et même si j'aime tes tartines, j'en reviens à des versions plus courtes si tu n'y vois aucun inconvénient.
Tu es folle Very Happy


Scotland Homemade ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t170-ezio-shepherd-poete-et-barde http://poudredecheminette.harrypotterrpg.fr/t135-ezio-shepherd-barde

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Repas de famille │PV Ezio │

Revenir en haut Aller en bas
Repas de famille │PV Ezio │
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un repas de famille ~ [ Daniel & Matthew ]
» Les repas de famille consistent à se manger entre parents. ¬ Rhys & Benedict
» « Les repas de famille ne consistent pas à se manger entre parents. » // Raphaëlla
» [Port-Real] Repas de famille (pv Sansa)
» Un repas de famille ? ft. Ethan Sharp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudre de Cheminette :: Les Écrits Alternatifs :: La version courte-